Après une longue absence, l’humoriste Houcine Benyaz, alias Baz, est retourné sur les planches avec un nouveau spectacle satirique « Entre hier et aujourd’hui » qu’il compte présenter dans plusieurs villes à travers le Maroc.

Pendant90 minute, Benyaz a entrainé son public lors d’une présentation de son nouveau show à Fès dans un voyage à travers les différentes étapes de sa carrière artistique, abordant au passage plusieurs sujets qui préoccupent l’esprit du citoyen en comparaison avec ce que vivaient les Marocains par le passé.

Baz a ainsi consacré une partie de sa présentation au problème de l’endettement qui pèse lourd sur de nombreuses familles marocaines, affirmant que « le citoyen marocain est endetté au point de ne pouvoir penser ni à la politique ni à rien d’autre qu’à une seule chose : équilibrer ses comptes pour pouvoir rembourser ses dettes ».

L’humoriste, qui avait commencé sa carrière artistique dans les années 70 du siècle passé en duo, connu du public sous le nom de « Bziz o Baz », a révélé qu’il souffre sévèrement de l’attitude des sponsors qui refusent de le soutenir à cause de ses parodies politiques, soulignant qu’il n’a rien à voir avec la politique, mais que « celle-ci le poursuit partout où il va ».

L’artiste, qui s’est absenté de la scène depuis de nombreuses années, a soutenu que « le comédien est devenu préoccupé quotidiennement par sa subsistance, à cause de la monopolisation du marché de l’art par certaines figures, et l’opportunité donnée à des personnes qui nuisent au goût artistique des Marocains ».

+ Les cahiers de charge ont offert des privilèges à ceux qui ont de l’argent (Moul Chkara) +

Commentant son absence des chaînes de télévision marocaines, il a indiqué au site arabophone Hespress.com, que « les cahiers de charge ont ouvert le champ à de grandes sociétés de production pour monopoliser les chaînes du pôle public et commercialiser des travaux qui ne répondent pas aux goûts du téléspectateur marocain, et provoquent la marginalisation et le chômage d’autres artistes ».

« Ces cahiers de charge ont offert des privilèges à ceux qui ont de l’argent (Moul Chkara), au point que cinq sociétés monopolisent les saisons du Ramadan en raison de la corruption et du clientélisme, obligeant les artistes participant à ces œuvres à signer des contrats à blancs », a-t-il affirmé ajoutant: « l’art était plus sincère qu’il s’agissait du chant, de l’humour ou du théâtre, grâce à un certain nombre d’artistes sincères dans leurs messages artistiques, mais aujourd’hui ces derniers vivent des crises ».

Commentant les émissions humoristiques, Baz a estimé qu’elles « donnent l’illusion aux jeunes en leur faisant croire qu’ils sont devenus des stars ». « Les responsables de ces programmes vendent l’illusion à ces jeunes au nom de la comédie », a-t-il souligné appelant les jeunes talents à suivre une formation scientifique et académique pour assurer leur avenir.

Houcine Benyaz compte une riche et longue carrière artistique marquée par sa participation

à plusieurs œuvres théâtrales en plus de ses très nombreux sketches humoristiques depuis les années 1970.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.