Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:

Le Matin :

• Le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a affirmé que le programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation permettra de garantir les besoins en eau potable et en eau d’irrigation selon une vision claire s’étalant de 2020 à 2027. S’exprimant à l’ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, El Otmani a ajouté que ce programme ambitieux, présenté et approuvé devant SM le Roi Mohammed VI, permettra d’augmenter le nombres de grands barrages de 145 à 179, soit une hausse de 14 grands barrages en cours de réalisation. Ces structures hydrauliques seront renforcées par 20 grands barrages à l’horizon 2027, portant ainsi la capacité des barrages du Maroc à 27 milliards de mètres cubes d’eau de surface provenant des pluies.

• Les opportunités d’investissement prometteuses offertes par le Maroc dans le domaine de l’agriculture et de l’agroalimentaire ont été exposées à Pékin devant un grand nombre d’hommes d’affaires et professionnels du secteur chinois lors d’une réunion organisée au siège du Centre de coopération économique avec l’étranger, relevant du ministère chinois de l’agriculture et des affaires rurales. La rencontre a réuni des représentants de plus de 60 entreprises chinoises spécialisées dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie alimentaire, de l’exportation, de la logistique, des équipements agricoles et des technologies d’irrigation, outre un représentant du groupe « China Road and Bridge Corporation » (CRBC), un des principaux partenaires du projet « Cité Mohammed VI Tanger Tech ».

L’Économiste :

• Les ministères sont les premiers pourvoyeurs du contentieux étatique. Infrastructures, services publics, investissements et projets de développement économiques sont au coeur des procès intentés aux pouvoirs publics. L’Etat a été condamné à 13 milliards de DH entre 2014 et 2018. Le juge administratif a prononcé 96% de ces condamnations en 2018. Un pic a été enregistré cette année-là avec 4 milliards de DH. La judiciarisation croissante des relations entre l’Etat, les citoyens et les entreprises interpelle. Les citoyens n’hésitent plus à attaquer l’État en justice, relève l’Agence judiciaire du Royaume. La constitution 2011 a amorcé une révolution culturelle.

• L’Offensive pour libérer le domaine public à Casablanca se poursuit sans relâche. Les agents de la police administrative maintiennent la pression sur les contrevenants. Après avoir ciblé plusieurs préfectures (Hay Hassani, Sidi Moumen, Bernoussi, Aïn Chok, Oulfa…), c’est au tour de Lissasfa, l’un des quartiers les plus chauds de Casablanca en matière d’occupation du domaine public, qui a fait l’objet d’une descente inopinée des agents jeudi 9 janvier. Plus de 70 terrasses de cafés, restaurants et commerces divers ont été démolis. Prochaine étape: les arrondissements d’Anfa, Sidi Belyout et Maârif. La police administrative, qui intervient 3 jours par semaine (mardi, mercredi et jeudi), détruit en moyenne une soixantaine de terrasses par jour. plus de 300 cafés sont touchés depuis le lancement de l’offensive en novembre dernier.

Aujourd’hui le Maroc :

• La course à la présidence de la Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (APEBI) bat son plein. A quelques jours du vote prévu le 15 janvier, Youssef El Alaoui, directeur associé de Mobiblanc et vice président de Apebi et son colistier Abdellatif Tarhine, DG de Netopia et expert en e-gov et réglementation, ont présenté leur programme de candidature devant les membres de la fédération et la presse le 8 janvier à Casablanca. D’emblée le binôme qui se présente respectivement pour la présidence et la vice-présidence a choisi d’agir pour créer l’impact économique durable. il mise sur la continuité et préconise donc de poursuivre sur la lancée de la présidente sortante Saloua Karkri Belkeziz.

• L’augmentation de capital en numéraire d’Immorent Invest enclenchée. L’Autorité marocaine des marchés des capitaux (AMMC) a visé en date du 8 janvier le prospectus relatif à cette opération portant sur un montant de 408 millions de dirhams, prime d’émission incluse. Cette augmentation devrait s’effectuer à travers l’émission de 4.080.000 actions nouvelles d’une valeur nominale de 62,54 dirhams chacune avec une prime d’émission de 37,46 dirhams par action, soit un prix d’émission s’élevant à 100 dirhams par action. La présente opération, dont la période de souscription est prévue du 27 au 31 janvier, donnera lieu à une augmentation de capital social de 255.163.200 dirhams et à une prime d’émission de 152.836.800 dirhams.

Al Bayane :

• Le Maroc a été réélu en tant que président de la troisième session de la Conférence des États Parties à la Convention Arabe de Lutte contre la Corruption, en la personne de M. Mohamed Bachir Rachdi, président de l’Instance nationale de la probité de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC). La réélection du Royaume pour un deuxième mandat est intervenue à l’issue de la session actuelle de la Conférence, organisée les 7 et 8 janvier à Rabat, indique un communiqué de l’INPPLC. Par la même occasion, l’Etat de Palestine a été élu vice-présidente et l’Arabie Saoudite, rapporteur de la session et ce, conformément à l’article 16 du règlement intérieur, ajoute la même source.

• La commission de justice, de législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants a approuvé à l’unanimité le projet de loi n°55.19 relatif à la simplification des procédures et formalités administratives. Ce projet de loi, approuvé en présence du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, vise à renforcer les liens de confiance entre l’administration et l’usager en rétablissant une relation basée sur une référence spécifique qui encadre les services publics sur la base de règles précises et transparentes. Ce texte prévoit une amélioration significative des procédures et formalités administratives au profit de toutes les catégories d’usagers et incite l’administration à créer un environnement propice au développement et à l’amélioration de l’attractivité des investissements.

L’Opinion :

• Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et l’Institut italien des statistiques (ISTAT) ont signé un mémorandum d’entente dans l’objectif de consolider davantage les échanges statistiques entre les deux institutions. L’accord, paraphé par le Haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami, et le président de l’ISTAT, Gian Carlo Blangiardo, vise à raffermir la coopération bilatérale dans le domaine des statistiques.

• La ville de Marrakech a célébré, en grande pompe, l’inscription de l’art gnaoua sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO, le temps d’une soirée éclectique dédiée à cette facette de la culture et du savoir- faire artistique ancestral du Royaume. Initiée par l’Association Yerma Gnaoua, l’association Assalam Al Masrahi de Marrakech, outre plusieurs acteurs de la cité ocre, cette soirée captivante a été rehaussée par la participation de plusieurs Maâlems de renommée nationale, dont Ahmed Bakbou, Mustapha Bakbou, Abdelkebir Marchane, Mohamed Kouyou, Hassan Gadiri, Abdelkebir Ben Seloum et Eddahbi Moulay Ettayeb.

Libération :

• La faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat a lancé la chaire Abdallah Laroui, qui se veut une plateforme scientifique pour l’organisation de forums académiques mobilisant l’ensemble des acteurs intéressés par les domaines philosophiques et les questions de civilisation. Initiée en collaboration avec l’Institut du monde arabe à Paris, cette chaire constitue un espace d’expression qui illustre l’expansion de l’école Laroui et part de l’importance de la pérennisation des grands projets de pensée, en en faisant des thèmes de recherche impliquant les multiples acteurs concernés.

• Le secrétaire général de la Fédération démocratique du travail (FDT), Abdelhamid Fatihi, a mis en exergue la centralité de l’éducation et de la formation dans le processus de construction du nouveau modèle de développement. « Placer l’éducation et la formation au cœur du processus de développement est une question substantielle », a déclaré Fatihi à la presse à l’issue d’une séance d’écoute des représentants de la FDT, organisée par la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) que préside Chakib Benmoussa.

Akhbar Al Yaoum :

• Les montants exécutés suite à des jugements contre l’Etat et les personnes morales de droit public, ont dépassé les 3 milliards de DH (3.253.610.983 DH) en 2018, a indiqué l’Agence Judiciaire du Royaume (AJR). Dans son rapport au titre de l’année 2018, l’AJR fait état de plus de 9670 jugements émanant des différents tribunaux du Royaume à l’encontre de l’Etat, et dont les montants dépassaient 7 milliards de dirhams. Le même rapport note que la somme des montants demandés par les requérants dans le cadre de ces litiges, dépasse les 7 milliards de dirhams. Mais suite à l’intervention de l’AJR et ses partenaires, ce montant a été réduit de -43%, et de ce fait 3,14 milliards de dirhams à peu près ont été épargnés à la caisse de l’État.

Al Massae :

• Le président de la Cour des comptes, Driss Jettou, a mis en garde contre les risques que présentent les résidus des pesticides sur la santé des Marocains, appelant à combler le vide juridique dans le domaine des aliments génétiquement modifiés. Intervenant devant la commission du contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants, Jettou a dévoilé des recommandations permettant le renforcement du contrôle des intrants chimiques, en particulier les pesticides utilisés dans l’agriculture, et ce à travers la maîtrise des canaux de distribution de ces produits et le contrôle de leur utilisation. Par ailleurs, Jettou a également appelé à revoir la gouvernance de l’ONSSA afin de renforcer sa crédibilité auprès des citoyens et des partenaires, notamment à travers une plus grande indépendance de l’autorité politique.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Le portail du protocole, une plateforme digitale destinée aux missions diplomatiques et consulaires, ainsi qu’aux organisations internationales et régionales accréditées au Maroc, a été lancé, mercredi à Rabat, par le ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger. Ce portail se veut une plateforme moderne et interactive qui vise à faciliter les procédures et l’échange entre la Direction du protocole relevant du ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger et les missions diplomatiques accréditées à Rabat. Le portail accessible à l’adresse www.protocole.maec.gov.ma permet ainsi de traiter les prestations liées aux demandes relatives à la carte d’identité en série spéciale, la restitution de la TVA, les véhicules diplomatiques et les bons de franchise.

Al Alam :

• Un séminaire international sur les mycotoxines dans les épices et denrées alimentaires s’est ouvert à Fès, avec la participation d’une pléiade de chercheurs, d’universitaires et d’experts marocains et étrangers. Organisée par l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah (USMBA), cette initiative tend à faire le point sur les récents développements de la recherche dans le domaine des mycotoxines, particulièrement la contamination des épices et denrées alimentaires par les moisissures et leurs métabolites secondaires à la lumière des différentes expériences. Les mycotoxines dans les denrées alimentaires touchent entre autres à la contamination des produits alimentaires, la qualité des produits agricoles et au respect des normes des produits de consommation, a indiqué le vice-président de l’USMBA, Brahim Akdim, précisant que  »l’impact de tout cela sur la sécurité alimentaire est un défi sociétal stratégique ».

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le rapport de la « Mission parlementaire de prospection sur la situation des enfants négligés et des femmes-mulets au point de passage de Bab Sebta » recommande la création d’une zone commerciale franche à Fnideq afin de lutter contre la contrebande vivrière. « Cette forme de contrebande se répercute non seulement sur la situation des femmes et hommes porteurs de marchandises, mais aussi sur les flux commerciaux entre les provinces de Tétouan et M’diq-Fnideq », déplore le rapport débattu lors d’une réunion de la Commission des Affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des MRE à la Chambre des représentants.

Bayane Al Yaoum :

• Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a eu des entretiens avec le ministre d’État japonais pour les affaires étrangères, Keisuke Suziki axés sur les moyens à même de consolider les relations de coopération entre les deux pays. Dans une déclaration à la presse à l’issue de ces entretiens, Suziki a indiqué que cette entrevue a été une occasion pour souligner la dimension historique des relations bilatérales, de nature à contribuer à l’approfondissement et au renforcement des relations entre les deux pays, notamment au niveau économique. Après avoir rappelé que les deux pays ont signé ce matin des accords visant à compléter le cadre juridique régissant les relations économiques entre les deux pays et renforcer les investissements japonais au Maroc, Suziki a relevé que le Maroc est la 2ème destination des IDE japonais en Afrique, après l’Afrique du Sud.

Rissalat Al Oumma :

• Grâce à la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, le Maroc bénéficie d’égards importants et tient un rang prestigieux auprès de toutes les institutions islamiques, une reconnaissance évidente des efforts distingués consentis par SM le Roi en faveur des questions du monde musulman, a affirmé Ahmed Abbadi, secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas. Ces efforts sont manifestes dans plusieurs initiatives pionnières que le Souverain a menées, que ce soit à travers l’appel d’Al Qods, par le biais d’institutions visant à diffuser une pensée modérée en Afrique, telles que la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, ou par les causeries religieuses, censées répandre une pensée du juste milieu, ouverte et modérée, a expliqué Abbadi, qui a participé aux travaux de la 44e session du Conseil suprême de la Ligue Islamique Mondiale, tenue avant-hier à la Mecque, en Arabie Saoudite. Ces efforts sont également perceptibles dans plusieurs programmes spécifiques tels que le programme « Réconciliation » dans les prisons du Royaume, à travers lequel SM le Roi accorde Sa grâce aux détenus ayant assimilé la pensée du juste milieu et de la modération, ainsi que dans d’autres initiatives pionnières que supervise Amir Al Mouminine, a-t-il déclaré.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.