La Coordination nationale des enseignants stagiaires a annoncé son programme d’action qu’elle a entamée mardi avec une campagne médiatique portant le tag « # Nous n’oublierons pas _ et nous ne rendrons pas » et prévoit de tenir une conférence de presse lundi prochain, suivie d’un sit-in national devant le siège du Parlement à Rabat, dimanche 19 janvier.

Dan un communiqué, relayé par alyaoum24, la Coordination a indiqué que « le mois de janvier de chaque année ravive la mémoire blessée des enseignants stagiaires, qui ont lutté pour l’école publique et sa dignité », rappelant que le 7 janvier 2016 des « milliers » de leurs collègues ont été « frappés et roués de coups de pied, uniquement parce qu’ils ont choisi de manifester pacifiquement pour faire entendre leurs revendications ».

La coordination a ajouté que 45 enseignants ont été grièvement blessés, lors du « massacre d’Inzegan », indiquant que leurs collègues Lamiaa Ezzekiti a été blessée au niveau de son visage et de sa tête avec une double fracture à l’épaule, sans que l’enquête qui a été ouverte, il y a 4 ans, n’ait abouti, et Safaa Ezouine a été blessée et eu une hémorragie interne entraînant sa fausse couche, lors du sit-in, du 7 mars 2017 devant le Centre national des examens, sans que l’enquête ouverte aussi il y a 3 ans n’ait abouti à un résultat.

La même source a ajouté que « le 19 janvier 2017, le ministère de l’Éducation national a retiré des résultats des personnes reçues, les noms de 150 enseignants et enseignantes, dont un grand nombre de membres de la coordination nationale et de comités nationaux et régionaux. « 

La coordination demande, par ailleurs, des compensations pour les enseignants interdits de repasser le concours: les 9 enseignants d’Al Irfane, les femmes enceintes et ceux qui ont des certificats médicaux.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.