Fini le laxisme. Le Président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, a appelé à une révision du règlement intérieur de la chambre pour dissuader les députés absentéistes de récidiver.

« Le moment est venu de revoir le règlement intérieur dans son volet relatif à l’absentéisme », a affirmé El Malki, dont les propos ont été relayés par le site arabophone Hespress.com, soulignant que « ce n’a aucun sens que celui qui s’absente de manière continue reste un parlementaire représentant la nation ».

Le règlement intérieur ne prévoit pas de sanctions sévères à l’encontre des parlementaires absentéistes hormis une mesure instituant un prélèvement sur leurs indemnités, qui s’est avérée inefficace.

Lors d’une conférence de presse, mardi à Rabat, à l’occasion du lancement du nouveau portail électronique de la Chambre des représentants, El Malki a ajouté que la première chambre s’efforcera de trouver le moyen de mettre fin aux absences non-justifiées des députés.

Il a qualifié l’absentéisme de phénomène exceptionnel que « la vie parlementaire n’a jamais connu auparavant », soulignant que la crédibilité du travail parlementaire est liée à l’engagement de ceux que les Marocains ont élus.

« Ce que nous vivons aujourd’hui n’a rien à voir avec ce que nous avons tous fait comme promesses pendant les campagnes électorales, et n’a rien à voir non plus avec l’éthique et l’édification de la démocratie », a-t-il dit.

Et d’ajouter: « l’engagement politique n’est pas un engagement circonstanciel ou saisonnier, mais plutôt un engagement permanent ». Il a appelé ainsi à prendre des mesures juridiques pour préserver l’institution parlementaire de la propagation de tels phénomènes négatifs qui nuisent à l’image de l’institution législative.

+ Le statut des parlementaires n’est pas seulement lié à un statut matériel +

La présidence de la Chambre des représentants avait révélé des absences de certains députés à 16 réunions des commissions parlementaires, des députés dont les noms ont été dévoilés lors de ces réunions ou des séances plénières et des prélèvements effectués sur leurs indemnités conformément aux dispositions de la Constitution et du règlement intérieur de la première chambre.

Concernant la question de la retraite des parlementaires, qui est en crise après que la caisse de retraite des parlementaires ait cessé de dispenser les pensions aux ex-parlementaires depuis le début de la législature actuelle, il a indiqué que ce problème concerne toutes les composantes de la chambre des députés.

Il a ajouté que la Chambre des représentants cherche à trouver une solution consensuelle à la crise des retraites, soulignant que « le statut des parlementaires n’est pas seulement lié à un statut matériel, mais il est plus important ».

En réponse aux questions de la presse, El Malki a estimé que « les retraites des parlementaires ne constituent pas une rente, car le député paie une cotisation mensuelle de 2.900 dirhams », ajoutant que « ce sera une rente si la cotisation n’était pas prélevée sur son indemnité pour qu’il puisse en profiter à sa retraite ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.