Le général Qassam Soleimani

Par Dr Mohamed Chtatou

Les Etats-Unis ont mené une frappe qui a tué le général major iranien Qassem Soleimani, chef de la Force du Corps des gardiens de la révolution iranienne-Qods, a annoncé vendredi 3 janvier 2020 le Pentagone. Téhéran a juré une « vengeance sans pareil  » pour ce meurtre, affirmant que l’assassinat doublera la motivation des représailles contre les États-Unis et Israël. Le Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran a déclaré qu’il avait pris une décision sur la façon de répondre à cette attaque, mais ne dit pas quelle est cette décision.

La brève déclaration du conseil après une session extraordinaire vendredi a déclaré qu’il avait enquêté sur « les différents aspects de cet incident et qu’il annonce que les États-Unis d’Amérique sont responsables de toutes les conséquences de cette aventure criminelle« .

Une frappe pour éviter la guerre

Vendredi, le président Trump a défendu son ordre de tuer le général major iranien Qassem Soleimani, affirmant qu’il avait autorisé la frappe en Irak « pour arrêter une guerre » et que le commandant iranien aurait dû être pris pour cible et tué « il y a longtemps ».

« Ce que les États-Unis ont fait hier aurait dû être fait depuis longtemps. Beaucoup de vies auraient été sauvées », a déclaré Trump dans une brève allocution depuis son complexe de Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride : « Nous avons pris des mesures la nuit dernière pour arrêter une guerre. Nous n’avons pris aucune mesure pour déclencher une guerre ». « Soleimani préparait des attaques imminentes et sinistres contre des diplomates et du personnel militaire américains, mais nous l’avons pris en flagrant délit et l’avons liquidé », a ajouté le président, décrivant l’action comme une « frappe de précision sans faille ».

La déclaration de Trump, qui a duré quelques minutes et s’est conclue sans permettre aux journalistes de lui poser de questions, a représenté ses premières remarques publiques sur la frappe militaire du jeudi soir. L’annonce à la presse semble avoir été rapidement programmée, car elle n’a pas été annoncée auparavant par la Maison Blanche.

Le Pentagone a confirmé jeudi soir que Trump avait ordonné une frappe contre Soleimani, qui commandait la Force iranienne Qods, la décrivant comme une opération défensive destinée à dissuader les futures attaques iraniennes que le puissant général planifiait activement. Des responsables affirment que Soleimani est responsable de la mort de centaines de soldats américains au Moyen-Orient, au fil des ans.

Trump a souligné, aussi, vendredi que son administration ne « cherche pas à changer de régime » en Iran, mais il a appelé Téhéran à cesser ses activités déstabilisatrices dans la région, y compris son utilisation de mandataires à travers le Moyen-Orient : « J’ai un profond respect pour le peuple iranien. Ce sont des gens remarquables avec un héritage incroyable et un potentiel illimité. Nous ne recherchons pas un changement de régime ; cependant, l’agression du régime iranien dans la région, y compris le recours à des combattants par procuration pour déstabiliser ses voisins, doit cesser et doit cesser maintenant ». 

Trump a également menacé de mener de nouvelles actions militaires si l’Iran ciblait les Américains du monde entier en représailles à la frappe de Soleimani : « Les États-Unis ont de loin la meilleure armée au monde. Nous avons la meilleure intelligence du monde », a déclaré Trump. « Si des Américains sont menacés, nous avons des objectifs déjà entièrement identifiés et je suis prêt à prendre toutes les mesures nécessaires ». « Cela concerne en particulier l’Iran », a ajouté le président.

La décision de Trump d’autoriser la frappe représente une escalade majeure de la confrontation de l’administration avec Téhéran et a suscité des inquiétudes de la part des critiques quant aux conséquences déstabilisatrices. Les démocrates ont, toutefois, accusé Trump de ne pas demander l’approbation appropriée du Congrès pour la frappe, tandis que les républicains se sont largement ralliés à cette décision.

L’Iran a rapidement promis une réponse sévère pour le meurtre de l’un de ses plus haut dirigeant militaire, bien qu’il ne soit pas clair quelle forme une telle action prendra ou quand elle se produira.

Réactions en Irak

Après que des informations sur la mort de Qassem Soleimani ont été confirmées, des vidéos sur Twitter sont apparues montrant des manifestants irakiens se dirigeant vers la place Tahrir de Bagdad pour célébrer la mort d’un homme qui, jusqu’à récemment, était profondément impliqué dans la politique irakienne. Cependant, quoi que suggèrent les manifestations publiques, la réalité est que le public irakien est presque certainement profondément divisé au sujet de cet incident sensationnel.

Il y a sûrement des Irakiens, en particulier parmi les milices de l’unité de mobilisation populaire chiite, qui étaient vraiment fidèles à Qassem Soleimani et qui sont maintenant en colère et désireux de se venger. Et il y en a d’autres qui, même s’ils ne sont pas des partisans pro-iraniens, sont naturellement mécontents de cette escalade américaine et de sa propre querelle avec l’Iran sur le sol irakien, en particulier d’une manière si flagrante et dangereusement provocatrice. Pour ces raisons, le Département d’État américain à exhorter les citoyens américains à quitter l’Irak immédiatement après ces derniers événements.

En même temps, cependant, de nombreux Irakiens sont récemment devenus de plus en plus amers face à l’ingérence de l’Iran dans leur pays – et ils ne sont donc pas furieux de l’assassinat de Soleimani. La preuve de cette affirmation réside dans les manifestations de masse croissantes contre l’Iran, qui ont mis en évidence les incendies répétés des consulats iraniens dans les bastions chiites de Najaf et Bassorah au cours de l’année écoulée.

De plus, des sondages d’opinion répétés et crédibles menés par le plus grand sondeur indépendant irakien, Munqith Dagher, ont démontré sans équivoque que la majorité du public irakien – y compris la majorité de sa population chiite – s’est fortement retournée contre l’Iran au cours des deux ou trois dernières années. Pour renforcer ce point, Washington devrait rappeler aux Irakiens et à d’autres que la présence même de Qassem Soleimani en Irak a violé le droit international, sous la forme de résolutions formelles du Conseil de sécurité des Nations Unies, lui imposant une interdiction de voyager à l’étranger pour ses activités illégales et malveillantes.

Pourtant, le fait que de nombreux Irakiens ne voient pas la mort de Soleimani comme une tragédie n’est pas une raison pour que les responsables américains continuent de se réjouir de la disparition de Soleimani, ou pour montrer que des Irakiens dansent dans les rues pour célébrer sa fin. Au contraire, une bien meilleure solution pour démontrer un engagement américain en faveur d’un Irak indépendant consiste à souligner, comme vient de le faire également le secrétaire d’État Pomepo, « l’engagement américain de désescalade » en Irak. C’est sûrement ce que la plupart des Irakiens, quelle que soit leur couleur politique, souhaitent.

En effet, la première déclaration prudente du président irakien Barham Salih en réponse au meurtre de Solemaini – et même la déclaration publiée par l’homme politique irakien clé Muqtada al-Sadr – a fait écho à ce désir. Il serait dans l’intérêt de toutes les parties concernées d’aller dans le sens d’une désescalade, aussi difficile que cela soit. Une première étape difficile mais nécessaire serait que les États-Unis évitent de nouvelles actions violentes à l’intérieur de l’Irak – même si l’Iran ou ses agents locaux prennent des mesures de représailles contre des cibles américaines là-bas. La désescalade du côté américain aiderait les Irakiens, les Américains et les Iraniens à continuer de coexister, bien que mal à l’aise, sur le territoire irakien.

Si, cependant, certains Irakiens exercent désormais une pression accrue au sein du Parlement et dans la rue pour expulser les Américains de leur pays, les États-Unis seront confrontés à un nouveau dilemme. C’est une possibilité réaliste, d’autant plus que la récente frappe des États-Unis sur les positions de Kata’ib Hezbollah en réponse au meurtre d’un entrepreneur américain a déjà lancé des appels au retrait des forces américaines plus tôt cette semaine. Auparavant, de hauts responsables irakiens avaient assuré à leurs homologues américains qu’ils bloqueraient un vote parlementaire sur cette question, mais ce calcul politique interne a peut-être changé. Dans le cas où les pressions contre le maintien d’une présence américaine en Irak augmentent, il existe également une option américaine de repli à envisager plus sérieusement à l’avenir.

Cette position de repli consisterait à continuer d’étendre discrètement l’empreinte militaire des États-Unis à l’intérieur de la région du Kurdistan autonome du nord de l’Irak, même en retirant une partie ou la totalité des troupes plus au sud. Le gouvernement régional du Kurdistan (ARK) est beaucoup plus uni à la fois dans son amitié envers les États-Unis et dans la méfiance vis-à-vis de l’Iran, de sorte que l’ARK pourrait bien accepter cet arrangement peu orthodoxe mais mutuellement avantageux. Il a également le pouvoir juridique et constitutionnel, tout en restant sous souveraineté irakienne, de « mener sa propre représentation et ses relations avec les nations étrangères ». Un tel résultat, bien que non idéal, maintiendrait une présence sécuritaire importante en Irak et dans la région dans son ensemble, et pourrait aider à désamorcer les tensions avec Bagdad et Téhéran à la suite de la crise actuelle de Soleimani.

Qui est Qassem Soleimani ?

Il se passe à peine une semaine sans mentionner le commandant notoire de la force d’élite iranienne Qods, le général de division Qassem Soleimani. Plus récemment, il a été lié à la répression brutale et meurtrière des manifestations en Irak – manifestations qui ont menacé la stabilité du gouvernement pro-iranien à Bagdad.

Né en 1957 dans un village du sud-est de l’Iran d’une famille pauvre, Soleimani a d’abord travaillé dans la construction pour aider son père à payer une dette. Il est devenu impliqué dans des activités révolutionnaires contre le régime du Shah iranien en 1976. Il a rejoint le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) d’Iran en 1979, juste au moment où le Corps a créé le commandement régional dans la ville de Kerman, où il avait vécu.

Malgré son manque d’expérience militaire, sa personnalité charismatique lui a ouvert des portes et il a rapidement reçu des postes de commandement. Ses premières fonctions comprenaient la répression des séparatistes kurdes dans l’ouest de l’Iran. Après le déclenchement de la guerre Iran-Irak, il a été envoyé sur le front sud contre l’Irak en 1981 et a gravi les échelons, devenant commandant de division à la fin de la guerre en 1988.

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI)

Il est retourné à Kerman en tant que commandant de division pour réprimer une rébellion locale lancée par des séparatistes sunnites baloutches – une mission qu’il a accomplie avec succès, mais avec de nombreuses victimes. En 1998, le guide suprême iranien Ali Khamenei l’a nommé à la tête de la Force Qods, en remplacement d’Ahmed Vahidi, qui a joué un rôle clé dans l’attaque de 1994 contre le centre AMIA de la communauté juive de Buenos Aires, qui a tué 85 personnes et blessé plus de 300. Vahidi a été lié à l’attentat à la bombe de 1996 contre Khobar en Arabie saoudite, qui a tué 19 soldats américains et blessé quelque 500 personnes.

Au cours des années suivantes, la Force Qods – qui fait partie du CGRI – s’est développée de façon spectaculaire, car son champ d’activités au Moyen-Orient a augmenté de façon exponentielle. La position de Soleimani a grandi avec le pouvoir de son unité secrète.

Au cours des 16 dernières années, la Force Qods a profité de l’effondrement des États du Moyen-Orient à la suite du Printemps arabe, de l’invasion américaine de l’Irak et des guerres civiles qui ont fait rage au Yémen et en Syrie pour constituer des forces iraniennes par procuration dans toute la région. L’Iran utilise ces forces pour menacer et attaquer les états arabes sunnites et Israël, et pour poursuivre son objectif de devenir une puissance hégémonique.

Au Liban, la Force Qods a constitué la force non étatique la plus puissante du monde : le Hezbollah. L’arsenal du Hezbollah de quelque 130 000 roquettes et missiles est dirigé directement sur les villes israéliennes et ces sites stratégiques. Il a plus de puissance de feu que la plupart des armées de l’OTAN.

Soleimani diriga l’activité iranienne dans tous les endroits que le régime considère comme importants pour sa profondeur stratégique, y compris l’Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen. Il est certainement plus qu’un chef militaire car son implication politique est très forte. 

En raison de la structure inhabituelle de l’état iranien (il ne ressemble à aucune structure gouvernementale occidentale), le rôle de Soleimani ne peut pas être décrit en utilisant la terminologie occidentale. Bien qu’il ne soit pas le commandant des CGRI, il est plus fort que le nouveau commandant de ce corps militaire important, le général de division Hossein Salami, même s’ils ont tous les deux du même grade.

Le domaine d’activité de Soleimani

Le régime iranien s’est d’abord efforcé de diffuser ses principes et son idéologie dans la région, puis a transformé cette vision en ce qu’il appelle « l’axe de la résistance », qui comprend la faction du Jihad islamique palestinien à Gaza. Cela s’est ensuite transformé en « profondeur stratégique ». Dans tous ces domaines, Soleimani a le dessus – plus que toute autre personne sur la scène politique et militaire iranienne.

Avec le ministère iranien des Affaires étrangères chargé des relations avec l’Europe, Soleimani gère les activités de l’Iran au Moyen-Orient, selon un arrangement non écrit mais clair.

Au Moyen-Orient, Soleimani a travaillé dur pour créer une armée multinationale, décrite comme étant son projet le plus important. L’armée de Soleimani est composée d’un réseau de milices pro-iraniennes, en grande partie chiites, comme Ansar Allah au Yémen, le Front populaire de mobilisation en Irak, le Hezbollah au Liban et un assortiment de milices en Syrie. Il décrivit la doctrine de cette armée. Il la relia aux objectifs de l’Iran et du CGRI.

En Iran, les objectifs du CGRI ne correspondent pas toujours à ceux du président iranien Hassan Rouhani et de son camp réformiste, mais cela n’a pas empêché le CGRI d’avoir le dernier mot sur un large éventail de questions, notamment la sécurité militaire, les affaires économiques et Le rôle de l’Iran au Moyen-Orient.

Bien que Soleimani soit la clé de la projection du pouvoir iranien, il a tiré ce pouvoir directement du Guide suprême. Cela aide à faire la lumière sur la façon dont l’Iran se perçoit par rapport à Israël. Le Guide suprême confère une légitimité au CGRI et, à son tour, ils agissent comme son pilier. Quand on voit d’où vient le pouvoir central de Soleimani – le Guide suprême – et que l’on analyse les déclarations de Khamenei sur la destruction d’Israël, l’image complète se rassemble. 

Selon cette image, Soleimani tirait son statut et son autorité de l’idéologie de Khamenei, qu’il traduisait ensuite en étapes sur le terrain. Le tableau d’ensemble est que Soleimani tirait beaucoup de pouvoir du Guide suprême, qui soutenait ses opérations en dehors des frontières de l’Iran.

Et ces opérations ne font que croître. La Force Qods a été créée en 1990 pour la mission déclarée d ‘ « exporter » la révolution iranienne à l’étranger, et elle s’est depuis transformée en la première force d’élite militaire iranienne.

Cette force a été à l’origine d’une série d’attaques contre les américains, Israël et les États arabes pro-occidentaux, utilisant la guerre par procuration pour atteindre ses objectifs et couvrir les traces de l’Iran et de cacher son implication directe.

La Force Qods comprend une série de quartiers généraux de département, de centres de commandement spéciaux et d’administrations régionales divisés selon les emplacements géographiques. La Force a beaucoup de prestige au sein de la direction iranienne, et a accès à de nombreuses ressources et influence les décisions stratégiques de sécurité iraniennes, y compris sur les questions étrangères sensibles qui touchent aux activités de l’Iran en Iran, en Irak, en Syrie, au Liban, en Afghanistan et à Gaza.

En 2007, le Trésor américain a désigné la Force Qods comme une entité terroriste. En 2011, Washington a sanctionné cinq Iraniens, dont Soleimani, de la Force Qods qui sont liés à un complot visant à assassiner l’ambassadeur saoudien aux États-Unis. Les États-Unis ont, aussi, décidé de désigner l’ensemble du CGRI comme organisation terroriste étrangère par le Département d’État.

Missiles balistiques iraniens

Soleimani avait reçu en effet le soutien du Guide suprême et, ces dernières années, il avait également obtenu un soutien populaire. Il avait consolidé son pouvoir en élargissant l’influence iranienne en activant divers mandataires dans la région du Moyen-Orient.

Ses activités s’étendaient du littoral méditerranéen libanais au Yémen. Il avait un large champ d’activité, qu’il maîtrisait bien. Il était le bras long du régime iranien pour agir au Moyen-Orient en prenant pour cibles les états arabes sunnites et Israël. 

Au cours des deux dernières années seulement, Israël a lancé des centaines de frappes sur des sites iraniens en Syrie, notamment des usines d’armes, des entrepôts de missiles et des escouades de militaires. Cela a empêché la Force Qods de réaliser l’essentiel de sa vision de la construction d’un deuxième Hezbollah en Syrie. Le projet de Soleimani est très grand et il a eu ses succès, mais il a aussi reçu des coups de temps en temps. Alors que Soleimani a été probablement satisfait des résultats de son sombre projet jusqu’à récemment, il a cherché à aller beaucoup plus loin.

La liquidation de Soleimani renforce la méfiance entre Trump et les démocrates

La présidente du Congrès americain (Speaker) Nancy Pelosi (D-Calif.) S’est plaint amèrement que le président Trump l’ait laissée, ainsi que d’autres dirigeants du Congrès, dans l’ombre avant d’entreprendre la liquidation du général iranien lors d’une frappe aérienne surprise.

La méfiance entre Trump et Pelosi est à un niveau record. Il y a seulement deux semaines, Pelosi a mené les démocrates de la Chambre lors d’un vote majoritaire du parti démocrate pour faire de Trump le troisième président de l’histoire des États-Unis à être destitué. Maintenant, Pelosi et ses alliés du Congrès sont bloqués dans une impasse sur la forme du procès de destitution au Sénat, l’empêchant d’avancer alors que Trump exige un acquittement rapide.

L’ordre de Trump de mener la frappe aérienne qui a tué le général major Qassem Soleimani – et sa décision de ne pas informer préalablement Pelosi, le président du comité du renseignement de la Chambre, Adam Schiff (D-Californie), le chef de la minorité du Sénat Charles Schumer (D-N.Y.) et d’autres membres du soi-disant gang des huit – a exacerbé les relations déjà tendues entre Trump et les démocrates du Congrès, ainsi que les fortes tensions entre les pouvoirs exécutif et législatif.

Les démocrates, ayant été laissés dans l’ignorance à propos d’une décision militaire clé, avertissent que les actions de Trump seront sûrement confrontées à des représailles de la part de Téhéran et pourraient propulser les États-Unis dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient. « Le besoin de consultation préalable et de transparence avec le Congrès a été inscrit dans la Constitution pour une raison, car le manque de consultation préalable et de transparence avec le Congrès peut conduire à des décisions hâtives et irréfléchies », a déclaré Schumer vendredi après-midi depuis le Sénat. « Lorsque la sécurité de la nation est en jeu, les décisions ne doivent pas être prises à la hâte » a-t-il ajouté avec véhémence.

Schumer a confirmé qu’il n’avait pas été informé à l’avance par l’administration Trump de la frappe aérienne. Le sénateur Mark Warner (Va.), le plus grand démocrate du comité sénatorial du renseignement, n’était pas non plus traditionnellement informé des opérations militaires importantes au sein du gang des huit, composé des principaux dirigeants bipartisans du Congrès et du comité du renseignement dans les deux chambres.

Armée iranienne

Un assistant du leader de la majorité au Sénat Mitch McConnell (R-Ky.) n’a fait aucun commentaire sur l’absence de notification, tandis que les assistants du leader de la minorité parlementaire Kevin McCarthy (R-Californie), le président du comité sénatorial du renseignement, Richard Burr (R-N.C.) et le représentant Devin Nunes (Californie), le principal républicain du House Intelligence Committee, n’a renvoyé aucune demande de commentaire. Mais McCarthy et McConnell ont exprimé leur soutien à la frappe aérienne ajoutant qu’un briefing classé secret état, pour tous les sénateurs, est en préparation pour la semaine prochaine.

Pelosi s’est entretenu avec le secrétaire à la Défense, Mark Esper, jeudi soir pour obtenir plus d’informations après la frappe aérienne. Le président a déclaré dans un communiqué que l’administration Trump avait mené la frappe sans autorisation officielle de recourir à la force militaire contre l’Iran ni consultation du Congrès.

« L’ensemble du Congrès doit être immédiatement informé de cette grave situation et des prochaines étapes envisagées par l’administration, y compris l’escalade importante du déploiement de troupes supplémentaires dans la région », a déclaré Pelosi.

Au moins un législateur du GOP a été informé du projet de cibler Soleimani. Le sénateur Lindsey Graham (R-S.C.) A déclaré à « Fox & Friends » vendredi matin qu’il avait été informé en Floride plus tôt cette semaine, où il avait été aperçu lundi jouant au golf avec Trump au complexe du président. « J’ai été informé de l’opération potentielle lorsque j’étais en Floride », a déclaré Graham vendredi. « J’apprécie d’être informé au préalable. J’apprécie vraiment que le président Trump informe le monde que vous ne pouvez pas tuer un Américain sans impunité ».

Mot de fin

Ce qui s’ensuit, sur le terrain, sera probablement très compliqué. Cependant, la méthode préférée de l’Iran a été de faire avancer ses pions en marge des états arabes, en exploitant leurs systèmes politiques dysfonctionnels tout en éloignant l’Iran de la mêlée. Cela lui a donné une grande capacité de perturbation sur le terrain, mais a également inquiété les gouvernements arabes qui ont vu l’émergence de milices pro-iraniennes hors de leur contrôle. 

On n’est pas encore là, mais l’assassinat de Soleimani ouvre de nombreuses portes que les précédentes administrations américaines avaient hésité à ouvrir. Washington et Téhéran devront calculer soigneusement ce qui est une nouvelle phase explosive de leur conflit. Les deux risquent beaucoup en cas de problème, ce qui signifie qu’il est également possible qu’ils se retirent du bord du précipice afin d’éviter un horizon d’incertitude destructrice.

Cependant, le régime iranien devra également être très prudent. Si les Américains, peut-être en coordination avec Israël, organisaient des frappes de représailles massives contre l’Iran et ses infrastructures économiques, ils pourraient nuire gravement à une économie iranienne déjà vulnérable et rallier les états arabes opposés à la République islamique. Cela pourrait créer des ouvertures pour une réduction de la puissance iranienne dans le monde arabe. Alors que la Russie et la Chine pourraient soutenir l’Iran diplomatiquement, le président russe Vladimir Poutine pourrait essayer de profiter de toute situation future pour asseoir le pouvoir russe dans la région.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed CHTATOU sur Twitter : @Ayurinu

Article19.ma

2 Commentaires

  1. pas du tout ces fanatiques sanguinaires barbares , ils n’ont à que se tenir au carreaux , si ils cherchent à imiter les coqs pour sauter sur les Poules , ils seront vite servi c’est ce sont des paroles , des gens qui frappent avant et ils parlent après , et ce suivant leur devise = vite, bien fort c’est la devise des meilleurs au Monde (VITE BIEN ET FORT ) qui dira mieux? et que fera mieux?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.