À Rabat, les prix à la pompe ce week-end sont autour 11,09 DH pour l’essence et 9,89 DH pour le diesel. Les bruits courent sur une probable augmentation mais ce le président de la Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants libres des stations services au Maroc (FNPCGSS), Jamal Zrikem est d’un autre avis.

« La structure des prix est déterminée par les sociétés de distribution en proposant les prix recommandés pour les stations », affirme Zrikem dans une déclaration au site arabophone Hespress.com, ajoutant que les stations n’interviennent pas dans la détermination des prix et que « la marge bénéficiaire des stations est restée inchangée depuis des décennies ».

Et de préciser que la marge bénéficiaire des stations-service « est limitée et n’affecte pas de manière significative les prix. Au contraire, les stations ont toujours été du côté du consommateur, en proposant lors de ses rencontres avec les responsables des formules de nature à maintenir la stabilité des prix ».

+ La nécessité de corréler les prix du marché national avec ceux du marché international +

Selon Zrikem, la hausse des prix a toujours été « préjudiciable aux intérêts des propriétaires de stations-service, compte tenu de notre marge bénéficiaire qui est calculée en centimes », soutenant que la fluctuation des prix pose aux professionnels des stations des problèmes avec les autorités fiscales.

« Nous avons demandé à plusieurs reprises au ministère de l’énergie et des mines à intervenir, à travers la mise en oeuvre des dispositions légales de protection des stations et des consommateurs », a-t-il poursuivi notant que les prix du pétrole ont connu « une légère hausse sur le marché international à cause de l’amélioration des relations commerciales entre les États-Unis et la Chine ».

Ene ce sens, le brut Brent a enregistré une augmentation d’environ 35 cents pour atteindre 68,39 dollars le baril, a-t-il rappelé avant de préciser: « Mais nous souhaitons la nécessité de corréler les prix du marché national avec ceux du marché international, car la hausse des prix sur les marchés internationaux est suivie d’une augmentation au niveau du marché national, mais sa baisse nécessite aussi une baisse similaire au Maroc ».

D’autre part, une source responsable de l’Union marocaine des professionnels a indiqué qu’à la demande du conseil de la concurrence ces derniers ont été interdits de parler des prix des carburants.

Les prix du pétrole ont de nouveau augmenté sur le marché international, vendredi matin, le Brent brut ayant atteint 69,5 dollars le baril, à la suite des tensions dans la région du Moyen-Orient après la mort de Qassem Soleimani, commandant de la Force iranienne Quds, ce qui augure de nouvelles hausses des prix des carburants.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.