Un appel. À l’approche du Nouvel An amazigh, l’Assemblée mondiale amazighe (AMA) a adressé un message au roi Mohammed VI et au chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani en vue de faire de cette occasion, qui coïncide avec le 13 janvier, un jour férié, chômé et payé.

« Nous sommes à la veille de la neuvième année de la reconnaissance par la Constitution marocaine de l’amazighe comme langue officielle, et après la ratification de la loi organique 26.16 fixant les étapes de la mise en oeuvre du caractère officiel de la langue amazighe et les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les différents secteurs prioritaires de la vie publique … Il est temps que le nouvel an amazigh soit reconnu comme une fête nationale officielle chômée et payée », souligne l’AMA dans sa correspondance.

Rachid Raha, président de l’AMA, a indiqué à alyaoum24 que la coalition amazighe appelle les Marocains, en plus des partis politiques, des associations et des organisations, à boycotter l’enseignement le 13 janvier courant en application du « principe de l’officialisation populaire » du jour de l’an amazigh comme journée fériée.
De son côté, Omar Balafrej, député de la Fédérale de la gauche démocratique, a adressé à ce sujet une question écrite au chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani.

+ Les symboles culturels…+

Balafrej a rappelé que le moment est venu de considérer le nouvel an amazigh comme une journée fériée, rappelant que la constitution de 2011 a fait de l’Amazighe une langue officielle et que la loi organique 26.16 a été adoptée en ce sens.

Pour sa part, Saïd Idbaali du groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme, a interrogé El Othmani sur les « mesures qu’il prendra pour faire du nouvel an amazigh une fête nationale ».

Le même parlementaire avait également interrogé le chef du gouvernement, il y a quelques semaines, sur « les vraies raisons qui l’empêchent de prendre cette décision ».

Dans une question écrite à El Othmani, le parlementaire a souligné que la promotion de toutes les composantes de l’identité et de la culture marocaine, y compris Amazigh, est devenue une nécessité et un devoir, en particulier en ce qui concerne « les symboles culturels, les fêtes et tout ce qui se rapporte à la culture de la société marocaine et ses traditions enracinées dans l’histoire ».

Pour rappel, l’Algérie a décidé l’année dernière de faire du 12 janvier une journée fériée marquant le nouvel an amazigh.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.