Par Nabyl Lahlou

Monsieur le Président,
Depuis le déclenchement des revendications, justes et légitimes, du peuple algérien frère, demandant l’instauration d’un régime civil et la fin de la main mise de la Grande Muette sur le pays  et ses richesses, jamais la devise de la République Algérienne Démocratique et Populaire : Par le Peuple et pour le Peuple, ne m’a paru aussi belle, aussi exaltante et aussi forte et vraie que je l’ai faite mienne, moi, qui suis un sujet de Sa Majesté le roi du Maroc, dont la devise est ALLAH, LA PATRIE, LE ROI.

Je  me sens un tantinet concerné et légitimement motivé pour parler de l’Algérie et de mon amour pour votre pays, amour qui remonte à ma rencontre avec un camarade de classe au Collège Moulay Idriss, avec qui nous partageâmes le même banc de la 6ème à la 4ème. Ce camarade  me racontait régulièrement  les combats héroïques et exemplaires des moudjahidines et de l’armée de libération  contre la France qui occupa l’Algérie par la force des armes, et qui, un siècle et demi plus tard, se voit chassée de l’Algérie  par la force des armes.

Le jour de l’Indépendance de l’Algérie, les larmes de joie et de bonheur coulèrent sur les  visages des Marocaines et des Marocains pour qui votre pays et le peuple Algérien étaient comme le Maroc et le peuple  marocain.

Dix ans après l’Indépendance de votre pays, Mostapha Kateb, directeur des théâtres en Algérie, ayant assisté à une représentation de ma pièce de théâtre Ophélie n’est pas morte que je jouais avec Michel de Meaulnes au théâtre Le Lucernaire, me proposa de venir à Alger pour enseigner le théâtre à l’Ecole Bordj El kifane.

Avec nos deux enfants, Chams, âgé de trois ans,  et sa petite sœur Assad, âgée d’un an et demi, nous partîmes, mon épouse et moi, au volant de notre voiture d’occasion, une Peugeot 405, pour l’Algérie, armés de notre idéalisme et de notre sens de la solidarité et du sacrifice comme nous l’avions prouvé sincèrement en acceptant d’habiter dans un bureau au quatrième étage d’un bâtiment administratif, aménagé en chambre d’hôte, sans cabinet de toilette ni eau ; il nous fallait descendre les quatre étages pour chercher l’eau. En attendant de déménager dans un appartement, ma femme, Eveline, agrégée de lettres classiques, enseigna bénévolement  le français aux futurs comédiens, pendant que moi, je les initiais à la pratique théâtrale, loin des discours théoriques. Parallèlement, je montais au théâtre National d’Alger, ma pièce   La grande kermesse, devenue Azzerda, sur proposition de Mostapha Kateb. Si les élèves de la première année, tous des fils de chouhada,  des orphelins, finirent par apprendre à rire, facilement et spontanément, eux qui ne pouvaient même pas sourire, pour les futurs comédiens et comédiennes de la 4ème et dernière année, qui intègreront le TNA, danser un slow en serrant sa partenaire contre soi, était inacceptable. Dieu le père! Le FIS rôdait-il déjà en 1972 ? Et comme je vois sur les photos et dans des reportages télévisés, les Algériennes  et les Algériens, qui réclament la fin du régime militaire, défiler séparément, je me dis que le fantôme du FIS est revenu. Mais revenons à Bordj El Kifane que nous quittâmes pour un appartement aux Anassir que nous abandonnions, un soir,  avec toutes nos affaires, pour quitter, dans la précipitation, l’Algérie, car je ne me sentais plus concerné par un pays que je croyais socialiste, humaniste et  libre. Je me sentais moins libre comme Vaclav Haval , qui en bava sous le régime communiste de son pays. Nous roulâmes toute la nuit et faillîmes être renversés par un sangler. Arrivés à la frontière Jouj Bral (Les deux mulets), nous présentâmes nos passeports à un jeune officier qui, me reconnaissant, n’osa  pas manifester sa joie envers moi, de peur d’être accusé de faire du favoritisme. Il regarda nos passeports puis me les rendit en me disant sur un ton autoritaire ; File vite : Rentre chez toi. C’était pour nous une chance divine, car si nous étions tombés sur un autre officier, il nous aurait refoulés à Alger pour faire nos cartes de séjour. Bonjour la bureaucratie.

J’ai évoqué cet officier, qui n’était autre que mon camarade du collège Moulay Idriss, sous le nom de Rachid Ghozali, dans deux scènes de mon dernier film Regarde le roi dans la lune, dont le directeur de la photo et l’ingénieur du son, sont des frères algériens, comme ceux qui signèrent l’image et le son de deux autres de mes films. L’Algérie était bien ancrée dans mon cœur pour que je décline toute invitation venant de mes amis algériens. Ainsi, en pleine montée du FIS, je m’étais rendu à Alger à mes frais, en compagnie de  ma deuxième femme, la comédienne Sophia Hadi,  pour présenter gratuitement quatre de mes films à la Cinémathèque d’Alger et celle de Blida. C’était sur une invitation du directeur des cinémathèques algériennes. Pendant notre séjour à l’Hôtel Orasis, j’ai vu, attablés au restaurant, des sahraouis aux visages beaux et nobles. Je vous avoue, monsieur le Président, que j’ai eu une vraie envie de me lever, d’aller les saluer et de leur demander s’ils voulaient bien discuter avec moi du Sahara marocain. Mais j’ai eu peur car je savais que j’étais dans un pays qui a fait de l’affaire du Sahara marocain, un fonds de commerce et un point d’honneur. J’ai longtemps observé les visages, ornés de fines barbes blanches, de ces hommes, de ces sahraouis septuagénaires que je n’ai pu  m’opposer aux larmes qui mouillèrent mes yeux.  Quel grand malheur pour les pauvres peuples maghrébins de se voir divisés, appauvris, manipulés et dressés les uns contre les autres, au nom d’une sale maladie mentale nommée Pouvoir.

En quittant Alger au volant de la voiture dont la vitre de la porte arrière avait été cassée, je me répétais sans cesse ; Quel gâchis ! Le colonialisme continue de gangrener nos deux pays pour son bonheur et notre  malheur, le malheur des peuples, algérien et marocain

Vive L’Algérie, sœur du Maroc. Vive le Maroc, frère de l’Algérie.

Rabat. 30 décembre 2019

Nabyl Lahlou

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

  1. c’est extraordinaire ce genre d’initiative , cet écrit , nous montre bien à quel point les peuples Maroco-Algérien ils sont condamnés à vivre dans leur ensemble, et vivre ensemble
    sauf si Nabyl il oublie qu’il est un citoyen MAGHRÉBIN civile , et le Régime Algérien est un régime , militaire idéologiquement, stalinien
    Ps
    mon père il était responsable des ramasses des aides , pour les (Féllaga Algériens ) , et me voilà , désireux de me rendre en Algérie , si j’aurai le Malheur un jour, m’y rendre , je passerai au moins 4 jours dans une cellule , sans jamais savoir pourquoi? juste parce que je suis Marocain , c’est la règle pour les Marocains qui s’aventure de le faire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.