Il va beaucoup nous manquer, ses écrits aussi. Les obsèques du grand journaliste, Mustapha Alaoui ont eu lieu samedi après-midi. Après les prières d’al-asr et du mort, le cortège funèbre s’est dirigé vers le cimetière de Sidi Messaoud, non loin de la mosquée de Hay Ryad à Rabat, où le défunt a été inhumé.

Nombreux journalistes, mais également ses amis et des personnalités de divers horizons, sont venus de loin pour rendre un dernier hommage au « doyen des journalistes marocains ».
Le directeur de l’hebdomadaire « Al Ousboue Assahafi » est décédé samedi matin à Rabat, à l’âge de 83 ans des suites d’une longue maladie.

Natif de la ville de Fès, le défunt a travaillé pendant de longues années dans le domaine du journalisme, où il a côtoyé plusieurs générations.

Il a obtenu son baccalauréat à Rabat avant de poursuivre ses études à l’École nationale de l’administration.

Le regretté était fonctionnaire du ministère de l’Éducation nationale avant d’épouser le métier de journaliste pendant de longues années et de gravir les échelons, pour occuper notamment les postes de rédacteur en chef et de directeur de l’hebdomadaire « Al Ousboue Assahafi ».

Il était connu par sa rubrique intitulée « Alhaqiqa Addaiâa » (la vérité perdue) publié chaque semaine sur les colonnes de « Al Ousboue Assahafi ».

La dernière, il l’a consacré au Rif en dévoilant comment le roi Hassan II voulait se réconcilier avec les habitants du Rif malgré les intrigues du Général Oufkir…

« C’était un grand Monsieur qui avait un long parcours… », ainsi le décrivit notre confère Mustapha Sehimi.

Adieu « Moulay Mustapha » !

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.