Il cristallisait la colère de la rue mais ses funérailles ont attiré une foule immense, selon les médias algériens. En fait, la foule a accompagné mercredi la dépouille de l’ancien chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, au cimetière El Alia dans la banlieue de la capitale algérienne.

La dépouille du général, décédé lundi d’une « crise cardiaque », a été transportée à bord d’un véhicule militaire accompagné de militaires et de plusieurs voitures de police pour ouvrir la voie au cortège funèbre.

Le convoi a eu beaucoup de mal à se frayer son chemin sur plusieurs kilomètres, en raison de la présence de milliers de personnes qui se sont rassemblées sur les places du Palais du Peuple, Addis Abeba, de la concorde nationale et au boulevard de l’Armée de libération, malgré les mesures de sécurité strictes.

Près du cimetière, des milliers de personnes ont également attendu l’arrivée du cortège funèbre en scandant: « Dieu est grand, l’armée et le peuple sont frères, et le Gaïd Salah est avec les martyrs ».

Dans leurs témoignages sur diverses chaînes de télévision publiques et privées, de nombreuses personnes ont comparé les funérailles du général aux funérailles populaires de l’ancien président Houari Boumediene.

Les hauts responsables algériens se sont recueillis, mercredi matin, sur la dépouille du général au Palais du Peuple près du Palais présidentiel au centre de la capitale algérienne.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboun a été le premier à présenter ses condoléances aux quatre fils du défunt, suivi par le chef d’état-major de l’armée par intérim, Saïd Chengriha, les hauts gradés de l’armée et des membres du gouvernement.

Le président Tebboune avait décrété 3 jours de deuil national à compter de lundi dernier suite au décès de l’homme fort de l’Algérie.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.