Incroyable mais malheureusement vrai. « Tok Tok » est est une application de messagerie émiratie téléchargée sur des millions de téléphones et aussi la dernière trouvaille dans la course aux armements numériques, selon le quotidien américain «The New York Times».

L’application en question est présentée comme un moyen facile et sécurisé pour chater par vidéo ou SMS avec des amis et des proches y compris dans un pays restreignant les services de messagerie comme WhatsApp et Skype.

Mai, ToTok est en fait un outil d’espionnage, selon des experts américains et une enquête du New York Times sur l’application et ses développeurs.

L’application est « utilisée par le gouvernement des Émirats arabes unis pour essayer de suivre chaque conversation, mouvement, relation, rendez-vous, en son et en image de ceux qui l’installent sur leur téléphone », précise le journal indiquant que ToTok a été lancé il y a quelques mois seulement et a été téléchargé des millions de fois sur les plateformes d’applications Apple et Google par des utilisateurs du Moyen-Orient, d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Nord.

Alors que la majorité de ses utilisateurs se trouvent aux Émirats, ToTok est devenu aussi l’une des applications sociales les plus téléchargées aux États-Unis la semaine dernière, selon le classement des applications et App Annie, une firme de recherche.

+ La dernière trouvaille dans la course aux armements numériques des riches gouvernements autoritaires +

Selon le New York Times, ToTok est la dernière trouvaille dans la course aux armements numériques des riches gouvernements autoritaires qui recherchent des méthodes plus efficaces et plus pratiques pour espionner leurs rivaux étrangers, les réseaux criminels et terroristes, les journalistes et les opposants.

La même source a ajouté que « les pays du golfe comme l’Arabie saoudite, les Émirats et le Qatar se sont tournés vers des entreprises privées, y compris israéliennes et américaines, pour pouvoir pirater leurs rivaux et, de plus en plus, leurs propres citoyens ».

Le développement de ToTok, selon les experts, montre que les gouvernements peuvent désormais espionner directement, sans intermédiaire, leurs cibles qui, volontairement, sans le savoir, dévoilent leurs informations.

Une analyse technique et des entretiens avec des experts en sécurité informatique montrent que l’entreprise derrière ToTok, « Breej Holding », est très probablement une société écran affiliée à « DarkMatter », une entreprise de cyber intelligence et de piratage basée à Abu Dhabi où travaillent des responsables des renseignements émiratis, d’anciens employés de la sécurité intérieure des États-Unis et des anciens agents du renseignement militaire israélien.

Le New York Times précise, par ailleurs, que le gouvernement émirati bloque les fonctions de messagerie comme WhatsApp et Skype, ce qui rend ToTok particulièrement attrayant dans le pays, ajoutant que Huawei, le géant chinois des télécommunications, a récemment promu ToTok dans ses publicités.

ToTok, qui suit la position de ses utilisateurs, recherche de nouveaux contacts chaque fois qu’un utilisateur ouvre l’application, sous prétexte qu’il aide à se connecter avec leurs amis. Il a accès aux microphones, caméras, calendrier et autres données téléphoniques des utilisateurs.

Bien que présenté comme «rapide et sécurisé», ToTok ne prétend pas être chiffré de bout en bout, comme WhatsApp, Signal ou Skype. La seule indication selon laquelle l’application divulgue les données de ses utilisateurs est noyée dans la politique de confidentialité: « Nous pouvons partager vos données personnelles avec les sociétés du groupe ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.