Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce samedi:

Le Matin :

• L’application effective de la régionalisation avancée, de ses principes théoriques comme de ses modalités pratiques, reste tributaire de la mise en place d’une politique régionale clairement définie et réalisable en matière économique, sociale, culturelle et environnementale, a souligné Sa Majesté le Roi Mohammed VI. « Un tel processus doit être mené en accord avec une politique publique intégrant la dimension régionale, s’appuyant sur une économie forte et efficiente, génératrice de croissance, pourvoyeuse d’emplois et garante de justice sociale et s’attachant à conférer une efficacité accrue aux programmes et aux projets entrepris au niveau territorial pour qu’ils puissent profiter réellement aux bénéficiaires ciblés », a indiqué SM le Roi dans un message adressé, vendredi à Agadir, aux participants aux premières Assises nationales de la régionalisation avancée.

• L’OCP, l’ONCF, et le Fonds Hassan II pour le développement économique et Social ont annoncé une alliance pour créer un Pôle national au service du développement de l’hôtellerie d’excellence au Maroc. Cette alliance inédite vise à promouvoir l’excellence hôtelière haut de gamme, vitrine du patrimoine et du savoir-faire marocains, au service de l’attractivité du pays et de sa renommée internationale, indique-t-on dans un communiqué, notant que cette alliance s’inscrit pleinement dans le cadre des Hautes Orientations Royales portant sur les mesures de restructuration de certains établissements et entreprises publics. Ces mesures doivent permettre au secteur public de consolider ses capacités d’investissement, à travers la préparation d’une nouvelle génération de plans sectoriels, cohérents et harmonieux et au lancement de nouveaux programmes d’investissements productifs, créant de nouvelles opportunités d’emplois.

L’Opinion :

• Les textes juridiques adoptés en commission de la Chambre des Représentants et qui seront soumis au vote des parlementaires lundi, sont d’une importance stratégique pour le Maroc vu qu’ils lui permettent de fortifier sa souveraineté sur les eaux adjacentes à ses provinces sahariennes. Le projet de loi 37-17 est en parfaite adéquation avec la Convention de Montego Bay de 1982. Il permettra donc au Maroc de procéder aux opérations techniques relatives à la délimitation des lignes de base à partir desquelles seront fixés les 12 milles de sa mer territoriale, les 200 milles de sa zone économique exclusive et les 350 milles du plateau continental. En étendant son autorité juridique à l’ensemble de son domaine maritime, le Maroc est dans son droit, tel que stipulé dans la Convention de Montego Bay de 1982.

• Le président de l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires d’Afrique (UCESA), Ahmed Reda Chami, a plaidé pour une meilleure adaptation aux changements climatiques. Intervenant à l’ouverture d’un atelier sous la thématique « les défis du dérèglement climatiques et les réponses à apporter au bénéfice des populations africaines », M. Chami n’a pas manqué de souligner « dans la nature des actions programmées, la majorité des financements mobilisés dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques sont alloués à l’atténuation, alors qu’il est impératif de diriger les efforts vers l’adaptation aux changements climatiques. » Cette adaptation, en plus d’être réactive pour réparer les dégâts, gérer les risques des catastrophes naturelles et les conséquences sur la santé, doit aussi être anticipative en ce qui concerne les écosystèmes des ressources vitales et certains secteurs clés notamment l’eau, la biodiversité, l’agriculture et le tourisme.

Libération :

• L’Initiative d’autonomie présentée par le Maroc en 2007 pour parvenir à un règlement définitif à la question du Sahara marocain, constitue « l’unique base d’une solution réaliste, viable et sérieuse » à ce conflit, indique une Déclaration conjointe publiée à l’issue de la visite de travail au Maroc de la ministre des Relations extérieures de la République du Salvador, Mme Alexandra Hill Tinoco. Le gouvernement salvadorien « appuie les efforts sérieux et crédibles » consentis par le Maroc pour la recherche d’une « solution politique réaliste, pragmatique et durable à ce différend régional, qui repose sur le compromis”, ajoute la déclaration, rendue publique au terme de la réunion tenue entre la responsable salvadorienne et le ministre des Affaires Étrangères de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Étranger, Nasser Bourita.

• Le 3-ème Prix national de la protection de la vie privée et des données à caractère personnel (Privacy Awards – Koun 3labal), organisé par la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), a été remis lors d’une cérémonie organisée jeudi à Rabat. Ce prix, dont la 3-ème édition a été organisée avec l’appui de l’Union européenne (UE), s’adresse principalement aux internautes marocains en vue de les sensibiliser à l’importance de protéger leur vie privée sur la Toile. Les participants à ce Prix étaient invités a produire une courte vidéo destinée à sensibiliser le public marocain à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Ainsi, le prix du jury a été attribué au jeune Jawad Ahssini pour un court-métrage qui met en garde contre les risques que représente l’accès du réseau Facebook aux données personnelles et leur partage sur son serveur.

Al Bayane :

• Le Maroc, l’Argentine, le Burkina Faso, le Danemark et la Suède « ont reçu la meilleure note lors de l’examen de suivi par le Comité de leur action concernant les recommandations prioritaires », indique un communiqué publié sur le site du Haut commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme. Les cinq pays se sont vu décerner la note «A» qui récompense les «mesures importantes» prises pour mettre en œuvre les recommandations du comité des Nations Unies pour les droits de l’homme. Le Maroc a reçu «A» « pour l’adoption de la loi sur le mécanisme national de prévention de la torture, désignant le Conseil national des droits de l’homme », précise la même source.

• Le crédit bancaire au secteur non financier devrait connaître une amélioration graduelle avec une croissance avoisinant 4% en 2019, puis 4,7% en 2020 et 5% en 2021, estime Bank Al-Maghrib (BAM). Dans ces conditions, la progression de l’agrégat M3 devrait se situer à 4,5% en 2019, à 4,4% en 2020 puis à 4,7% en 2021, relève la Banque dans son rapport trimestriel sur la politique monétaire. Pour sa part, le taux de change effectif réel (TCER) terminerait l’année 2019 en appréciation, « l’écart d’inflation en faveur du Maroc ne devant que partiellement contrebalancer le renforcement attendu du dirham face notamment à l’euro et au yuan chinois », montre le rapport, rendu public à l’issue de la dernière réunion trimestrielle de l’année du Conseil de la Banque centrale.

Al Alam :

• La République du Salvador a confirmé la marocanité du Sahara, en réaffirmant son appui à l’intégrité territoriale et à la souveraineté nationale du Royaume du Maroc. Lors d’un point de presse à l’issue de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, la ministre des Relations internationales du Salvador, Alexandra Hill Tinoco, a indiqué que son pays confirme la marocanité du Sahara et réaffirme son appui à l’intégrité territoriale et à la souveraineté nationale du Royaume du Maroc. A cette occasion, la responsable salvadorienne a réitéré le « retrait définitif » de son pays de sa reconnaissance de « l’entité virtuelle » de la +rasd+, assurant que cette décision, prise par le président Nayib Bukele, est une illustration de la volonté de la République du Salvador de s’ouvrir sur le monde arabe, et en particulier sur le Maroc.

• La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et Banco Sabadell Succursale Casablanca (BSC) ont signé, jeudi à Casablanca, un accord de prêt de 165 millions de dirhams (équivalent à 15 millions d’euros) en faveur du développement des petites et moyennes entreprises (PME) au Maroc. A travers cet accord, la BERD confirme son engagement en faveur du financement des PME au Maroc, lesquelles représentent la colonne vertébrale de l’économie (95% du tissu économique) et moteur de croissance inclusive et de création d’emploi, a souligné la directrice de la BERD au Maroc, Marie-Alexandra Veilleux-Laborie, en marge de la cérémonie de signature.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Mohamed Tibyay s’est qualifié pour la finale du Prix Rolex des initiatives ambitieuses et dont la valeur est de 200.000 francs suisse grâce à son projet « Indar » qui permet « de prévoir les inondations et de donner des alertes en amont ». Il s’agit du premier Marocain qui a atteint la finale de ce Prix grâce à son invention qui analyse automatiquement la situation des eaux et des pluies dans les zones à risque. Le dispositif est en mesure de donner l’alerte 48h avant le déclenchement de la crise, offrant ainsi aux services concernés par les catastrophes naturelles, un temps précieux pour intervenir et évacuer les personnes menacées et protéger les infrastructures.

• Le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a affirmé que son département a mobilisé un budget supplémentaire, ce qui lui a permis d’octroyer 18.757 bourses à titre exceptionnel, pour une enveloppe de plus de 28 millions de dirhams et de porter, ainsi, le taux de suite favorable au niveau national de 75% à 84%.

Al Massae:

• Le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville a mis en place un projet de loi imposant de nouvelles normes aux acteurs du secteur BTP pour éviter l’utilisation de matières prohibées et éviter les dangers relatifs à la qualité et à la sécurité des bâtiments. Le projet de loi octroie le droit de procéder au contrôle des opérations de construction aux officiers de la police judiciaire, aux contrôleurs techniques désignés par l’administration et aux ingénieurs et experts mandatés exceptionnellement par le Wali ou l’administration. Le projet évoque également des peines de prison allant d’un mois à un an pour les promoteurs immobiliers et les constructeurs qui vont à l’encontre des dispositions de ce texte de loi.

• Le bureau de la Chambre des représentants a renvoyé devant la Commission financière le projet de loi relative aux pensions des députés, suite à la demande de nombreux groupes parlementaires de trancher cette question dans les plus brefs délais. Le Bureau de la Chambre des représentants a invité le gouvernement à se prononcer sur une dizaine de propositions restées en suspens, dont le projet de loi relatif aux pensions des députés. Ce projet prévoit que les pensions ne soient reversées aux députés qu’à partir de l’âge de 65 ans et non directement après avoir quitté le Parlement, comme c’est le cas actuellement.

Akhbar Al Yaoum:

• La réunion de haut niveau tenue à Paris entre le Maroc et la France s’est conclue par la signatures de nombreux accords. Lors de la cérémonie de clôture, sous la coprésidence des deux chefs du gouvernement, Saâd Dine El Otmani et Édouard Philippe, des accords ont été signés dans les domaines de l’économie, de la culture et de l’éducation. Il s’agit notamment de l’octroi d’un prêt de 150 millions d’euros en faveur de l’insertion économique des jeunes dans trois régions à savoir: Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Souss-Massa, d’une Déclaration d’intention sur la coopération dans les domaines de l’enseignement préscolaire, de la formation initiale et continue des enseignants et d’un arrangement administratif relatif au développement de la coopération en matière de propriété industrielle entre l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) et l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC).

• La Maroc et l’Espagne ont fait part de leur détermination à développer l’expérience des ouvrières saisonnières marocaines travaillant dans la cueillette des fraises et des fruits rouges dans le pays ibérique, ont affirmé récemment à Rabat le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amkraz, et l’ambassadeur d’Espagne au Maroc Ricardo Diez Hochleitner. Les deux parties se sont félicités, lors d’une entrevue consacrée au partenariat maroco-espagnol, de l’expérience menée entre les deux pays, tout en exprimant leur volonté d’en élargir l’éventail de sorte à augmenter le nombre des travailleuses et à améliorer leurs conditions. L’accent sera en effet mis sur l’acquisition de compétences supplémentaires par les ouvrières marocaines grâce à l’organisation de formations de courte durée afin de leur permettre de créer leurs propres entreprises après leur retour au Maroc.

Rissalat Al Oumma :

• Les échanges commerciaux du Maroc avec la France ont augmenté de 7,1% en 2018 pour atteindre 117,1 milliards de dirhams, après une progression de 6,6% en 2017, selon la Direction des Etudes et des Prévisions financières relevant du ministère de l’Economie et des Finances et la réforme de l’administration. De 2012 à 2018, la France est le premier investisseur au Maroc avec une part de 28% en moyenne. En 2018-2019, elle est devenue deuxième investisseur au Royaume, devancée par l’Irlande (dont la part a atteint 20%). Sur les neuf premiers mois de 2019, les importations en provenance de la France ont rebondi de 11,5%, en glissement annuel, pour s’établir à 44,5 milliards de dirhams. Les exportations vers la France se sont accrues de leur côté de 2,4% pour atteindre 45 milliards de dirhams. Le solde commercial reste excédentaire (443 millions de dirhams), avec un taux de couverture des importations par les exportations de l’ordre 101%.

• Pour son premier passage devant la commission de contrôle financier, le directeur général de l’OCP, Mostafa Terrab, a souligné que l’Office a élaboré un programme pour la production de 3 millions de tonnes d’engrais à Safi pour la période (2019-2026), la contribution à la création de 2500 emplois permanents, de 5 millions de journées de travail pour une enveloppe budgétaire de 4 milliards de dollars. Mostafa Terrab n’a pas manqué de défendre son bilan à la tête du groupe OCP de 2006 à 2018, ainsi que la création d’une ligne pour transporter des phosphates entre Benguerir et Youssoufia, et de Yossoufia à Safi.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• La France a réaffirmé son appui au plan d’autonomie présenté par le Maroc pour régler le différend autour du Sahara et le considère comme « base sérieuse et crédible en vue d’une solution politique négociée ». Selon la Déclaration conjointe publiée au terme de la Rencontre de Haut Niveau (RHN) France-Maroc tenue, jeudi à Paris, sous la co-présidence du Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani et du Premier ministre Edouard Philippe, « la France se félicite des efforts sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant » vers un règlement de la question du Sahara et « réitère son soutien à la recherche d’une solution politique qui soit juste, durable et mutuellement acceptable, basée sur le compromis, sous l’égide des Nations unies et conformément aux résolutions du Conseil de sécurité ». Dans ce contexte, « la France appuie le plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007 comme base sérieuse et crédible en vue d’une solution politique négociée », souligne le texte de la Déclaration.

Bayane Al Yaoum :

• A la veille de la tenue des assises nationales de la régionalisation avancée, un nouveau rapport vient d’être publié par la DEPF mettant l’accent sur les spécificités des douze régions marocaines, leur potentiel économique respectif et les efforts déployés par les pouvoirs publics pour réhabiliter les territoires et accélérer leur développement. Ainsi, la région de Casablanca-Settat a contribué à hauteur de 27,4% à la richesse nationale en 2016, poursuit le document, notant qu’elle a connu le lancement de plusieurs projets structurants à même de renforcer sa compétitivité, la création de la richesse et de l’emploi et faire face aux défis environnementaux auxquels la région de Casablanca-Settat est confrontée.

• Les moyens de renforcer les outils de communication et de coopération entre le Ministère public et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) en vue d’étendre la protection sociale au Maroc a été au centre de discussions lors d’un séminaire, tenu jeudi à Casablanca. Organisé conjointement par la présidence du Ministère public et la CNSS, cet événement a été une occasion de mettre en exergue les mesures pénales prévues en matière de protection sociale, devant pallier aux contraintes qui entravent essentiellement le travail des agents de la Caisse au cours de leurs missions de contrôle et vérification des entreprises assujetties au régime de sécurité sociale. Intervenant à cette occasion, le secrétaire général de la présidence du Ministère public, Hicham Balaoui, a souligné l’importance de débattre de la protection sociale à travers le rôle du ministère public en la matière ainsi que sa contribution dans la sécurité sociale et économique des salariés. Balaoui, qui a mis en avant le rôle de la CNSS dans le domaine de la protection sociale et l’extension de sa base, a fait savoir que cette journée d’étude constitue une occasion d’échanger les points de vue entre les magistrats du parquet, les responsables et les cadres de la Caisse en vue de souligner les différents acquis et de les mettre en valeur.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.