Carte des Etats-membres

Par Dr Mohamed Chtatou

L’Europe et les voisins du sud

L’Europe a une histoire complexe avec ses voisins du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA). Des histoires coloniales à un agenda politique unifié, l’Europe cherche depuis longtemps à étendre sa sphère d’influence au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. L’histoire européenne, et certainement l’histoire de l’Union européenne en tant que projet politique, est inextricable de ses politiques envers ses voisins immédiats autour de la Méditerranée. Si les relations historiques de l’Europe avec ses voisins de la région MENA reposent en grande partie sur le colonialisme, ce n’est que récemment que l’UE a créé une politique officielle et unifiée à l’égard de ses voisins de la région MENA.

Le développement de la politique européenne pendant la guerre froide a marqué un virage vers la « sécurité méditerranéenne dans un cadre régional et multilatéral » (Del Sarto 2006, 10). Ce n’est que dans les années 1990 que la région MENA s’est davantage concentrée sur les préoccupations de politique étrangère de l’UE.

À cet objectif était attaché un langage prolifique de sécurité et de stabilité dans la région (Kienle 1998 ; Romeo 1998). Alors que l’Union soviétique s’effondrait, la géopolitique de la région a changé d’orientation et l’Europe a commencé à étendre son influence dans son voisinage méditerranéen. De plus en plus, des questions telles que l’immigration, le terrorisme, le trafic et les besoins énergétiques ont déplacé l’attention européenne vers les parties sud et est de la Méditerranée.

Depuis 1995, la région a pris une importance accrue pour l’UE, tant sur le plan de la politique étrangère que sur le plan national. L’UE déclare que ses voisins de la région MENA représentent l’intersection de préoccupations « stratégiques » ou « pratiques » pour l’UE et témoignent de sa contribution importante à travers l’histoire à « l’enrichissement mutuel des cultures et des civilisations » (Commission des Communautés européennes 2003a, 13).

Au milieu des années 2000, les relations euro-méditerranéennes existantes se sont définies institutionnellement à travers deux piliers : la politique européenne de voisinage et l’Union pour la Méditerranée (y compris ses prédécesseurs). En s’engageant dans le maintien de la sécurité économique, politique et humanitaire dans la région, la politique étrangère proactive de l’UE à l’égard de ses voisins du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord a deux objectifs principaux : encourager les réformes politiques et économiques dans les pays MENA et assurer la coopération régionale entre l’UE et ses voisins.

D’une manière générale, la politique actuelle de l’UE à l’égard de la région MENA se concentre sur trois stratégies :

  •  Premièrement, l’UE cherche à encourager et à faciliter les réformes politiques, sociales, humanitaires et économiques dans ses voisins de la région MENA ;
  • Deuxièmement, l’UE cherche à approfondir les relations, tant bilatérales que régionales, entre l’UE et ses partenaires non européens ainsi qu’entre les États MENA eux-mêmes ; et
  • Troisièmement, une grande partie de l’attention de l’UE envers la région s’est concentrée sur les relations israélo-palestiniennes.
Nasser Kamel, Secrétaire général depuis juin 2018 de l’Union pour la Méditerranée (UpM), lors de son échange avec des journalistes de l’Association de la Presse Diplomatique Française (APDF), à Paris, le 5 mars 2019. © AM/AFP

Partenariat Euromed 

Le Partenariat Euromed, dit aussi Processus de Barcelone a été lancé en novembre 1995 lors de la réunion au sommet de Barcelone des ministres des affaires étrangères. L’objectif du partenariat est d’établir une zone de paix, de stabilité, de compréhension mutuelle entre les peuples de la Méditerranée et de prospérité partagée grâce à une coopération renforcée et à l’approfondissement de la zone de libre-échange euro-méditerranéenne à l’horizon de 2010.

Cependant, en tant que projet pilote crucial de la politique étrangère européenne, le processus de Barcelone a eu du mal à progresser dans le temps. Surtout en ce qui concerne son acquis en matière de sécurité, la stagnation était déjà visible lors de la conférence de Marseille en 2000, lorsque les partenaires du Partenariat Euro-Méditerranéen (PEM) ne se sont pas mis d’accord sur un terrain d’entente pour une réforme de la sécurité.

À la suite des événements du 11 septembre 2001, les relations euro-méditerranéennes ont connu de graves revers résultant d’un changement considérable des besoins de sécurité occidentaux conduisant à une « titrisation » (voir Institut des études de sécurité de l’Union européenne 2008 : 16-18) de diverses politiques. En conséquence, la politique méditerranéenne de l’UE s’est enchevêtrée dans l’ambiguïté.

Tout en promouvant la réforme politique, la démocratie et la liberté dans les pays voisins d’une part, l’UE a restreint au lieu de libéraliser la liberté de circulation de l’autre – en particulier en ce qui concerne les politiques migratoires – afin de répondre à ses exigences de sécurité. Des preuves de l’incohérence des politiques européennes vis-à-vis de ses partenaires du sud ont été fournies par la stratégie européenne de sécurité en 2003, confirmant que «la région méditerranéenne continue généralement de connaître de graves problèmes de stagnation économique, de troubles sociaux et de conflits non résolus » (Stratégie européenne de sécurité, 2003 : 9).

Le processus de Barcelone, qui comprenait le Partenariat Euro-Méditerranéen (PEM) et l’Union pour la Méditerranée (UpM), a été créé sous les auspices d’essayer d’améliorer les relations et d’atténuer les inégalités entre l’UE et ses voisins du sud et du sud-est. La déclaration de Barcelone a été signée en 1995 et a institutionnalisé le partenariat entre l’UE et ses voisins du sud de la Méditerranée. Le processus de Barcelone a conduit à la création du Partenariat Euro-Méditerranéen (PEM), démontrant les tentatives de l’UE de créer une politique étrangère unifiée et définie envers la région. Il a été considéré comme un moyen d’accroître les relations stratégiques entre l’UE et les États du Sud dans le cadre de la Politique européenne de voisinage (PEV). L’Union européenne souligne l’importance institutionnelle de la région MENA, notant que le processus de Barcelone améliore les relations entre l’UE et la région MENA en :

  • Améliorer le niveau politique des relations de l’UE avec ses partenaires méditerranéens ;
  • Assurer la copropriété de nos relations multilatérales ; et
  • Rendre ces relations plus concrètes et visibles à travers des projets régionaux et sous régionaux supplémentaires, pertinents pour les citoyens de la région (Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée 2008 a, 13).

En 2004, année du plus grand cycle d’élargissement de l’UE, l’accent a été mis sur l’élargissement plutôt que l’approfondissement. Néanmoins, en guise de contrepoids, le PEM a été complété par la création de la Politique européenne de voisinage (PEV) qui visait à faire le bilan de six autres voisins de l’UE en provenance de l’Est et s’est également efforcé de promouvoir la réforme dans les pays partenaires du sud.

Cependant, le PEM et la PEV étaient contradictoires dans leur approche géographique et la PEV souffrait d’une forte ambivalence, qu’il s’agisse d’une alternative à l’élargissement ou d’une phase de préadhésion ; diviser clairement les partenaires de la PEV à l’est et au sud (voir Marchesi, Daniele 2008 : 188).

Un an plus tard, à l’occasion du 10e anniversaire du Processus de Barcelone, les membres du PEM se sont mis d’accord sur un programme de travail quinquennal qui a fondamentalement réaffirmé les objectifs de la Déclaration de Barcelone et formulé l’objectif d’accroître la visibilité du partenariat. En outre, le sommet a également décidé d’un code de conduite euro-méditerranéen pour lutter contre le terrorisme et a ajouté le thème de la migration comme quatrième pilier du partenariat – une action cohérente compte tenu des développements antérieurs.

Malgré ces efforts, des critiques croissantes ont été formulées à propos de l’incohérence et de l’inefficacité de la politique méditerranéenne de l’UE. La plupart des observateurs ont convenu que le PEM n’avait jusqu’à présent pas permis d’obtenir de nombreux résultats tangibles en créant une zone méditerranéenne de paix, de stabilité et de prospérité.

Union pour la Méditerranée

La décision du Conseil européen, réuni à Bruxelles les 13 et 14 mars 2008, d’approuver le principe d’une Union pour la Méditerranée est potentiellement un tournant important dans le processus de Barcelone. Issu de l’appel à une « Union méditerranéenne » (UM) lancé par Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle française de février 2007, l’idée a été très fortement diluée au cours d’une année de négociations intermittentes, comme en témoignent les changements de nom et par conséquent ses initiales – de UM (ou UPM dans les versions françaises) à UMed.

Projets UpM labellisés

La modification a été motivée par la détermination de la plupart des acteurs de l’UE à rendre l’UM compatible avec le processus de Barcelone et les structures et mécanismes institutionnels de prise de décision de l’UE, ce qu’il semblait initialement ignorer – promettant à la place un cadre et une approche entièrement nouveaux pour coopération pan-méditerranéenne. Le nom adopté (au moins provisoirement) à Bruxelles, « Processus de Barcelone : ​​Union pour la Méditerranée » exprime la continuité, malgré l’implication que le nom officiel d’origine de ce processus, le Partenariat euro-méditerranéen (PEM), sera remplacé à l’Euro -Med sommet qui se tiendra à Paris le 13 juillet.

L’importance de l’initiative française, dans sa forme originale, résidait dans la reconnaissance tacite que, si le PEM a permis de faire évoluer positivement les relations euro-méditerranéennes, les principaux objectifs énoncés dans la déclaration de Barcelone de 1995 sont restés insaisissables, notamment dans en ce qui concerne les objectifs ultimes de prospérité, de sécurité et de réforme politique. Curieusement, l’initiative la plus récente lancée depuis le palais de l’Elysée n’est pas née d’un examen fondamental du projet de Barcelone d’origine, et donc sa logique stratégique (très remise en question dans le monde académique) est susceptible de survivre aux changements qui ont eu lieu en 2008.

Plutôt que de commencer par une évaluation du processus jusqu’à présent, la genèse de l’UM a consisté en :

  • Premièrement, le lancement de l’idée générale d’une Union Méditerranéenne exclusive, utilisée par voie électorale pour répondre aux préoccupations politiques internes en France, ainsi que pour annoncer une nouvelle ambition de la politique étrangère française ;
  • Deuxièmement, un examen plus détaillé de sa substance par les nouveaux conseillers du président français et d’autres experts, reflété dans de nouvelles formulations avec chaque document ou déclaration successive ;
  • Troisièmement, les réactions à la proposition, souvent critiques, de la part de la Commission européenne, des États membres de l’UE et des partenaires méditerranéens ;
  • Quatrièmement, un processus de compromis, par lequel Sarkozy est parvenu à un accord avec des opposants sur des aspects clés de l’idée originale (initialement avec l’Espagne et l’Italie et plus tard – après une plus grande friction – avec l’Allemagne) ; et
  • Cinquièmement, la présentation de la proposition substantiellement révisée au Conseil européen de mars 2008.

Ce schéma rappelle quelque peu la genèse du PEM, sauf que :

  • (a) l’Espagne était le principal « moteur » à cette occasion et son programme national était plutôt moins évident que les intérêts du promoteur de la UpM ; et
  • (b) les propositions françaises n’aboutiront pas à la création d’un nouveau projet. Le processus reflète le fait que l’UpM, comme le PEM d’origine, est d’abord et avant tout un aspect de la politique étrangère européenne, une réalité qui est en tension avec le principe d’égalité impliqué par le terme « partenariat » et encore une fois épousée dans la proposition de l’UM, mais toujours niée par les réalités d’un cadre euro-méditerranéen asymétrique dans lequel un Nord intégré coïncide avec un Sud beaucoup moins intégré.

Une fois de plus, les pays méditerranéens non membres de l’UE sont informés de l’avancement de ces développements européens mais ne seront consultés qu’une fois qu’ils auront été traduits dans la politique de l’UE. Néanmoins, les propositions présentées par le président français visent à répondre à au moins une des critiques exprimées par les pays partenaires méditerranéens au fil des ans en proposant de nouvelles structures institutionnelles basées sur un degré de parité dans la représentation Nord-Sud.

L’Union pour la Méditerranée (UpM) a été formellement établi lors du sommet de Paris le 13 juillet 2008, dans le but de donner « une nouvelle impulsion au processus de Barcelone ». Le Conseil européen du 13 mars 2008 « a consacré « l’européanisation » de l’initiative française, établissant ainsi le cadre de l’UpM comme la nouvelle politique centrale de l’UE à l’égard de la Méditerranée ».

L’UpM comprend 28 États membres de l’UE et 15 pays méditerranéens. (Membres de l’UE, Turquie, Israël, Bosnie-Herzégovine, Albanie, Monaco, Monténégro, Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Mauritanie, Maroc, Palestine, Syrie et Tunisie). La Syrie a suspendu son adhésion à l’UpM le 1er décembre 2011 et la Libye a le statut d’observateur. Le Secrétariat de l’UpM, basé à Barcelone, est chargé d’assurer la coordination nécessaire des projets qui seront sélectionnés pour la mise en œuvre. Le Secrétariat a commencé ses fonctions en 2010 et est situé à Barcelone. Nasser Kamel, ex-ambassadeur d’Égypte en France et au Royaume-Uni, est le secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée depuis juin 2018.

L’UpM devrait s’appuyer sur l’acquis des initiatives précédentes et renforcer les acquis du processus de Barcelone. Les objectifs du processus restent donc valables pour l’UpM.

L’UpM est structurée autour de six projets prioritaires sélectionnés par les chefs d’État et de gouvernement et annexés à la Déclaration de Paris :

1- Dépollution de la Méditerranée ;

2- Autoroutes maritimes et terrestres ;

3- Protection civile ;

4- Énergies alternatives incorporées dans le Plan solaire méditerranéen ;

5- L’enseignement supérieur et la recherche et l’Université euro-méditerranéenne ; et

6- L’initiative pour le développement des entreprises en Méditerranée.

Nature de l’UpM

Dans le prolongement du partenariat euro-méditerranéen (Euro-Med), également connu sous le nom de processus de Barcelone, l’Union pour la Méditerranée (UpM) est une organisation intergouvernementale qui vise à renforcer la coopération dans la région méditerranéenne. Elle offre une plate-forme unique, couvrant les sujets allant des questions politiques et économiques à celles du domaine socioculturel. L’objectif de l’UpM est d’encourager la paix, la stabilité, la sécurité et la prospérité économique commune et de renforcer l’intégration régionale dans le cadre du dialogue interculturel dans la zone euro-méditerranéenne ainsi que conformément aux principes de la démocratie, des droits de l’homme et les droits fondamentaux.

Les domaines prioritaires de l’UpM ont été définis comme les transports et le développement urbain, le développement des entreprises et l’emploi, l’énergie et l’action pour le climat, l’enseignement supérieur et la recherche, les affaires sociales et civiles et l’eau et l’environnement. Ainsi, l’UpM totalise 54 projets labellisés d’une valeur de plus de 5,5 milliards d’euros, dont 35 déjà lancés.

Le label UpM est attribué aux projets de coopération régionale par l’approbation unanime des pays membres qui se réunissent régulièrement par l’intermédiaire de leurs hauts fonctionnaires.

Nature de l’UpM

L’UpM a été conçue comme une plate-forme pour approfondir la coopération en Méditerranée à travers le dialogue politique et avec l’aide de projets régionaux, sous régionaux et transfrontaliers.

L’UPM s’inspire des objectifs énoncés dans la Déclaration, adoptée au Sommet de Paris, à savoir œuvrer à la création d’un espace de paix, de stabilité, de sécurité et de prospérité économique partagée, ainsi qu’au plein respect des principes démocratiques, des droits de l’homme et libertés fondamentales et promotion de la compréhension entre les cultures et les civilisations de la région euro-méditerranéenne. La déclaration a également noté que le processus de coopération est indépendant du processus d’élargissement de l’UE et de son processus de négociation d’adhésion.

Logo de l’UpM

La coprésidence, qui est assumée par un État membre de l’UE et un pays partenaire méditerranéen pendant deux ans, les réunions des hauts fonctionnaires, qui se tiennent régulièrement en réunissant des représentants des ministères des affaires étrangères des 43 pays de l’UpM et le Secrétariat de l’UpM est le principal organe institutionnel de l’UpM.

Le secrétariat de l’UpM est dirigé par un secrétaire général et six secrétaires généraux adjoints, dont trois sont choisis parmi les candidats des pays partenaires méditerranéens et les trois autres parmi les candidats proposés par les États membres de l’UE. Les hauts fonctionnaires approuvent ensuite par consensus un mandat de trois ans. Il est possible de prolonger à six ans (3 + 3) la durée du mandat du Secrétaire général et des Secrétaires généraux adjoints, la décision devant être prise par consensus par les hauts fonctionnaires. Il a également été décidé lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UpM à Marseille en 2008 que le secrétaire général est toujours élu parmi les pays tiers.

La Fondation Anna Lindh (FAL), l’Assemblée parlementaire de l’UpM (AP-UpM), l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM) constituent les dimensions de la gouvernance culturelle, parlementaire et locale de l’UpM.

La Fondation Anna Lindh a été créée en 2005 en vue de renforcer le dialogue interculturel dans le cadre de l’UpM. Avec son siège à Alexandrie, des réseaux nationaux ont été fondés au sein de l’ALF.

L’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (PA-UpM), qui a commencé ses activités en 2004, constitue la dimension parlementaire de l’UpM. L’Assemblée comprend les États membres de l’UE, les pays méditerranéens non membres et des membres du Parlement européen.

Une étape importante a été franchie lors du II Forum régional en janvier 2017 avec l’adoption par les ministres des Affaires étrangères de l’UpM d’une nouvelle feuille de route pour l’action, intitulée « L’Union pour la Méditerranée : une organisation motivée par l’action et avec une ambition commune ». Cette forte impulsion politique a réaffirmé l’engagement des 43 États membres à travailler ensemble pour un programme de coopération régionale euro-méditerranéen approfondi et efficace à travers l’UpM. La nouvelle feuille de route a souligné le rôle clé joué par l’organisation en tant que cadre unique pour le dialogue politique et la coopération régionale dans la zone euro-méditerranéenne.

Obstacles politiques 

Des problèmes politiques ont entravé les progrès au niveau de l’UpM dans son ensemble et au niveau économique plus spécifiquement. L’impact potentiel de division de l’UpM sur l’Afrique, réparti entre les pays d’Afrique méditerranéenne et l’Afrique subsaharienne et, par conséquent, sur les relations Afrique-UE, a alimenté la réticence de certains PPM à s’engager dans l’initiative UpM, ralentissant ainsi la mise en œuvre. Cela a conduit la Libye à avertir que l’UpM conduirait l’Afrique à une soi-disant « coopération à deux vitesses » avec l’UE, où les pays subsahariens seront relégués à une place secondaire par opposition à l’Afrique du Nord. L’enjeu est donc de préserver la cohérence de la stratégie commune Afrique-UE et d’assurer la complémentarité effective de l’UpM avec les autres cadres européens existants.

Siège de l’UpM à Barcelone

De plus, deux problèmes politiques persistants ont sapé le projet d’une UpM, selon Patrick Seale, un expert de premier plan sur le Moyen-Orient. Le premier obstacle politique majeur est le conflit israélo-arabe, qui a éclaté de décembre 2008 à janvier 2009. La guerre a poussé l’Égypte à demander la suspension officielle de toutes les réunions liées à l’UpM ; aucun n’avait été retenu jusqu’en décembre 2009. En outre, Seale prévient que toute discussion sérieuse de projets méditerranéens communs reposera sur la résolution du différend actuel entre l’Algérie et le Maroc sur le Sahara occidental ; la frontière entre les deux poids lourds nord-africains reste actuellement fermée.

Les principaux défis

Les principaux défis pour aller de l’avant seront de regarder derrière la rhétorique prometteuse et d’identifier la valeur ajoutée effective que l’UpM peut apporter et d’assurer une plus grande cohérence et une bonne coordination avec les initiatives UE-Méditerranée existantes. Une mise en œuvre rapide de l’initiative sera rendue encore plus difficile, le ralentissement économique actuel détournant l’attention des pays européens de la région méditerranéenne et réduisant le financement disponible pour l’investissement.

Pour certains, l’UpM en l’état offre des perspectives économiques limitées. Cependant, un représentant d’une banque d’investissement nord-africaine a récemment déclaré que le Plan solaire méditerranéen, par lequel l’UE financera des fermes solaires dans la région méditerranéenne et achètera de l’électricité pour la consommation de l’UE, pourrait être une exception qui aura du potentiel.

Les progrès dépendront de la capacité de l’UpM à réaliser des projets économiques concrets qui promeuvent une coopération économique efficace entre les partenaires méditerranéens de manière cohérente et présentent des avantages précoces pour les citoyens ordinaires. Dans une large mesure, cela dépendra de la capacité de surmonter les problèmes politiques actuels. Le point de vue de l’ex-président français Nicolas Sarkozy selon lequel l’UpM devrait être établie non pas en dépit du conflit israélo-palestinien, mais à cause de cela, s’avère trop simpliste. Un réel effort est nécessaire pour résoudre ce conflit. Les progrès nécessiteront également une plus grande coopération entre les pays d’Afrique du Nord – une condition préalable au renforcement de la région méditerranéenne dans son ensemble.

Une mise en œuvre difficile

Une question importante est de savoir si les projets de l’UpM auront le caractère stratégique et dynamique requis pour aider à dépasser les limites des politiques précédentes de l’UE et du PEM (Partenariat Euro-Méditerranéen). S’ils le font, l’UpM ajouterait certainement de la valeur au PEM.

Parmi les réalisations économiques du PGE, il convient de noter la mise en œuvre satisfaisante des zones de libre-échange bilatérales établies dans le cadre des accords d’association. Ces zones – ainsi que les accords de libre-échange entre les pays partenaires méditerranéens et une intégration globale renforcée promue par les « plans d’action » dans le cadre de la Politique européenne de voisinage (PEV) lancée en 2004 – jettent les bases de l’architecture de la ZLEEM (Zone de libre-échange euro-méditerranéenne). En conséquence, les importantes réformes économiques résultant des plans de développement mis en œuvre dans le cadre du PEM et des cadres de la PEV ont contribué à la transition de la Méditerranée « d’une zone stagnante et internationalement fermée à une zone de dynamisme et d’intégration internationale« .

Cependant, les barrières tarifaires et non tarifaires restent à un niveau élevé des deux côtés. Bien que l’intégration Sud-Sud reste un élément essentiel pour l’approfondissement de la zone de libre-échange, les contraintes structurelles et fonctionnelles sapent ses perspectives, les PPM n’échangeant toujours que 8% environ de leurs échanges totaux entre eux.

L’impact des politiques de l’UE sur les performances des partenaires du sud de la Méditerranée pourrait être encore amélioré. Il a été contraint par l’approche holistique du PGE et les difficultés à atteindre une dimension régionale en raison de l’hétérogénéité qui existe entre les PPM.

L’UpM devrait donc potentiellement compléter la forte orientation bilatérale de la PEV avec une dimension régionale. Bien que l’accent mis par l’UpM sur moins de projets, indique un potentiel d’accent plus important sur l’intégration économique sectorielle concrète, il peut manquer de la vision et de la cohérence nécessaires pour promouvoir un programme véritablement intégrateur.

Les sceptiques ont fait valoir que les six projets prioritaires identifiés pour l’UpM reflètent davantage les intérêts des grands opérateurs économiques français que les objectifs de développement prioritaires des pays partenaires concernés.

Conclusion

L’UpM pourrait certainement représenter un pas en avant dans les relations euro-méditerranéennes. Le succès dépendra de la capacité de l’organisation à définir et à mettre en œuvre son programme et à la volonté des dirigeants politiques de faire des compromis si nécessaires et de donner une impulsion à l’initiative.

Le débat qui a stimulé la création de l’UpM était davantage axé sur la cohésion de l’UE que sur les mérites de l’initiative elle-même et de la région méditerranéenne. Cela pourrait s’avérer un facteur d’affaiblissement pour l’UpM à l’avenir. Pour cette raison, loin de tenir pour acquis l’UpM, le projet doit être soumis à un débat plus approfondi.

Les recommandations pour l’avenir basées sur une large évaluation de l’UpM comprennent :

  • Premièrement, les projets clés de l’UpM doivent être soigneusement coordonnés avec les activités sectorielles passées et actuelles de la Commission, ainsi qu’avec ses activités plus larges afin d’éviter les doubles emplois potentiels.
  • Deuxièmement, une approche prudente et progressive de « politique basse d’abord, politique haute plus tard » devrait être adoptée dans le contexte de la vulnérabilité de l’UpM aux désaccords résultant des conflits en suspens dans la zone euro-méditerranéenne.

Les mauvaises langues diront, toutefois, que l’UpM est une institution dont l’objectif principal est non la coopération autour de la mare nostrum mais l’extériorisation ou plutôt l’extra-territorialisation des frontières de la forteresse Europe pour mieux gérer le flux migratoire africain qui est une menace permanente pour la sécurité et la prospérité européenne. Aujourd’hui, en effet, le Maroc est devenu de juré le gendarme de l’Europe et l’Algérie sans le vouloir ainsi que la Tunisie et la Libye.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed CHTATOU sur Twitter : @Ayurinu

Bibliographie :

  1. Balfour, R. and Schmid, D. 2008. “Union for the Mediterranean, disunity for the EU ? European Policy Centre, Policy Brief, February”.
  2. Bataller, F. and Jordán, J. M. 2007. La propuesta de Sarkozy : ¿dónde está el valor añadido. Afkar/Ideas,
  3. Bowen, N. 2007. France, Europe, and the Mediterranean in a Sarkozy Presidency. Mediterranean Quarterly, 18(4) : 1–16.
  4. Commission of the European Communities. 2003a. “Mid-term Euro-Mediterranean Conference: Presidency Conclusion”
  5. Cornet, C. 2007. Is the ‘Mediterranean Union’ suffering from amnesia?. Babelmed Network, 21 November
  6. Council of the European Union (2008), Presidency Conclusions, Report of the Brussels European Council 7652/08, Brussels, 14 March.
  7. Del Sarto, Raffaela. 2006. Contested State Identities and Regional Security in the Euro-Mediterranean Area. New York, NY: Palgrave Macmillan.
  8. Driss, A. 2008. Union for the Mediterranean – a Tunisian viewpoint. Euromesco Newsletter, March
  9. Emerson, M. 2008. “Making Sense of Sarkozy’s Union for the Mediterranean, Centre for European Policy Studies, Policy Brief No. 155, March”. Available at http://www.ceps.eu
  10. Emerson, M. and Tocci, N. 2007. “A little clarification, please, on the ‘Union of the Mediterranean’, Centre for European Policy Studies, CEPS Commentary, 8 June”. Available at http://www.ceps.eu
  11. Escribano, G. and Lorca, A. 2008. “The Mediterranean Union: a union in search of a project, Real Instituto Elcano, Madrid, Working Paper No. 13”. Available at http://www.realinstitutoelcano.org
  12. European Union Institute for Security Studies. 2008. “Union for the Mediterranean: Building on the Barcelona Acquis”. Paris.
  13. Gillespie, Richard. 2008. “A ‘Union for the Mediterranean’ …or for the EU?” Mediterranean Politics 13 (2): 277–86.
  14. Kienle, Eberhard. 1998. “Destabilization Through Partnerships?: Euro-Mediterranean Relations after the Barcelona Declaration.” Mediterranean Politics 3 (2): 1–20.
  15. Romeo, Isabel. 1998. “The European Union and North Africa: Keeping the Mediterranean ‘Safe’ for Europe.” Mediterranean Politics 3 (2): 21–38.
  16. Sarkozy, N. 2007. “Speech to students at the Université Mentouri, Constantine, 5 December”. Available at http://www.afrik.com/articlel3087.html (accessed 29 May 2008)
  17. Strategie Européenne de Sécurite, 2003. https://www.cvce.eu/obj/strategie_europeenne_de_securite_une_europe_sure_dans_un_monde_meilleur_bruxelles_12_decembre_2003-fr-1df262f2-260c-486f-b414-dbf8dc112b6b.html
  18. Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée 2008 a, 13
  19. Soler, E. 2008. “España y el Mediterráneo: En defensa del Proceso de Barcelona”. In España en Europa 2004–2008, Monografías del Observatorio de Política Exterior Europea, No. 4, February Edited by: Barbé, E.
  20. Youngs, Richard, and Kristina Kausch. 2005. Ten years of the Barcelona Process. Madrid: Instituto Elcano/Fride.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.