Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi:

Le Matin :

• L’Agence Bayt Mal Al-Qods Acharif a réalisé en 20 ans des projets structurants d’une valeur de 60 millions de dollars, a indiqué le directeur chargé de la gestion de l’agence, Mohamed Salem Cherkaoui. S’exprimant lors d’un colloque organisé par l’agence à l’occasion de la commémoration du cinquantenaire de la création de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) sur « les aspects de l’action sociale à Al-Qods à travers l’expérience de l’Agence Bayt Mal Al-Qods Asharif », M. Cherkaoui a affirmé que ces projets ont été initiés dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’habitat, mais aussi en matière de promotion de la femme, les jeunes et l’enfance. S’y ajoutent, selon lui, les programmes d’assistance sociale qui couvrent les différents quartiers de la ville sainte, au bénéfice de toutes les catégories sociales, qu’il s’agisse de populations de confession chrétienne ou islamique.

• Pour la première fois de son histoire, le portefeuille actif du secteur du microcrédit enregistre plus de 5.000 TPE clientes. Le positionnement des Associations de microcrédit sur ce marché se renforce suite au relèvement effectif du plafond des prêts à 150.000 DH. Certains opérateurs prévoient même l’ouverture d’agences dédiées aux TPE. À fin octobre, le secteur du microcrédit a distribué 5,81 milliards de DH, en hausse de 4,33% par rapport à la même période de 2018. L’encours global s’est ainsi renforcé d’environ 5,71% pour atteindre 7,40 milliards de DH, au profit de 923.497 clients actifs. Ces derniers restent constitués majoritairement d’emprunteurs individuels, soit 596.379 clients, devant les solidaires (321.788).

L’Economiste :

• Tout le système est en place pour l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2020, de la couverture contre le risque catastrophique. Les recettes de taxe parafiscale de solidarité contre les événements catastrophiques de 1% alimenteront le Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques (FSCE). Cette taxe s’appliquera sur les primes et les cotisations des contrats d’assurance non vie soumis à la taxe sur les contrats d’assurance et devrait rapporter entre 200 et 250 millions de DH. Le PLF 2020 a également accordé 300 millions de DH de dotation budgétaire à ce fonds dont la mission est d’indemniser les personnes ne disposant pas d’une assurance privée.

• Maroc Telecom vient de lancer un concours destiné aux startups technologiques les plus innovantes. Une dizaine d’entrepreneurs bénéficieront d’un accompagnement dispensé par des spécialistes de la digitalisation. Les trois meilleures startups profiteront aussi du réseau de partenaires du groupe et d’un prix financier pouvant atteindre 120.000 DH.

Aujourd’hui Le Maroc :

• Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a effectué des visites de terrain pour s’enquérir de projets agricoles au niveau de la province de Taourirt. L’un de ces projets porte sur le lancement des travaux de reconversion de céréaliculture en amandier et en olivier sur une superficie de 3.100 ha, dont 2.950 ha d’amandier et 150 ha d’olivier, pour un montant de 43,5 millions de dirhams. La filière oléicole au niveau de l’oriental est parmi les filières végétales les plus importantes en termes de superficie de production et de création d’emploi. Elle représente près de 11% de la superficie oléicole nationale. La superficie oléicole totale est de 118.000 ha dont 87.000 ha productifs (campagne 2018-2019).

• Soumise à une pression croissante sur les ressources en eau souterraines, la région de Dakhla-Oued Eddahab verra en 2020 le lancement des travaux de construction d’une unité de dessalement de l’eau de mer, d’un parc éolien et d’un système d’irrigation dans le périmètre de cette région, et ce conformément aux ambitions du Plan Maroc Vert. S’inscrivant dans le cadre d’un partenariat public-privé, le projet est coût global de 1,940 milliard de dirhams, se répartissant en 1.640 MMDH pour la station de dessalement et le parc éolien et le reste pour le réseau d’irrigation.

Al Bayane :

• Le Maroc et la France sont partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique, ont souligné les parlements français et marocain au terme de leur quatrième Forum tenu à Paris, appelant à une approche holistique intégrant la nécessité de la sécurité et la priorité au développement pour endiguer les menaces liées au terrorisme, à la radicalisation, à l’extrémisme violent et aux trafic de tout genre, notamment dans la région du Sahel. « La coopération dans le domaine de la paix et de la sécurité constitue un “pilier essentiel” du partenariat entre la France et le Maroc, et entre l’Europe et l’Afrique », ont affirmé les deux parlements dans une Déclaration finale publiée au terme de leurs travaux. Ils estiment que si la sécurité est une nécessité indiscutable, l’investissement dans les divers secteurs de développement économique et humain est tout aussi nécessaire et devrait constituer une priorité pour les pays du continent.

• Recevant la présidente de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), Nezha Hayat, le chef du gouvernement Saad Dine El Otmani a mis en avant « les efforts déployés visant à renforcer la confiance dans le secteur financier », soulignant l’importance de communiquer et de faire connaître ce secteur, notamment les nouveaux mécanismes de financement mis à la disposition des petites et moyennes entreprises et aux jeunes investisseurs. A cette occasion, la présidente de l’AMMC a exposé la teneur du rapport annuel, troisième de l’Autorité, qui aborde les principales réalisations de 2018, notamment celles qui concernent l’achèvement du processus de transformation institutionnelle et la réorganisation de l’AMMC, mais également l’octroi de licences, le contrôle, la coopération avec les entreprises actives sur le marché des capitaux et les associations professionnelles relevant du secteur financier, ainsi que la coopération internationale.

L’Opinion :

• Au Maroc, le travail temporaire n’est pas vu du bon œil par les demandeurs d’emploi. Les raisons en sont évidentes : instabilité professionnelle, insécurité, mauvaise couverture sociale…etc. Cependant, de plus en plus d’entreprises commencent à investir davantage dans les contrats intérimaires, d’un côté, pour maîtriser leurs activités et, de l’autre, pour accompagner les fluctuations du marché de moins en moins prévisibles. Ce contrat, qui, en principe, devrait être exceptionnel pour les entreprises, est devenu une règle courante dans le marché de l’emploi. Pour l’employeur, les avantages sur le plan financier et administratif sont nombreux, certes, mais qu’en est-il des employés?

• L’emploi décent, l’appui social public et la généralisation de la couverture sociale constituent les principaux facteurs de réduction des inégalités selon les Marocains, indique le HCP dans le 11ème numéro de sa publication « Les brefs du Plan ». « Les solutions pour lutter contre les inégalités sociales concernent en premier lieu l’amélioration de la qualité de l’emploi et la valorisation des salaires et des allocations de chômage, à hauteur de 55,1 % », fait savoir le HCP dans ce numéro intitulé « perceptions des Marocains en matière de protection sociale: contribution au débat sur le nouveau modèle de développement ». En outre, le HCP souligne que la préoccupation croissante des Marocains pour le financement des retraites est intergénérationnelle, mais davantage portée par les personnes d’âge actif.

Libération :

• Plus de 25 entreprises portugaises œuvrant dans des secteurs à haute valeur ajoutée ont participé à une mission d’Affaires multisectorielle au Maroc (11-14 décembre), dans l’objectif de développer des relations B2B entre les entreprises du Portugal et du Maroc. Il s’agit d’entreprises opérant dans les secteurs de l’industrie agroalimentaire, transport et logistique, meubles, BTP & matériaux de construction, nouvelles technologies de l’information, énergie, Cuir, tourisme et la métallurgie, selon les organisateurs. « Notre objectif est de continuer à développer ce travail et, en même temps, créer une dynamique de partage de Know-How dans le but de créer des opportunités d’affaires et de développement pour les entreprises portugaises et marocaines », a dit le président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services du Portugal au Maroc, José Maria Teixeira, assurant que « les échanges commerciaux entre les deux rives ont connu une bonne croissance durant les cinq dernières années ».

• Le groupe Attijariwafa bank et la Banque nationale du Canada viennent de conclure un accord de partenariat, visant à répondre notamment aux besoins des Marocains résidant dans le pays nord-américain. « La ratification de cet accord est la concrétisation d’un partenariat fort, scellé entre deux grandes banques internationales, très impliquées dans le développement des économies régionales et dans la création de valeur pour nos clients respectifs », a indiqué, dans une allocution lue en son nom, le PDG du groupe Attijariwafa Bank, Mohamed El Kettani. Il a ajouté que cette coopération « permettra, ainsi, d’offrir un service de qualité et un accompagnement bancaire à la clientèle des particuliers, pour faciliter les diverses démarches à entreprendre par les nouveaux migrants marocains avant leur arrivée et après leur installation au Canada ».

Akhbar Al Yaoum :

• Le projet « Pour une meilleure gouvernance environnementale de l’entreprise » a été présenté, jeudi à Casablanca, lors d’une rencontre organisée par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et The World Environment Center (WEC). Ce programme vise à renforcer la performance environnementale des entreprises bénéficiaires, notamment les PMEs, à travers la mise en place d’actions concrètes en faveur de l’amélioration de leur profil environnemental tout en faisant appel aux meilleures technologies disponibles, indique la CGEM dans un communiqué parvenu à la MAP. Il sera mis en œuvre par le WEC qui s’appuiera sur l’expertise nationale, notamment celle de la CGEM en sa qualité de représentant du secteur privé marocain.

• Les touristes français arrivés à Agadir durant le mois d’octobre dernier ont enregistré 104.231 nuitées touristiques, soit une progression de 8,54 pc par rapport au même mois de 2018 (96.034 nuitées). Selon des données du Conseil régional du tourisme d’Agadir Souss-Massa, les touristes allemands arrivent en deuxième position avec un total de 84.654 nuitées contre 95.519 lors de la même période de 2018, soit une régression de 11,37%, suivis des touristes anglais qui ont enregistré 71.555 nuitées contre 57.676 en octobre 2018, soit une augmentation de 24,06 %. Les touristes nationaux ont enregistré, quant à eux, 63.079 nuitées contre 53.275 en octobre 2018, soit une augmentation de 18,04 %.

Al Massae :

• Le Groupe quadripartite des Parquets marocain, espagnol, français et belge de lutte contre le terrorisme constitue un « modèle réussi » de la coopération internationale en la matière, a affirmé, mercredi à Marrakech, le Procureur Général du Roi près la Cour d’Appel de Rabat, El Hassan Daki. Intervenant lors de la réunion plénière des Parquets membres de ce Groupe quadripartite, Daki a souligné que l’accord conclu entre les quatre Parquets, en tant que l’un des mécanismes de coopération en matière de lutte antiterroriste, sert également d’ »exemple à suivre comme cadre non officiel pour la lutte contre le crime terroriste », comme en témoigne l’initiative de l’Office des Nations Unies contre les Drogues et le Crime (ONUDC), qui s’est inspiré de l’expérience de ce Groupe pour la création d’un groupe de travail commun entre les pays du Moyen Orient et d’Afrique du Nord, en vue de faciliter la coopération sécuritaire et judiciaire dans le domaine de la lutte antiterroriste.

• Un total de 117.835 personnes ont jusqu’à novembre adhéré au statut de l’auto-entrepreneur, destiné à faciliter l’intégration des porteurs de projets dans le secteur formel, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amkraz. S’exprimant au cours de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre a précisé 30% des bénéficiaires de ce programme sont des femmes et 54% sont des jeunes. Amkraz qui répondait à une question du groupe du PJD sur « l’état d’avancement du régime auto-entrepreneur », a souligné que 86.665 auto-entrepreneurs ont été inscrits dans le registre national y afférent en 2018 et que 350 rencontres de sensibilisation ont été organisées à cet effet avec la participation de 30.000 personnes et 100 partenaires.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Le président délégué du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) et premier président de la Cour de cassation, Mustapha Fares, a appelé à « faire bloc contre les dérapages des procès médiatiques » pratiqués par certains médias qui transgressent les règles du procès équitable et de déontologie. S’exprimant à l’occasion d’une conférence sur « les médias et la justice: dispositions constitutionnelles et attentes sociétales », organisée à l’initiative de la Maison de la Presse de Tanger, Fares a fait savoir que le Maroc a opté pour un projet sociétal grâce à une Constitution développée (2011). Les médias et la justice sont deux pouvoirs considérés comme des piliers essentiels dans l’instauration d’un Etat de droit, a-t-il estimé, indiquant qu’ils sont tenus de jeter les bases d’une relation de complémentarité fondée sur les garanties constitutionnelles, juridiques et déontologiques afin d’améliorer la transparence et consacrer la confiance.

• Le secrétaire général du Conseil Supérieur des oulémas, Mohamed Yssef, a souligné la nécessité d’expliquer le rôle et les missions des conseils des oulémas locaux. S’exprimant lors de la 28ème session du Conseil, il a estimé que les oulémas doivent être au cœur de la société et prendre conscience de leurs rôles envers la société. Par ailleurs, Yssef a indiqué que cette session du Conseil constitue une occasion pour évaluer le bilan de l’étape précédente et mener une réflexion sur le plan d’action de l’année prochaine. Il a rappelé le résumé du rapport annuel sur le bilan des activités du Conseil supérieur et des Conseils locaux des oulémas et les actions entreprises en matière de promotion de la chose religieuse, présenté dernièrement à SM le Roi par le ministre des Habous et des affaires islamiques, ainsi que les initiatives se rapportant à la chose religieuse.

Al Alam :

L’Assemblée générale de l’ONU, a adopté, vendredi sans vote, une résolution approuvée par la 4è Commission en octobre dernier, réitérant son soutien au processus politique mené sous les auspices des Nations-Unies pour le règlement du différend régional sur le Sahara marocain. La résolution appelle l’ensemble des parties à coopérer pleinement avec le Secrétaire général de l’ONU pour parvenir à une solution politique à ce différend régional. Elle appuie ainsi le processus politique basé sur les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, en vue de parvenir à une solution « politique juste, durable et mutuellement acceptable » à la question du Sahara marocain. Le texte loue les efforts déployés dans ce sens, et invite toutes les parties à coopérer pleinement avec le Secrétaire général, et les unes avec les autres, afin de parvenir à une « solution politique qui soit mutuellement acceptable ».

• L’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise, « Maroc PME », financera 19 projets de PME à hauteur de 318 millions de dirhams. Ce financement, qui s’inscrit dans le cadre des programmes Imtiaz et Istitmar, tient compte d’un ensemble de critères et conditions que doivent remplir les projets bénéficiaires, indique le responsable de Maroc-PME, notant que ces projets ont créé 4788 emplois directs et indirects, dont une bonne partie dans les domaines du textile et de l’agroalimentaire.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI est un chef d’Etat qui jouit d’un profond respect et d’une grande estime en Afrique et dans le monde, a affirmé le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi. « C’est un grand honneur pour moi de recevoir un message de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et un témoignage émanant d’un chef d’Etat et d’une grande personnalité politique qui jouit d’un profond respect en Afrique et dans le monde », a souligné dans une déclaration à la presse, Grossi auquel le Souverain avait adressé un message de félicitations suite à son élection à la tête de l’AIEA.  »Le message Royal revêt une grande importance pour moi et pour l’AIEA en ce sens que la mission de l’Agence ne se limite pas aux domaines politique et stratégique et tout ce qui concerne l’interdiction de la prolifération nucléaire et les Etats ayant un statut spécial concernant le programme nucléaire, mais également à la coopération dans le domaine des applications, de la technologie, de la médecine, en plus d’autres activités que nous développons », a indiqué Grossi à l’issue d’une rencontre avec l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Organisations internationales à Vienne, Azzedine Farhane, qui lui a remis le message de félicitations du Souverain.

• Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki a souligné que le forum parlementaire France-Maroc, devenu un cadre institutionnel d’échange entre les représentants des peuples marocain et français, s’érige en tant que fondement institutionnel symbolisant la profondeur historique des relations exceptionnelles ayant permis aux deux pays de capitaliser leur histoire commune pour ériger leur coopération bilatérale en modèle. « La tenue de cette 4ème édition du Forum est la preuve que nos quatre institutions ont été en mesure de favoriser l’accumulation rendue possible à travers le dialogue institutionnel entre les représentants des deux peuples en faveur du partenariat exceptionnel qui existe entre la République française et le Royaume du Maroc et qui leur permet de contempler l’avenir avec sérénité et affronter les défis de la mondialisation et ceux liés au contexte régional international », a fait constater El Malki. Ces défis ne sauraient être relevés que par des Etats et des leaders sages et visionnaires, comme c’est le cas du Maroc et de la France qui représentent des « pôles de stabilité dirigés avec sagesse dans un monde qui en a grand besoin », a-t-il dit.

Rissalat Al Oumma :

• Le Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains tiendra sa troisième session à Fès les 17 et 18 décembre courant. Cette session verra la participation des membres du Conseil supérieur de la Fondation, à savoir 357 oulémas issus de 32 pays africains, dont 90 femmes, ainsi que 20 membres marocains, dont 4 femmes, indique un communiqué de la Fondation. Cette rencontre intervient dans le prolongement de la réalisation des objectifs de la Fondation tels que stipulés dans le Dahir l’instituant, souligne la même source, précisant que le projet du programme annuel de la Fondation au titre de l’année 2020 sera étudié et approuvé, tandis que les quatre commissions permanentes (la Commission des activités scientifiques et culturelles, la Commission des études de la Charia, la Commission chargée de la revitalisation du patrimoine islamique africain et la commission de la communication, de la coopération et du partenariat seront activées.

• Toutes les composantes de la famille de la justice, notamment son épine dorsale, à savoir les magistrats et les cadres et fonctionnaires du Secrétariat-greffe, doivent faire preuve d’esprit d’équipe et travailler en harmonie pour satisfaire les exigences du justiciable, a affirmé, vendredi soir à Marrakech, le Premier Président de la Cour de Cassation, Président délégué du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Mustapha Fares. « Le justiciable d’aujourd’hui réclame l’efficacité, la gouvernance, la transparence et la moralisation. Des exigences qui obligent toutes les composantes de la famille de la justice, en particulier son épine dorsale, les magistrats et les cadres et fonctionnaires du Secrétariat-greffe, à faire preuve d’esprit d’équipe et à travailler en harmonie selon un plan d’action efficace », a-t-il expliqué dans une allocution lue en son nom par le chef de la division de la communication institutionnelle au CSPJ, Mohamed Khadraoui, à l’ouverture du Forum national des professions spécifiques de l’Administration judiciaire.

Bayane Al Yaoum : • Les Marocains sont insatisfaits de l’offre de l’emploi. Les jeunes sont les plus nombreux à dévoiler un sentiment d’insécurité de l’emploi, indique une enquête du HCP sur les « Perceptions des Marocains en matière de protection sociale». Selon les résultats de cette étude, 2,9 % des jeunes déclarent être satisfaits de l’offre d’emploi, les autres (97,1 %) restent insatisfaits de cette offre. A propos des causes du faible accès à l’emploi, « la faible capacité de l’économie nationale à créer de l’emploi » vient en premier lieu avec 31,9 % des jeunes, suivie du « népotisme » (17,3 %), puis « la faiblesse du niveau de formation » (18,0 %), selon la même source. • L’expérience du Maroc en matière de transition verte et ses avancées dans le domaine de l’efficacité énergétique ont été mises en exergue à Madrid, lors d’une rencontre organisée en marge de la COP25. S’exprimant lors d’un Side Event sur « la transition verte et la technologie Power to X au Maroc: vision et impacts socio-économiques », le directeur général de l’IRESEN, Badr Ikken, a mis en avant l’expérience marocaine en matière de transition énergétique et de développement de grands projets d’énergies renouvelables, passant en revue les différents plans et projets lancés par le Royaume, en vue de porter à 52% la part des énergies propres dans le mix énergétique national. « Le potentiel important dont dispose le Maroc en termes d’énergie éolienne et solaire fait que notre pays offre de nombreuses opportunités pour l’utilisation des énergies renouvelables dans la production des molécules vertes », a fait savoir le responsable.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.