Un procès en Amérique. Le Parquet de New York a accusé un ancien ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies et d’autres personnes de « fraude sur les visas », notamment d’avoir amené des travailleurs aux États-Unis à l’aide de « faux contrats » de travail et puis de « les exploiter » comme des esclaves.

Selon une dépêche de la correspondante de l’agence à New York, l’ex-ambassadeur Abdeslam Jaidi, son ex-femme Maria Luisa Estrella et son frère Ramon Singson ont « recruté plus de 10 travailleurs des Philippines et du Maroc depuis environ 2006 », selon l’acte d’accusation déposé devant le tribunal fédéral de New York.

Les demandes de visa indiquaient que les travailleurs seraient employés comme personnel administratif ou technique au consulat ou à la mission marocaine des Nations Unies, et certains incluaient de faux contrats de travail, selon la même source.

« Au lieu de cela, les travailleurs ont été utilisés comme chauffeurs personnels, aides domestiques et aides agricoles », souligne l’acte d’accusation.

« Ces travailleurs touchaient de très bas salaires – parfois moins de 500 dollars par mois – et travaillaient de longues heures sans congé. Certains ont dû remettre leur passeport », précise la même source.

« Cette affaire envoie un message fort selon lequel l’immunité diplomatique n’est pas synonyme d’impunité », a déclaré Martina Vandenberg, chef du Human Legal Trafficking Legal Center basé à Washington.

« Même des diplomates de haut rang peuvent être appelés à rendre des comptes s’il y a des allégations de fraude et d’exploitation de visas », ajoute-t-il.

+ Personne n’est au dessus de la loi +

Les accusations, déposées, jeudi 12 décembre 2019, devant le tribunal à White Plains, dans l’État de New York, évoquent une « machination » en vue de commettre des délits et des fraudes en vue d’inciter des étrangers à entrer et à résider dans le pays.

Selon la loi américaine ce genre de crimes est passibles d’une peine allant jusqu’à dix ans de prison ferme, rappelle Reuters.

Pour rappel, Estrella, 60 ans, a été arrêtée en mars, tandis que Jaidi, 82 ans, vit actuellement à Rabat, et Singson, 55 ans vit à Manille.

Les avocats de la défense ont refusé de commenter le communiqué du Parquet.

Extrait du communiqué du Parquet :

[U.S. Attorney Geoffrey S. Berman stated: “Today’s charges underscore that no one is above the law. The conspiracy alleged to have occurred here was intentionally designed to circumvent important protections against exploitation for domestic workers brought to the United States. We will not tolerate this type of fraud on the United States or the exploitation of domestic workers – no matter the title or position of the alleged offender]

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.