Un véritable carnage. Des dizaines de citoyens ont manifesté à Dar Bouazza, dans les environs de la ville de Casablanca, contre l’abattage des chiens errants par les autorités locales, exprimant leur indignation à la suite de ce massacre par des armes à feu.

Les manifestants, qui se sont rassemblés devant le siège de la commune de Dar Bouazza, ont condamné l’abattage des chiens, un acte commis en violation totale des droits des animaux et de l’accord conclu entre le ministère de l’Intérieur et d’autres départements en vue de lutter contre le phénomène des chiens errants à travers une nouvelle approche consistant à stériliser ces animaux pour mettre fin à leur prolifération.

Selon Hespress, avant l’arrivée du personnel de la commune de Dar Bouazza, vendredi matin, de nombreux manifestants ont scandé des slogans dénonçant « un acte barabar », soulignant que les autorités locales ont commencé à tuer les chiens et à les empiler sans même se soucier de la sécurité physique des citoyens.

Les manifestants ont ainsi exprimé leur colère, relevant que les autorités locales ont mobilisé des chasseurs munis de leurs fusils pour tuer les chiens errants et en mettant un camion à leur disposition pour les entasser.

+ « Sauvagerie cet abattage des chiens » +

Pour leur part, des habitants de Dar Bouazza ont exprimé leur mécontentement du phénomène des chiens errants qui constituent une menace pour eux ainsi que pour les visiteurs de Dar Bouazza dont les restaurants et les cafés attirent de nombreux casablancais.

Les chiens errants dans la zone de Dar Bouazza, selon des sources locales, s’attaquent aussi aux moutons des éleveurs de la région, ce qui les a amenés à demander l’aide du conseil communal et des autorités locales pour mettre fin à cette menace.

Par ailleurs, plusieurs internautes ont qualifié de « sauvagerie » l’abattage des chiens errants après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant les chiens tués entassés dans un camion.

Pour rappel, le ministère de l’Intérieur a signé récemment des conventions de partenariat et de coopération avec les départements de l’agriculture, de la santé et l’ordre national des vétérinaires dans le but de lutter contre le phénomène des chiens errants à travers l’adoption d’une nouvelle approche axée principalement sur la stérilisation de ces animaux pour éviter leur reproduction.

+ ONG étrangères avaient critiqué le Maroc pour ces massacres +

La nouvelle approche consiste à stériliser, à immatriculer et à vacciner les chiens errants avant de les relâcher, ce qui devra se traduire par une baisse de leur nombre, selon un récent rapport du ministère de l’Intérieur.

Selon ce rapport, cette nouvelle approche a été adoptée comme alternative à l’usage dangereux des armes à feu ainsi qu’à l’utilisation de substance toxique nuisible à l’environnement.

Plusieurs médias et ONG étrangères avaient critiqué le Maroc pour les « massacres sanglants de chiens
errants ».

L’année dernière, les autorités locales d’Agadir avaient tué près de 40 chiens errants dans la zone de Taghazout et ses environs dans le cadre de la campagne de la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2026. Un scandale qui n’avait pas laissé indifférent les associations de protection des animaux.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.