Retour à la case de départ. Le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, s’est exprimé, quelques heures seulement après l’annonce de son élection à la tête du pays sur sa politique étrangère, soulignant, à propos des relations entre l’Algérie et le Maroc que celles-ci seront basées sur « le respect et la réciprocité ».

« Vous l’avez certainement remarqué durant mes interventions, je suis extrêmement sensible lorsqu’il s’agit de la souveraineté de notre pays. Je ne pardonne rien à toute personne qui ose toucher notre souveraineté », a affirmé M. Tebboune, qui répondait, lors de sa première conférence de presse, à la question d’un journaliste sur sa politique étrangère et l’ouverture des frontières avec le Maroc.

Et d’ajouter: « en ce qui concerne nos frères marocains, je suis certain qu’ils nous aiment et qu’ils aiment l’Algérie. C’est d’ailleurs réciproque, les algériens aiment les marocains car c’est un peuple aimable ».

+ Les relations sont basés sur le principe de la réciprocité et d’égal à égal +

Concernant ses déclarations controversées lors de sa campagne électorale, dans lesquelles il a demandé au Maroc de présenter solennellement des excuses comme préalable à l’ouverture des frontières entre les deux pays fermées depuis des années, il a soutenu qu’il y a eu des « événements qui ont causé leur fermeture et il faut supprimer la principale cause du conflit et tout le reste suivra ».

« Nous, celui qui aime notre amour nous l’aimerons, et celui qui aime le contraire de cela nous le connaissons. Nos relations sont basés sur le principe de la réciprocité et d’égal à égal », a-t-il encore soutenu avant d’ajouter: « personne sur la planète ne pourra revendiquer la tutelle sur l’Algérie ».

Selon les observateurs, les déclarations du nouveau président algérien n’augurent pas d’une amélioration éventuelle des relations entre les deux pays voisins et vont à l’encontre des intérêts des deux peuples et du Maghreb en général.

Lors de sa campagne électorale, Tebboune avait déclaré que la décision de fermer les frontières avec le Maroc n’était pas due au différend sur le Sahara, ajoutant que l’Algérie rejette toute implication dans les attentats d’Atlas Asni à Marrakech en 1994 et la décision unilatérale du royaume d’imposer un visa aux Algériens.

Il a appelé le Maroc à présenter des excuses solennelles à l’Algérie pour ses ressortissants qui, selon lui, étaient « restés bloqués sur le territoire marocaine » et la décision d’appliquer à l’époque le « visa » aux Français d’origine algérienne ».

Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, un proche du patron de l’armée Gaïd Salah, a été élu président de l’Algérie à l’issue d’un scrutin tenu jeudi dernier auquel moins de quatre Algériens sur dix ont voté.

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.