Criminalité. Des membres de la famille du directeur général du Groupe immobilier Bab Darna, Mohamed El Ouardi, actuellement détenu dans le cadre de l’affaire d’escroquerie dont ont été victimes quelque 840 personnes auxquelles ont été vendues des appartements imaginaires, ont repris la gestion du groupe en vue d’effacer les traces de ses faux projets.

Les nouveaux gérant du groupe ont repeint les panneaux publicitaires entourant le projet « Majorelle Garden », qui était commercialisé par le groupe Bab Darna au quartier de Bouskoura, masquant toutes les informations relatives aux entreprises ou aux coopératives affiliées au groupe de Mohamed El Ouardi.

Le site arabophone Hespress.com a indiqué que le projet « Majorelle Garden » était supervisé par la société « Medi House » de Mohamed El Ouardi, au profit de la coopérative d’habitation « Samae Al Baydae », dirigée et gérée par le même El Ouradi et des membres de sa famille.

Mohamed El Ouardi, a rapporté le site d’information, a utilisé sa femme comme trésorière de la coopérative, et deux de ses filles comme secrétaire adjointe et trésorière adjointe pour créer la coopérative « Samae Al Baydae » et mener ses affaires depuis 2014.

+ Le projet Majorelle Garden n’est pas la propriété de « Bab Darna » et « Medi House » .+

El Ouradi et le reste de sa famille ont réussi à attirer des dizaines de clients en leur proposant de faux appartements dans le cadre du projet « Majorelle Garden », avec l’aide d’Othman Boukfaoui, directeur général adjoint de « Medi House », qui a supervisé l’achèvement des « fausses villas » à un prix n’excédant pas les 5900 dirhams le mètre carré. Pour rappel, ce dernier fait actuellement l’objet d’un mandat national de recherche.

Selon des documents, le foncier devant accueillir la construction du projet Majorelle Garden n’est pas la propriété de « Bab Darna » et « Medi House ».

A noter que le montant total des sommes déboursées par les victimes et empochées par les responsables du groupe immobilier Bab Darna, au cours des 4 dernières années, a dépassé les 40 milliards de centimes.

L’enquête préliminaire a révélé qu’El Ouardi possédait quatre sociétés et groupes basés à Casablanca, dont le groupe « Capital Invest », qui dispose d’un capital de 7,1 millions de dirhams, ajoute la même source.

Parmi les victimes figurent des hauts cadres fonctionnaires, de sociétés privées ainsi que des investisseurs et dirigeants de petites entreprises en plus de Marocains résidents à l’étranger.

Le patron de la société « Bab Darna » a été arrêté dès le début de l’enquête sur cette énorme escroquerie qui proposait des appartements et autres villas à des prix défiant toute concurrence.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.