A Milan, Akhannouch n’a pas fait dans la dentelle. Et pour cause, ce samedi 8 décembre, lors de son intervention devant des centaines de marocains résidant en Italie, le président du RNI, Aziz Akhannouch a rappelé les traditions de solidarité et les valeurs sacrées du Royaume. Et dans cet ordre d’idées, il a averti qu’il n’est pas acceptable d’insulter la patrie ni de porter atteinte à ses valeurs sacrées.

« Ce genre de comportement n’est plus toléré par les marocains… Celui qui insulte les institutions n’a pas de place au Maroc…Celui qui s’identifie au Maroc doit respecter sa devise éternelle: Dieu, la Patrie, le Roi, ainsi que ses institutions et sa démocratie ».

Et dans une allusion aux dernières sorties médiatiques virulentes et diffamatoires du rappeur Gnawi et le youtubeur alias Moul Kassita, Akhannouch a tiré la sonnette d’alarme en ces termes : « La diffamation et l’injure ne contribuent pas au développement du pays». « Certes », ajoute-t-il, « la justice accomplit sa mission dans de pareils cas, mais il faut aussi que les citoyens s’acquittent de leur devoir, car les marocains qui manquent d’éducation on doit refaire leur éducation ».

Akhannouch a souligné que « tous les marocains sont mobilisés derrière Sa Majesté ».

La vidéo d’Akhannouch a enflammé la toile et déclenché une véritable polémique sur « la notion d’éducation » et comment peut-on « refaire l’éducation » des gens en dehors des lois en vigueur et des mécanismes juridiciaires, notamment dans un État de droit?

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.