Une affaire qui défraie la chronique. La cour d’appel de Beni Mellal a reporté au 24 décembre courant l’examen de l’affaire du viol collectif, connue par « la fille du tatouage » dans laquelle sont poursuivis 12 individus notamment pour « traite d’être humain », « viol « et « enlèvement et séquestration ».

Cette décision est intervenue à la demande de la défense de la victime, a rapporté le site arabophone Alyaoum24, ajoutant que ce nouveau report a provoqué les protestations des proches des accusés qui reprochent à la cour de reporter continuellement cette affaire depuis près d’un an.

La victime, Khadija, a indiqué à alyaoum24 qu’elle avait commencé des séances médicales pour enlever les tatouages qui couvrent tout son corps, soulignant qu’elle a déjà enlevé celui à son cou avec le nom de « Azzeddine ».

Pour rappel, Khadija, une jeune fille de 17 ans, a été violée, torturée et séquestrée près de 2 mois par un groupe de jeunes individus de son village d’Oulad Ayad, près de Beni Mellal.

L’affaire avait attiré l’attention de l’opinion publique nationale et internationale après la diffusion sur les médias sociaux de photos et de vidéos montrant les brûlures de cigarettes et de nombreux tatouages sur diverses parties de son corps.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.