Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi:

Le Matin :

• Le secrétaire d’État américain, Michael Pompeo, devrait effectuer aujourd’hui et demain une visite officielle au Maroc, apprend-on de sources au Department of State. Cette visite, qui intervient moins de deux mois après la tenue de la quatrième session du Dialogue stratégique dans la capitale fédérale, illustre la dimension stratégique et le partenariat exemplaire liant Rabat et Washington. Faut-il rappeler qu’il y a quelques jours, et suite à l’annonce officielle de ce déplacement, les États-Unis ont réitéré l’importance qu’ils accordent au renforcement de leurs relations «de longue date» avec le Maroc, un «partenaire essentiel dans tous les domaines». • Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita a réitéré à Paris l’engagement du Maroc aux côtés des Comores. M. Bourita, qui a représenté SM le Roi Mohammed VI à la Conférence des partenaires dédiée au financement du « Plan Émergence 2030 » des Comores, a exprimé « la volonté de Sa Majesté le Roi pour que le Maroc se tienne aux côtés des Comores en cette embellie prometteuse », que représente le plan Émergence 2030, soulignant que le Royaume apportera sa pierre à ce nouvel édifice et ce, conformément aux vœux du Souverain. Il a rappelé dans ce contexte que les relations entre le Maroc et les Comores sont marquées du sceau de l’excellence.

L’Economiste : • Mohamed Benchaâboun n’est pas au bout de ses peines. S’il vient de faire approuver la première partie du PLF 2020, la séance plénière, programmée demain, ne sera pas une simple formalité. Et pour cause, l’article 9, relatif à l’exécution des jugements prononcés à l’encontre de l’Etat, risque de provoquer un nouveau rebondissement. Car cet article a été retouché par les conseillers de la Commission des finances. Cette version étend son champ d’action aux collectivités territoriales et à leurs groupements. Ainsi, les créanciers porteurs de jugements exécutoires définitifs à l’encontre de l’Etat, des collectivités territoriales et de leurs groupements ne peuvent se pourvoir en paiement que devant les services ordonnateurs de l’administration publique ou des collectivités territoriales concernées.

• Les conditions de vente de la résidence principale, prévues par l’article 63 du code général des impôts sur les exonérations, ont été améliorées au terme de l’examen du PLF par la Chambre des conseillers. Ainsi, pour acheter un nouveau logement, les propriétaires disposeront d’un délai d’un an au lieu de six mois comme prévu dans la première mouture. Même si ce délai reste relativement court, surtout pour l’acquisition d’un logement en cours de finition, il reste plus intéressant que dans la première mouture. En effet, un délai de six mois est insuffisant pour trouver le logement de son choix et obtenir éventuellement un financement complémentaire.

Aujourd’hui le Maroc : • La question de l’avortement revient à nouveau sur le devant de la scène. Le Conseil Supérieur des Oulémas a fini par donner son avis sur cette question en publiant lundi soir un communiqué. Le Conseil a clairement affirmé que les dispositions du Code pénal relatives à cette question ne connaîtront aucune modification «sauf ce qu’exige l’intérêt et permet l’ijtihad». L’avis du Conseil montre bel et bien qu’il souhaite faire prévaloir l’ijtihad qui est le droit de donner la possibilité d’avorter dans un certain nombre de situations. Pour sa part, Le Conseil national des droits de l’Homme avait recommandé d’autoriser la femme enceinte à mettre un terme à sa grossesse en cas de menace de sa santé physique psychologique ou sociale.

• La synergie créée entre le secteur de l’agriculture et de l’industrie, à travers le Fonds de développement agricole (FDA) et le Fonds de développement industriel (FDI), porte ses fruits. 194 projets agro-industriels ont été déposés, d’un investissement de 5,1 MMDH permettant la création de plus de 25.000 emplois. Ces chiffres couvrent 53% de l’objectif 2021 en termes de projets, 43% en termes d’investissements et 65% en termes de créations d’emplois. Ces indicateurs ont été dévoilés lors de la journée de promotion de l’investissement dans les industries agroalimentaires dans la région de Béni Mellal-Khénifra. Cette rencontre avait pour objectif de présenter les potentialités de la région et son offre en matière d’infrastructures, de financement et d’appui de l’Etat pour accompagner les investisseurs en industries agroa-limentaires.

Al Bayane :

• La 25è Conférence des parties de la Convention-Cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP25) constitue une occasion pour présenter l’expérience marocaine dans différents domaines liés au changement climatique, à l’environnement, aux énergies renouvelables et à l’économie verte, a souligné le ministre de l’Energie, des Mines et du Développement Durable, Aziz Rebbah. « La COP25 constitue également pour le Maroc une opportunité pour faire un benchmark et évaluer les avancées qu’il a réalisées par rapport à la dynamique internationale et aux centaines d’expériences réussies dans les différents domaines », a souligné le ministre, en marge des travaux de cette Conférence. • L’expérience du Maroc en matière de Partenariats Public-Privé (PPP) pour la réalisation des projets énergétiques a été présentée à Dakar, dans le cadre du 4è Sommet régional de l’Énergie pour l’Afrique de l’Ouest (Res : West). « Le Maroc dispose d’une très longue expérience en ce qui concerne les PPP, qui date du début du siècle dernier », a souligné Khalil Lagtari, directeur des Participations et des Partenariats au sein de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), qui intervenait dans le cadre d’un panel sous le thème « Comment le partenariat public-privé accélère-t-il l’électrification et l’industrialisation de la région ? ». Le Maroc compte actuellement une soixantaine de projets potentiels réalisés en PPP, ce qui représente un budget colossal qui se chiffre en milliards de dirhams, a-t-il relevé.

L’Opinion : • Les ports de Malaga, de Tenerife et de Tanger ont décidé de mettre en commun leurs efforts pour faire profiter les touristes des plus belles escales maritimes de l’Ouest de la Méditerranée. Une décision traduite par la signature d’un accord de coopération visant à développer le tourisme de croisière dans cette zone géographique. Elle incitera ainsi les sociétés de croisière à programmer de nouveaux itinéraires dans la région et augmenter le nombre d’escales dans leurs ports respectifs. Le contrat a été paraphé par le président de la Société de gestion du port de Tanger Ville, Mohamed Ouanaya, le président de l’Autorité portuaire du port de Malaga, Carlos Rubio Basabe, et le président de l’Autorité portuaire du port de Tenerife, Carlos Enrique Gonzalez Perez.

• Une usine clandestine de fabrication de sacs en plastique interdits a été démantelée récemment à Cheraga aux environs de Tanger, par la commission provinciale mixte composée de la délégation du ministère de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie verte et numérique, la wilaya et la Gendarmerie Royale. Selon un communiqué du ministère, l’opération a permis la saisie de 11,19 tonnes de produits en plastique, dont 4 tonnes de polyéthylène et 7,34 tonnes de sacs plastiques en produit fini, ainsi que trois appareils de fabrication de ces articles interdits. Les autorités ont mis sous scellé les outils de production et ouvert une enquête judiciaire à cet effet, poursuit la même source.

Libération :

• La transformation digitale du secteur agricole constitue une opportunité pour promouvoir la bonne gouvernance de la politique agricole, a souligné le directeur des systèmes d’information au ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des Eaux et forêts, Majid Lahlou. Intervenant lors d’une table ronde organisée par la Banque Africaine de développement (BAD) et le ministère, sous le thème « la transformation digitale de l’agriculture au Maroc », Lahlou a indiqué que la digitalisation du secteur agricole permet d’améliorer la gouvernance de la politique agricole et de booster la croissance économique du pays grâce notamment au partage de l’information et aux outils à la prise de décision.

• « France 2 » a consacré son émission « Les chemins de la foi », diffusée dimanche, au Festival de Fès de la culture soufie, dont la 12 éditions a eu lieu du 19 au 26 octobre dernier dans la capitale spirituelle du Royaume. Une demi-heure durant, l’émission a rapproché les téléspectateurs de cet événement, devenu un rendez-vous incontournable pour les adeptes et les chercheurs en matière du soufisme, ainsi que des différentes activités organisées cette année dans le cadre de ce festival sous le thème « La Culture Soufie, un humanisme spirituel pour notre temps ». Le public était au rendez-vous entre autres avec des créations poétiques et musicales soufies, des expositions artistiques, des conférences et des tables-rondes sur les différentes thématiques en rapport avec le soufisme et l’humanisme.

Akhbar Al Yaoum :

• Après l’entrée en vigueur de la loi sur les travailleurs domestiques, le ministre du Travail et de l’insertion professionnel, Mohamed Amkraz, a fait état de 763 contrats et 536 cas enregistrés à la CNSS. Lors de la dernière séance des questions orales à la Chambre des représentants, Amkraz a expliqué qu’il s’agit de données préliminaires, ajoutant que « grâce aux mesures entreprises par le gouvernement, aux opérations de sensibilisation et aux sessions de formation organisées, l’Exécutif espère de meilleurs résultats dans un futur proche ».

• Microsoft et Mailinblack, société française de cybersécurité, ont annoncé récemment l’extension de leur partenariat en Afrique, lançant ainsi toute une panoplie de services de messagerie entièrement sécurisés et destinés aux petites et moyennes entreprises (PME). Les PME clientes au Maroc seront les premières à bénéficier de cette protection avancée contre toutes formes de menaces susceptibles d’être véhiculées par email, à l’instar des programmes malveillants, des tentatives de phishing, ou encore des logiciels de rançon et des spams, précisent les deux opérateurs dans un communiqué. Pour y parvenir, Microsoft Maroc et Mailinblack disposent de deux partenaires privilégiés, en l’occurrence, CBI et Casanet qui sont déjà opérationnels au Maroc et qui peuvent dès à présent répondre aux demandes des nouveaux clients.

Al Massae :

• Les autorités de Casablanca ont beau essayé d’éradiquer les marchés anarchiques qui envahissent les rues de la capitale économique, ces derniers ne cessent de proliférer. En effet, ces dernières années, de nombreux marchés anarchiques ont émergé de nulle part en plein milieu de quartiers résidentiels, au détriment des habitants, qui assistent impuissants à un paysage pour le moins déplorable. Certains observateurs estiment que l’éradication de ces marchés ne se fera qu’à travers une approche participative englobant tous les acteurs, dont les vendeurs, qu’on ne peut plus considérer comme ambulants, puisqu’ils sont installés dans leurs zones depuis des années.

• Une quantité de 1730 grammes de cocaïne a été extraite des intestins d’un ressortissant nigérian, âgé de 44 ans, au Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Rochd à Casablanca, a-t-on appris auprès du district de sûreté de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca. Le mis en cause avait été interpellé le 25 novembre dernier par les éléments de la sûreté nationale de l’aéroport international Mohammed V à son arrivée à bord d’un vol en provenance de l’aéroport de Sao Paulo (Brésil), pour des soupçons de trafic de cocaïne, dissimulée dans ses intestins, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué Le prévenu avait été placé sous surveillance médicale au CHU Ibn Rochd pour l’extraction de la cocaïne ,dissimulée dans 94 capsules, ajoute la même source.

Al Ahdath Al Maghribia :

• L’institution du médiateur n’a pas été sollicitée pour émettre son avis sur l’article 9 du PLF 2020, qui interdit la saisie des fonds et des biens de l’État et des collectivités territoriales lors de l’exécution des décisions judiciaires, a souligné le médiateur du Royaume, Mohamed Benalilou. Regrettant la non-consultation de son institution, Benaliloua a noté que sa position par rapport à l’article 9 est claire et consiste en une approche insistant sur l’exécution des verdicts de la justice dans le souci de garantir l’égalité, devant la loi et la justice, entre administration t citoyen.

• Le Syndicat national des Adouls a contesté la constitutionnalité des articles 63 et 93 du PLF 2020 et a chargé son secrétaire général d’entamer les procédures d’appel. Le syndicat a insisté, dans un communiqué, sur le respect des dispositions constitutionnelles, de manière à laisser au contractant la possibilité de choisir entre Adoul et notaire et éviter, ainsi, toute situation de monopole. Al Alam :• Un centre d’appels pour non-voyants a vu le jour à Fès, grâce notamment à un investissement de 550.000 dh et un partenariat entre l’INDH et l’Organisation alaouite pour la promotion des aveugles du Maroc. Il s’agit d’une idée originale qui révolutionnera l’insertion professionnelle des non-voyants au Maroc, se félicite l’initiateur du projet, Youssef Bouyazdouzen, rappelant que, par le passé, ces personnes ne pouvaient pas travailler dans ces structures.• La déperdition universitaire coûte environ 3 milliards de dirhams annuellement, a indiqué le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Intervenant lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre a fait savoir que 43% des étudiants quittent l’université sans DEUG ni licence, alors que 16% quittent l’université six mois après le début de l’année universitaire sans avoir passé les examens du premier semestre. M. Amzazi a également indiqué que seulement 20% des étudiants décrochent leur diplômes au bout des trois premières années, estimant que la transition vers le système du Bachelor est à même de remédier aux déséquilibres qui sévissent au sein de l’Université marocaine.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le Président des Comores, Azali Assoumani, a exprimé ses remerciements à SM le Roi Mohammed VI pour le soutien du Maroc au Plan Émergence 2030 des Comores dont la Conférence dédiée à son financement se tient lundi et mardi dans la capitale française. Cette Conférence, organisée au siège européen de la Banque Mondiale à Paris, réunit, en plus du Maroc, l’ensemble des partenaires des Comores, les pays amis, la communauté financière internationale (Banque mondiale, FMI, BAD, BID, PNUD…) et les investisseurs potentiels dans l’objectif de lever des fonds pour soutenir le développement socio-économique inclusif des Iles des Comores à l’horizon 2030. Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, qui a conduit une importante délégation gouvernementale et économique multisectorielle à cette Conférence, a exprimé le soutien du Maroc au plan Émergence 2030 des Comores. Il a également affirmé que les Comores peuvent compter sur le Maroc pour les accompagner à titre bilatéral ou dans le cadre d’actions triangulaires dans leur ambition d’émergence économique.

• Le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, s’est entretenu, à la Mecque, avec le ministre saoudien du Hadj et de la Omra, Mohamad Saleh Bin Taher Benten des services à dispenser aux pèlerins marocains au titre de la prochaine saison 1441. Les entretiens entre les deux parties ont été axés notamment sur les dispositifs et les préparatifs relatifs à l’accueil des pèlerins au titre de la prochaine saison 1441.

Rissalat Al Oumma :

• Les moyens de contribution de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) à la valorisation du patrimoine culturel du Royaume a été le thème d’une séance de travail entre le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, porte-parole du gouvernement, Hassan Abyaba avec le directeur général de l’ISESCO, Salem Ben Mohammed Al Malik. Cette réunion a été l’occasion d’examiner une série de propositions visant à promouvoir les moyens de coopération entre les deux parties, a déclaré Abyaba à la presse, faisant savoir que les deux parties se sont arrêtées sur « la contribution de l’ISESCO à la restauration de kasbahs et de monuments historiques marocains et l’inscription des sites archéologiques du Royaume au patrimoine culturel islamique de l’Organisation ». Qualifiant la coopération entre le Maroc et l’ISESCO de « fructueuse et sérieuse », le ministre a souligné que les deux parties entendent créer des commissions conjointes pour étudier les différentes propositions et entamer prochainement la mise en œuvre de cette coopération commune.

• Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a plaidé pour l’adoption d’une politique pharmaceutique à part entière, dans l’optique d’un approvisionnement optimal permettant d’éviter les pertes de médicaments et de mieux répondre aux exigences en la matière. Le responsable a reconnu qu’en l’état actuel des choses, la politique d’acquisition des médicaments ne répond pas aux besoins des citoyens. « Le stock de médicaments au Maroc est conforme aux normes internationales de qualité », a fait observer le ministre qui s’exprimait à la chambre des représentants, relevant toutefois que « des lacunes subsistent en termes de manque de moyens logistiques pour la gestion et la distribution des médicaments aux endroits requis et dans le respect des délais impartis ». Dans ce contexte, il a précisé que les déséquilibres constatés en matière de distribution de médicaments sont liés avant tout à l’acquisition des médicaments, particulièrement lorsque les crédits alloués ne suffisent pas pour l’approvisionnement d’un certain nombre de lieux dans des délais précis.

Bayane Al Yaoum : • Le programme « Idmaj » dédié à l’employabilité des demandeurs d’emploi et au renforcement des compétences des diplômés, a profité à 271.475 personnes durant les trois dernières années, a indiqué le ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amekraz. Lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, Amekraz a mis l’accent sur l’impact bénéfique de ce programme lancé en 2016 d’autant plus qu’il a bénéficié à 15.933 personnes. S’agissant au programme « Taehil » tourné vers l’amélioration de l’employabilité des chercheurs d’emploi à travers des formations de courte durée, le ministre a assuré qu’à ce jour 12.088 personnes ont eu droit à une formation contractuelle.

• Les moyens de renforcer la coopération entre le Maroc et la Chine dans le domaine du notariat ont été au centre d’une rencontre tenue, à Casablanca, entre le président du Conseil national de l’Ordre des notaires, Abdellatif Yagou, et le directeur général du bureau de la Justice de Ningbo, Lyu Qiang. Lors de cette rencontre, les deux parties ont échangé sur l’exercice du notariat au Maroc et en Chine notamment les aspects relatifs aux attributions des notaires, le volet réglementaire de la profession et son champ d’activité. A cette occasion, M. Yagou a mis en exergue le rôle du notaire, ses attributions et ses compétences au Maroc, relevant que le notariat marocain est largement inspiré par le notariat latin. Il a souligné à cet égard l’évolution remarquable de l’activité notariale au Maroc, notant que le nombre des notaires est passé de 300 lors des années 90 à 2.000 notaires actuellement qui exercent sur l’ensemble du territoire national.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.