Des femmes en action. « #7achak », tel est le slogan de la nouvelle campagne que viennent de lancer des militantes marocaines dans le but de briser le tabou entourant le cycle menstruel, dissiper la gêne que ressentent les femmes lorsqu’elles en parlent et sensibiliser à la santé féminine.

La campagne, lancée sur les réseaux sociaux par les activistes Yasmine Lahlou et Sarah Benmoussa, est axée sur la sensibilisation au droit des femmes à utiliser des serviettes hygiéniques pendant la période des règles menstruelles sans subir de pression psychologique surtout au sein des familles conservatrices et dans le monde rural, en ce sens que de nombreuses jeunes filles, surtout, sont obligées de s’absenter de l’école durant cette période.

Yasmine Lahlou a indiqué au site arabophone Hespress.com que « les femmes éprouvent encore de la honte et de la gêne lorsqu’elles parlent de leurs règles alors qu’il s’agit de quelque chose de tout à fait naturel et normal ».

« L’achat des serviettes hygiéniques auprès d’un commerçant requiert un grand effort de la part de la femme qui doit attendre que le magasin soit libre de tout client masculin pour pouvoir acheter lesdites serviettes, parfois elle évite même d’en prononcer le nom directement en utilisant d’autres vocabulaires que le commerçant comprend et, même ce dernier, il va les envelopper dans du papier journal ou les mettre dans un sac en plastique noir avant de les remettre à la cliente pour que personne ne les voie », souligne la même source.

Les deux initiatrices de la campagne soulignent également que les menstruations posent ainsi de nombreux problèmes aux femmes et les prive de leurs droits fondamentaux en matière notamment d’éducation, d’emploi et de santé.

+ Un obstacle à la réalisation de l’égalité des sexes +

Elles estiment que ce « rendez-vous biologique simple se transforme, de ce point de vue, en un obstacle à la réalisation de l’égalité des sexes », appelant à « briser ce tabou et à lutter contre toutes les formes de vulnérabilité résultant de ce phénomène naturel ».

« Certains vont considérer la campagne comme exagérée ou comme une forme d’insolence », mais, selon les activistes de la cause féminine, cette campagne a le mérite d’ouvrir un débat sérieux et nécessaire lié à la santé des femmes.

La campagne, selon Yasmine Lahlou, attire l’attention sur la faible utilisation au Maroc des « serviettes hygiéniques » pendant les règles: seulement 30% des Marocaines les utilisent, tandis que 70% recourent à des moyens moins hygiéniques comme le papier toilette ou des serviettes en tissu, malgré le danger que ceci représente pour leur santé, parce qu’elles n’ont pas les moyens de les acheter.

A cet égard, des défenseurs des droits des femmes ont appelé à une réduction des taxes sur les serviettes hygiéniques et à une révision à la baisse de leurs prix à la vente.

Il est à noter qu’une association marocaine avait lancé, par le passé, une campagne de collecte de dons de serviettes hygiéniques en vue de les redistribution aux femmes nécessiteuses, ajoute Hespress.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.