Insolite. Dans une sortie médiatique inattendue, le Parti Justice et développement (PJD), de l’Istiqlal (PI), du Progrès et du socialisme (PPS), de la majorité et de l’opposition, ont publié mercredi des communiqués séparés mais exprimant des positions similaires sur ce qu’ils ont désigné par « les nouveaux modes d’expression », une coïncidence qui incite à se poser des questions.

Le PJD:

« Il est nécessaire d’étudier et d’analyser certains nouveaux modes d’expressions afin de les comprendre de manière saine et appropriée, tout en réaffirmant la nécessité de réhabiliter les partis politiques, les organisations syndicales et les institutions représentatives. Cette responsabilité incombe en premier lieu à ces institutions en oeuvrant au renforcement de leur crédibilité et de celle de leurs membres, leur proximité des citoyens et l’écoute de leurs aspirations pour y apporter des réponses possibles. Deuxièmement, en luttant contre toutes les formes d’atteinte systématiques portées à leur crédibilité et en poursuivant l’édification démocratique, aux niveaux des droits de l’homme et institutionnel, qui constitue la réponse véritable et objective à tous les défis politiques, sociaux et culturels.

Le PI :

Concernant les développements sur la scène nationale, le Comité exécutif a examiné certains phénomènes et formes nouvelles d’expression et de protestation que connaissent les espaces publics dans notre pays et auxquelles recourent les jeunes pour envoyer des messages parfois spontanées sur la fragilité de la situation sociale dans notre pays.

Le Comité exécutif, qui appelle à une lecture consciencieuse et approfondie de ces modes d’expression, considère que ce moment sociétal exige des différents acteurs et forces vives à suivre ces phénomènes de la jeunesse avec une vigilance citoyenne et un sens aigu des responsabilités, afin de sortir les jeunes du défaitisme dominant en les accompagnant par une encadrement approprié et responsable, et en accélérant l’élaboration des modèles de développement de nature à garantir la dignité et à redonner espoir aux jeunes.

Le PPS:

Dans ce contexte, le Bureau politique s’est arrêté sur certains nouvelles nouvelles formes d’expression, en particulier chez les jeunes, qui prennent parfois malheureusement des dimensions qui portent atteinte aux constantes nationales, ce qui nécessite une réflexion responsable sur les causes de ces manifestations et la recherche sérieuse des formules appropriées pour contenir et encadrer les revendications et les protestations et les transformer en un acte positif et organisé, au lieur de consacrer le vide qui ne permet que le développement de l’expression spontanée du rejet et de la colère dont les conséquences sont inconnues.

A cette occasion, le bureau politique a exprimé la ferme détermination du Parti du progrès et du socialisme à tirer profit des résultats de ses larges consultations et de ses discussions approfondies afin de parvenir, aux côtés des acteurs et des forces vives démocratiques, à l’élaboration d’un nouveau code pénal national avec une vision réformatrice globale, complète et équilibrée en vue de la mise en place des mécanismes nécessaires et efficaces pour préserver les libertés et les droits, en conformité avec la dimension universelle et humaine des droits de l’homme, la Constitution et les mutations sociétales, et par conséquent contribuer à l’édification du projet sociétal moderne et démocratique.

En bref, à travers « des messages codés », ces trois partis surfent-ils sur la vague de protestation qui secoue les réseaux sociaux ou plutôt tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard?

A bon entendeur salut, dirait l’autre.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.