Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi:

Le Matin :

• Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, a présidé, mercredi soir au Centre international Hassan II de formation à l’environnement à Bouknadel, la cérémonie de remise des trophées Lalla Hasnaa du littoral durable au titre de la 3ème édition (2019), qui récompense les meilleures initiatives en faveur du littoral. SAR la Princesse Lalla Hasnaa a suivi, lors de cette cérémonie, un documentaire « Océan et problématiques des déchets plastiques », réalisé par les jeunes reporters pour l’environnement qui ont présenté des témoignages suite à l’appel de Son Altesse Royale relatif à la mobilisation nationale contre les déchets plastiques dans les mers et les océans.

• Le Maroc et l’Afrique du Sud sont appelés à jouer un rôle clé dans l’intégration dans le continent africain, a indiqué l’ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud, Youssef Amrani, dans une interview au journal sud-africain The Star. «Nous sommes conscients que le Maroc et l’Afrique du Sud sont les plus grands investisseurs en Afrique, et en tant que hubs régionaux, les deux pays sont appelés à jouer un rôle clé dans le processus d’intégration dans le continent à travers la promotion des échanges commerciaux interafricains et les investissements nécessaires pour l’encouragement de la croissance et la création d’une prospérité partagée», a dit Amrani.

L’Economiste :

• Réforme du système de garantie, inclusion financière, relèvement du plafond des micro-crédits, crowdfunding… le chef du gouvernement a mis l’accent sur les différents chantiers en cours pour favoriser un meilleur accès des TPME et des auto-entrepreneurs au financement. Sollicité sur ce sujet lors de la séance mensuelle des questions de politiques publiques à la Chambre des conseillers, Saad Dine El Otmani s’est engagé sur une série de mesures, à l’instar de la mise en place, dans quelques mois, d’une plateforme nationale d’appui aux entreprises. Celle-ci devra jouer le rôle de guichet unique, permettant aux porteurs de projets d’accéder aux différentes informations et procédures pour bénéficier de l’appui public. Parallèlement, d’autres mesures sont prévues, selon le chef de l’Exécutif, dont le Fonds doté de 6 milliards de DH sur 3 ans inscrit dans le PLF 2020.

• Le gouvernement s’est engagé depuis plusieurs mois à faciliter 1’accès à l’indemnité pour perte d’emploi. Les scénarios de réforme de cette prestation accordée pendant six mois aux salariés qui perdent leur emploi sont prêts et ont été validés par le conseil d’administration de la CNSS de septembre 2018. Les administrateurs de la Caisse ont proposé à l’Etat deux principales options : une participation permanente dans le financement de la prestation ou encore le recouvrement de la contribution promise au moment de son lancement en 2014. L’indemnité s’adresse au salarié qui perd de manière involontaire son emploi et qui est à la recherche d’un nouveau travail. Ce minimum de revenu est accordé pendant 6 mois maximum et ne dépasse pas un montant mensuel égal à 70% du salaire de référence.

Aujourd’hui le Maroc : • Dans la foulée des discussions et des amendements du projet de loi de Finances, les députés ont ouvert une brèche dans la réglementation relative aux produits de tabacs et aux cigarettes. Ainsi, la commission des finances a adopté un amendement en vertu duquel est instaurée une taxe intérieure de consommation (TIC) sur les cigarettes électroniques. Le texte proposé par la majorité pour amender la partie relative aux droits de douane et à la TIC décrit de manière suffisamment claire et explicite le produit et propose une TIC minimale de 3 DH par millilitre pour les liquides sans nicotine et 5 DH pour ceux qui contiennent moins de 10 grammes de nicotine. Selon des opérateurs, cet amendement constitue un pas de géant pour le secteur du tabac car jusque-là les cigarettes électroniques n’étaient, paradoxalement, régies par aucun texte. • L’industrie marocaine honore ses engagements pris dans le cadre du Plan d’accélération industrielle 2014-2020. L’objectif de la création de 500.000 emplois pourrait être atteint d’ici fin 2019. A fin juin 2019, le secteur a créé 66.000 postes additionnels. Ces emplois sont venus se greffer aux 405.000 créés à fin 2018. C’est ce qu’a annoncé Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique lors de son intervention à la Global Industry 4.0 conférence. Cette rencontre qui s’est articulée autour de la nouvelle révolution industrielle baptisée « 4.0» a permis d’étaler les ambitions du Maroc dans un secteur en pleine mouvance. Une ère marquée par des transformations rapides des modes d’exécution, de consommation et de gouvernance. L’Opinion :

• Le modèle actuel de développement des infrastructures a montré ses limites. Certes le bilan des réalisations est honorable mais l’Etat est contraint de développer un nouveau mode opératoire (financement, gestion, synergie…). L’enjeu est de taille. Après avoir investi, ces dernières années 350 milliards de DH, dans les grands projets structurants, l’Etat devra injecter 600 milliards dans les infrastructures prévues dans les stratégies sectorielles, entre autres. La réflexion est déjà lancée. C’est ce qu’a affirmé Adil Bahi, Directeur de la Stratégie, des programmes et de la coordination des Transports au ministère de l’Equipement, lors d’une rencontre organisée à Casablanca. Outre la création, en 2019, de l’Agence Nationale des Equipements Publics, le département de l’Equipement et du Transport travaille sur la mise en place d’une commission d’investissement multisectorielle dédiée aux infrastructures.

• Dans le cadre des efforts déployés pour détecter les éléments extrémistes porteurs de projets terroristes, le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire, a réussi mardi à arrêter l’un des extrémistes alliés à Daech, âgé de 31 ans et actif dans la ville de Guelmim. Dans un communiqué, le BCIJ a indiqué que les investigations ont démontré que le mis en cause fait l’apologie de l’idéologie extrémiste de « Daech », à travers des applications électroniques pour servir l’agenda de cette organisation terroriste, sachant qu’il a un frère qui combat dans les rangs du dénommé « État islamique » sur la scène syro-irakienne. Cette opération s’est soldée par la saisie de plusieurs appareils électroniques, de téléphones portables et de câbles électriques.

Al Bayane :

• Il est impératif d’inscrire la mise à niveau de l’entreprise de presse dans l’esprit du nouveau modèle de développement auquel aspire le Maroc, a estimé le journaliste Mohamed Berrada, ancien directeur général de Sapress. Berrada, qui était l’invité du Forum de la MAP sur le thème « quel modèle économique pour la presse aujourd’hui : la presse papier va-t-elle disparaître ? », a insisté sur l’urgence de faire émerger une nouvelle génération d’entreprises de presse modernes en tant que revendication de toutes les parties prenantes dans ce domaine. « Tel est un passage incontournable pour se doter de la presse que l’on mérite, d’autant plus que son rôle demeure nécessaire pour accompagner les grands chantiers en cours », a-t-il expliqué. Il a sous cet angle exprimé le voeu de voir la question des médias bénéficier d’une attention particulière, y compris dans l’agenda de la commission spéciale chargée du modèle de développement.

• Le Procureur général du Roi près la Cour de Cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, a affirmé que la philosophie de la justice pour les enfants en contact avec la loi exige leur considération comme ayant besoin de protection. S’exprimant lors d’une rencontre nationale sur « Alternatives au placement institutionnel des enfants en contact avec la loi », co-organisée par la Présidence du ministère public et la Fondation Mohamed VI Pour la réinsertion des détenus, Abdennabaoui a indiqué que les mécanismes de la justice devraient rechercher l’intérêt supérieur de tous les enfants en contact avec la loi, qu’ils soient victimes, en conflit avec la loi ou en situation difficile ou de négligence, afin de réaliser ce qu’on appelle une justice amie des enfants, dans laquelle les systèmes de justice interagissent avec les besoins des enfants.

Libération :

• La stratégie énergétique, adoptée par le Maroc, ambitionne de renforcer le leadership du Royaume à l’échelle mondiale dans le domaine des énergies renouvelables, a affirmé à Abou Dhabi, le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah. Intervenant lors d’un colloque sur les régimes énergétiques aux niveaux mondial, régional, et local, Rabbah a souligné que cette stratégie proactive, lancée par SM le Roi Mohammed VI en 2009, vise à concrétiser l’engagement du Maroc à porter à 42 pc en 2020 et 52 pc en 2030 la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national. Cette stratégie s’assigne aussi pour objectif de réduire la facture énergétique et la dépendance à l’étranger, garantir la sécurité d’approvisionnement avec des prix abordables et lutter contre le changement climatique, a-t-il ajouté.

• L’entreprise marocaine Green Solutions a remporté à Rome, le prix de l’agriculture méditerranéenne pour l’année 2019. Le prix a été remis au fondateur de la société marocaine, Ataa Abouatallah, par le président de la Confédération des agriculteurs italiens, Dino Scanavino, lors d’une cérémonie organisée à cet effet. A cette occasion, Abouatallah a exprimé ses sentiments de fierté pour cet exploit, d’autant plus que Green Solutions est la seule entreprise représentant la région méditerranéenne pour ce prix. Cette distinction est une consécration des procédés innovants qu’offre le projet de Green Solution qui, a-t-il dit, « s’adaptent bien au contexte méditerranéen parce qu’ils ont été développés en prenant en considération les effets des changements climatiques que nous subissons aujourd’hui (…) ».

Al Ahdath Almaghribia :

• « SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, est un champion de l’unité africaine et un champion de la coopération inter-africaine », a indiqué le Président sénégalais, Macky Sall, à son arrivée à Tanger pour participer à la 12ème édition du Forum MEDays, notant que la démarche du Souverain, depuis toujours, a été de redonner au Maroc sa vocation naturelle d’être Africain, ce qui se traduit par les voyages multiples et variés de SM le Roi à travers le Continent, qu’il s’agisse de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique centrale ou des autres parties du Continent, développant ainsi une relation de confiance.  »Nous devons cette reconnaissance à SM le Roi Mohammed VI, et nous prions pour que Dieu L’assiste », a dit le Président sénégalais.

• Le consensus de la commission des finances à la Chambre des représentants a permis d’épargner la saisie aux biens d’Etat en cas de décision judiciaire. En vertu de ce consensus, les ayant-droits ne peuvent réclamer le paiement qu’auprès de l’ordonnateur de l’administration et des collectivités territoriales concernées. Cette version adoptée de l’article 9 impose à l’Etat et aux collectivités territoriales, dès lors qu’ils font l’objet d’un jugement « susceptible d’être exécuté », l’ordonnancement de la somme jugée dans un délai de 90 jours à compter de la notification de l’exécution. L’amendement acte également l’intervention d’un nouvel acteur de la procédure, en la personne du comptable public. Al Massae :

• Les retards des pluies ont causé une flambée des prix des fruits et légumes dans les marchés de gros et les marchés populaires de plusieurs villes. Le journal a pu constater des hausses allant jusqu’à 3 dirhams dans un marché de gros et 5 dirhams dans certains marchés de la région de Marrakech, notamment à El Kelâa des Sraghna, Safi et Chichaoua. Les commerçants ont expliqué cette augmentation par les retards des pluies et la sécheresse qui continue de sévir dans les principales régions agricoles, connues par la production des légumes. D’autres commerçants ont, pour leur part, justifié cette hausse des prix par les vacances de l’Aïd Al-Mawlid Al-Nabawi Acharif.

• L’intégration maghrébine constitue un jalon essentiel du processus d’intégration continentale qui présente d’énormes opportunités en termes de croissance et d’emploi, a indiqué, lundi à Rabat, la directrice du Bureau pour l’Afrique du Nord de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Lilia Hachem Naas. S’exprimant à l’ouverture d’un séminaire régional sur l’impact potentiel de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) sur les économies maghrébines, Mme Hachem Naas a relevé que l’intégration maghrébine offre la possibilité de mieux tirer profit des atouts économiques et géostratégiques dont dispose la sous-région, au carrefour entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) a octroyé une licence à « Sol Radio », un nouveau service radiophonique axé principalement sur la musique et le divertissement et diffusé par voie hertzienne terrestre en FM. La cérémonie de signature du cahier des charges de Sol Radio s’est déroulée en présence des membres du CSCA, du directeur général et des directeurs de la HACA. La HACA a octroyé, depuis sa création, 14 licences pour l’établissement et l’exploitation de 23 services radiophoniques privés couvrant les 12 bassins d’audience répartis sur l’ensemble du territoire national, fait savoir le communiqué.

• L’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) a conclu un accord de coopération avec l’Africa Finance Corporation (AFC), en marge de la deuxième édition de l’Africa Investment Forum (AIF-2019), qui se tient actuellement à Johannesburg. L’accord a été signé par le Président Directeur-Général de Masen, Mustapha Bakkoury, et le Directeur exécutif pour les services financiers au sein de l’AFC, Sanjeev Gupta. Il vise à renforcer la coopération entre les deux parties pour le développement de projets d’énergies renouvelables en Afrique. L’AFC, basée au Nigeria mais qui agit à l’échelle continentale, est une organisation financière qui monte en force, a déclaré M. Bakkoury.

Rissalat Al Oumma :

• Le Premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mustapha Fares, a félicité les magistrats nouvellement affectés à la Cour suite à l’approbation par SM le Roi Mohammed VI des résultats des travaux du Conseil supérieur de la magistrature relatifs à leur nomination. Rappelant à ces nouveaux magistrats l’ampleur de leurs missions au sein de la juridiction suprême, Fares a mis en avant le poids et la valeur de la Cour de cassation, dont les arrêts touchent les volets constitutionnel, économique et des droits de l’Homme et font l’objet d’études et d’évaluation par les institutions nationales et internationales.

• Le président de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC), maire de la ville d’Al Hoceima, Mohamed Boudra, est le représentant de l’Afrique pour la présidence de l’organisation mondiale des Cités et gouvernements locaux unis (CGLU-Monde). Le bureau exécutif de CGLU-Afrique a appuyé la candidature du président de l’AMPCC à la présidence de CGLU-Monde lors de ses réunions préliminaires tenues dans le cadre de sa 22e session, les 9 et 10 novembre à Durban, en Afrique du sud, souligne l’association dans un communiqué. Le choix du Maroc vient témoigner de ses efforts déployés en matière de démocratie locale, de décentralisation, de justice spatiale et sociale, ou encore la coopération Sud-Sud et Nord-Sud, souligne la même source.

Akhbar Al Yaoum : • L’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Mohammed Boussaid, a mis en exergue les efforts du Maroc pour soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) eu égard à leur rôle dans la promotion du développement socio-économique et la création de l’emploi et des richesses. « Conscient du rôle de ces entreprises en tant que réservoir d’opportunités d’emploi qui contribue à réduire les disparités sociales, le Maroc a consenti des efforts pour les soutenir », a relevé Boussaid, qui a participé en tant qu’expert international aux travaux de la 14è session de la conférence sur l’avenir économique du Moyen-Orient. Ainsi, il a mis l’accent sur l’appel lancé par SM le Roi Mohammed VI, lors du discours d’ouverture de la première session de la quatrième année législative de la 10-ème législature, aux banques pour revoir les méthodes de financement de ces entreprises.

• Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani a annoncé le lancement prochain de la plateforme nationale d’appui à l’entreprise, en tant que guichet unique qui offre aux porteurs de projets et aux entrepreneurs les informations nécessaires et les procédures liées aux politiques et aux mécanismes d’appui. En réponse à une question centrale lors de la séance mensuelle relative à la politique générale à la Chambre des conseillers, autour de « la politique générale du gouvernement pour la mise en oeuvre de la contribution du secteur bancaire et le financement dans le développement, l’auto-emploi et le soutien des petites et micro-entreprises », El Otmani a indiqué que le lancement de cette plateforme nationale vise à mettre en place un cadre de référence global à même de relever les défis auxquels font face les PME.

Bayane Al Yaoum :

• Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani a affirmé que l’exécutif œuvre pour la promotion de la situation des personnes âgées à travers une politique publique intégrée. En réponse à une question sur « la politique gouvernementale relative aux personnes âgées et celles en situation de handicap », lors de la séance mensuelle relative à la politique générale à la Chambre des conseillers, M. El Otmani a souligné que l’élaboration de la politique publique intégrée relative à la situation des personnes âgées s’effectue dans un cadre participatif englobant les différents acteurs et intervenants. Dans ce sens, a-t-il dit, 16 objectifs stratégiques et 117 démarches ont été fixés essentiellement en matière de prise en charge médicale, de protection sociale et de mis en place d’un environnement favorable aux personnes âgées

• Mme Zohour Alaoui, Présidente de la 39è session de la Conférence générale de l’Unesco, ancienne ambassadeur-déléguée permanente du Royaume auprès de cette Organisation, a rendu, mardi à Paris, un vibrant hommage à SM le Roi Mohammed VI pour l’immense intérêt que le Souverain n’a cessé d’accorder à l’Unesco. « Il me tient particulièrement à cœur de remercier mon Chef d’État, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, pour l’Homme hors du commun qu’Il est, pour notre chance de L’avoir, pour Sa vision engagée, déterminée et progressiste, pour l’immense intérêt qu’Il n’a cessé d’accorder à l’UNESCO, pour avoir placé l’Éducation et la formation professionnelle au centre des priorités nationales du Maroc, pour agir, sans relâche, en faveur de la préservation et la restauration de notre patrimoine, pour placer l’Humain au centre de toutes nos stratégies de développement durable, pour protéger, sans concessions aucunes, nos valeurs de tolérance et de respect de l’autre et pour assurer la transmission de ces valeurs à nos générations futures », a affirmé Mme Alaoui, qui a présidé la session d’ouverture de la 40è session de la Conférence générale de l’Unesco.

Al Alam :

• L’Economie sociale et solidaire (ESS) est le troisième pilier sur lequel doit pouvoir reposer une économie équilibrée et inclusive aux côtés du secteur public et du secteur privé, ont souligné les participants à une rencontre rentrant dans le cadre des activités marquant la 8ème édition du Salon national de l’ESS, qui se tient à Oujda du 9 au 18 novembre. Cette économie a le potentiel et les moyens de mobiliser et de créer des richesses importantes, aussi bien matérielles qu’immatérielles, ont-ils expliqué lors de cette rencontre qui avait pour thème ’’Produits de terroir : quelle valorisation et quelle gouvernance’’. Et d’ajouter que l’ESS œuvre à réconcilier les principes d’équité et de justice sociale avec le développement économique, réconciliant ainsi la vitalité des dynamiques économiques avec les principes et les finalités humanistes du développement.

• Lors de la réunion de la commission des finances, le groupe istiqlalien a réussi à faire accepter 11 amendements sur le PLF 2020. Parmi les principales propositions du groupe, figurent le maintien de la TVA sur les voitures économiques à 7% et de l’exonération sur les dattes produites au Maroc. Pour ce qui est des postes budgétaires, le gouvernement a répondu favorablement aux propositions du groupe istiqlalien, en créant 200 postes au profit des personnes en situation de handicap.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.