Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi:

Le Matin : • SAR le Prince Moulay Rachid a représenté SM le Roi Mohammed VI à la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur du Japon, Naruhito, qui s’est déroulée mardi dans le palais impérial à Tokyo. SAR le Prince Moulay Rachid a pris part à une cérémonie solennelle de trente minutes, durant laquelle le nouveau souverain de 59 ans, vêtu d’un costume traditionnel de cour de l’époque Heian (VIIIe – XIIe siècle) a acté son accession au trône du Chrysanthème. La cérémonie a commencé avec l’entrée en salle, à pas lents, des membres de la famille impériale, tous vêtus de somptueux costumes traditionnels spécialement confectionnés pour la circonstance. Les rideaux ont ensuite été levés sur les trônes respectifs du souverain Naruhito et son épouse l’impératrice Masako, le Takamikura et le Michodai, disposés sur des estrades spéciales d’or et de laque.

• Les États-Unis ont salué « le leadership » de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans la promotion de « réformes audacieuses et de grande portée au cours des deux dernières décennies », tout en exprimant leur appréciation au « soutien précieux » apporté par le Souverain aux causes de paix, de sécurité et de développement. Dans un communiqué conjoint publié à l’issue de la 4ème session du Dialogue stratégique Maroc/États-Unis, tenue mardi à Washington, le Secrétaire d’Etat américain Michael Pompeo a mis en avant « le leadership » de SM le Roi Mohammed VI dans « la promotion d’un programme de réformes audacieuses et de grande portée au cours des deux dernières décennies ». Au cours de cette session co-présidée avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains Résidant à l’Étranger, Nasser Bourita, le Chef de la diplomatie américaine a également exprimé son « appréciation au soutien précieux et continu de Sa Majesté sur des questions d’intérêt commun telles que la paix au Moyen-Orient, la stabilité et le développement de l’Afrique, ainsi que la sécurité régionale ».

L’Economiste :

• 400 millions de DH. Ce sont les recettes que génèrent les touristes golfeurs à Marrakech. Avec 40.000 touristes, encore loin de son véritable potentiel, ce segment est porteur en termes de devises, de nuitées et de valeur ajoutée. Et ce n’est pas pour rien que les professionnels et le Conseil régional du tourisme (CRT) misent sur ce créneau et espèrent une stratégie à part pour le tourisme du golf. Les infrastructures existent en termes de greens et hôtels de luxe pour accompagner cette catégorie de touristes, très exigeante. A Marrakech, le potentiel économique du golf reste sous-exploité. La contribution du golf à l’économie pourrait être largement maximisée quand on sait que le touriste golfique dépense 61% de plus qu’un touriste traditionnel au cours de son séjour.

• L’Export s’améliore et se diversifie. Le constat est dressé par le rapport économique et financier accompagnant le PLF 2020. En 2018, les ventes marocaines à l’étranger ont marqué un bond de 10,6% par rapport à l’année précédente. Et sur la période 2008-2014, la progression moyenne annuelle s’est établie à 4,3%. Par conséquent, le taux de couverture de la balance commerciale a gagné deux points de pourcentage depuis 2016 pour atteindre 57,2%. Ces évolutions ont permis au pays d’améliorer sa position sur le marché mondial. Sa part est ainsi passée de 0,12% sur la période 2008-2014 à 0,15% en 2018. Le rapport relève que l’amélioration a été plus significative sur les marchés traditionnels d’exportation, notamment l’Espagne (1,27%) et la France (1,74%). Cette situation a été accompagnée par une diversification par marché et par produit. EXP.

Aujourd’hui le Maroc : • Rarement un projet de loi de Finances marocain aura été attendu et suivi à l’étranger. Le gouvernement propose ainsi, et dès l’année prochaine, de normaliser le barème de l’IS pour les entreprises exportatrices et d’aligner la fiscalité de CFC sur les standards nationaux sur les cinq prochaines années. Quel rapport avec la Chine alors ? Les dernières années ont été marquées par l’arrivée ou plutôt l’annonce de la participation des grandes entreprises chinoises dans des projets industriels d’envergure. Si aucune communication officielle n’a été faite sur ce sujet, il semble que les capitaux chinois auraient exigé de bénéficier de facilités importantes de la part des autorités marocaines sous forme d’engagements. Or, la teneur du dernier PLF laisse présager que l’arrivée des entreprises étrangères ne devrait plus se faire uniquement d’un point de vue fiscal et avantages économiques.

• Le Fonds d’appui à la cohésion sociale est en difficulté. Les dépenses ne cessent d’augmenter alors que les recettes sont en baisse. Selon les chiffres publiés par le rapport sur les comptes spéciaux du Trésor, les recettes réalisées par ce Fonds, compte tenu du solde reporté, ont enregistré une baisse annuelle moyenne de 5,26% au cours de la période 2016-2018. En revanche, les dépenses ont augmenté de manière considérable en enregistrant un accroissement annuel moyen de 20,12% de 2016 à 2018. La forte augmentation du nombre des bénéficiaires explique cette situation. Selon le rapport, les recettes réalisées par le Fonds au titre de l’année 2018 ont atteint 10.380 MDH, ce qui a contribué au financement de plusieurs programmes, à savoir le Ramed, Tayssir, « Un million de cartables », l’assistance aux personnes à besoins spécifiques ainsi que les aides directes aux femmes veuves en situation de précarité.

L’Opinion :

• Les prix des carburants flambent depuis plusieurs années et atteignent des niveaux inégalés. Le diesel et le sans-plomb caracolent actuellement jusqu’à 9,89 dirhams/L et 11.15 dirhams/L respectivement. Des tarifs en décalage total avec le marché international et surtout avec le pouvoir d’achat des consommateurs, en constante érosion. Il est de plus en plus évident que cette situation est la conséquence directe de la tacite entente entre les groupements pétroliers qui les place en totale infraction avec la loi 104-12 relative à la liberté des prix et de la concurrence. Bien que le Conseil de la Concurrence ait notifié depuis plus de 5 mois ses griefs aux distributeurs de carburants, et plus précisément à ceux formant le Groupement des Pétroliers au Maroc (GPM), la cadence des hausses des prix reste inchangée.

• L’entreprise spécialisée dans la production d’articles de textile médical, Lamatem, a procédé à la zone industrielle de Berrechid, à l’inauguration de sa première unité industrielle nécessitant un investissement de 120 millions de dirhams. S’exprimant à cette occasion, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Économie verte et numérique, a souligné que cet investissement « important » permet, outre la création d’emplois dans la région, de densifier l’écosystème « Textile à usage technique », une filière innovante qui présente un fort potentiel de développement. « Cette usine vient renforcer les capacités de production du textile à usage médical dont la majorité au Maroc est exclusivement importé », a-t-il indiqué, soulignant que cette unité industrielle, qui emploie actuellement 350 personnes, va non seulement servir le marché local, mais aussi se frotter à la concurrence et à la qualité internationale en exportant 90% de sa production.

Al Bayane :

• L’ambassadeur du Maroc à Pretoria, Youssef Amrani, a présenté aux médias sud-africains, le modèle de développement marocain, mettant l’accent sur la centralité de l’Afrique dans la politique étrangère du Royaume. Il a mis en avant les grandes lignes des orientations stratégiques du Royaume qu’il s’évertuera à décliner à Pretoria, affirmant qu’une triple ambition guidera son action diplomatique. Il s’agit, a-t-il dit, de renforcer le dialogue politique aussi bien au niveau bilatéral qu’au sein de l’Union Africaine, approfondir la coopération économique et commerciale entre les deux pays et promouvoir le rapprochement humain à travers une interaction « people to people », sur la base d’une approche active et proactive de dialogue avec la société civile, les médias et les principaux think-tanks en Afrique du Sud.

• Une justice efficace et efficiente se veut fondamentale pour améliorer le climat des affaires et attirer plus d’investissements dans le Royaume, a souligné le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, notant que la justice et le développement économique vont de pair à même d’être deux secteurs intimement liés. L’amélioration de l’attractivité de l’investissement ne se fait pas uniquement à travers la prise de mesures économiques et institutionnelles mais aussi en favorisant un climat des affaires attractif et approprié, a-t-il indiqué à l’ouverture des travaux de la 2ème édition de la Conférence internationale de Marrakech sur la Justice. Le Maroc est, aujourd’hui plus que jamais, conscient de l’importance de la justice et de son rôle central en tant que levier du développement et de la stabilité des sociétés, ainsi que de la place capitale de l’investissement dans l’essor économique, a précisé Benabdelkader.

Libération :

• Les services de sûreté nationale dans la ville de Tinghir ont réagi avec célérité et rigueur suite à une publication sur les réseaux sociaux montrant la photo d’un individu portant le niqab et alléguant que trois personnes, déguisées en femmes, ont tenté d’attirer trois élèves mineurs d’un établissement scolaire, et qu’ils avaient auparavant perpétré le même acte criminel dans un douar des environs de Tinghir. Afin d’éclairer l’opinion publique et de dissiper toute crainte que peut engendrer cette publication, compte tenu de son impact sur les citoyens en suscitant chez eux un sentiment d’insécurité, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les services de sûreté de Tinghir ont ouvert une enquête à ce sujet et consulté le staff administratif et les cadres dudit établissement scolaire, ainsi que les familles de plusieurs élèves, précisant qu’aucun acte criminel du genre n’a été enregistré.

• Le projet de loi de finances (PLF-2020) prévoit d’étendre l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) avec droit à déduction aux biens d’investissement acquis par voie de contrats « Mourabaha », indique la note de présentation de ce projet de loi. Cette mesure, parmi d’autres, vise à accompagner le lancement des nouveaux produits de la finance participative et d’assurer l’alignement de leur traitement fiscal sur celui des produits bancaires conventionnels, explique cette note. En outre, il est proposé de soumettre à la TVA au taux de 10% les opérations réalisées dans le cadre des contrats « Salam » et « Istisna’a » à l’instar des autres opérations de financement, de clarifier la base d’imposition de ces opérations en précisant que le taux de 10% s’applique sur le montant de la marge réalisée par la banque participative. EXP.

Akhbar Al Yaoum :

• Le budget du ministère de l’Education nationale a augmenté de 10 MMDH en 2020, s’établissant à 72,424 MMDH. La note de présentation du PLF a relevé les principales orientations de la politique du ministère, à savoir l’amélioration du rendement de l’école publique et des conditions d’apprentissage, en vue de garantir l’équité et l’égalité en termes d’accès à l’éducation. Le plan d’action 2020 vise la poursuite de la mise en œuvre du programme national de la généralisation de l’enseignement préscolaire, afin d’atteindre un taux de 100% à l’horizon 2028. Le ministère se penchera également sur la mise en œuvre du programme national de l’éducation inclusive en faveur des enfants en situation de handicap pour faciliter leur intégration dans le système éducatif. • Le résultat net ajusté part du groupe (RNPG) de Maroc Telecom a atteint plus de 4,6 milliards de dirhams (MMDH) au terme des neuf premiers mois de 2019, en croissance de 1,3% à base comparable, par rapport à la même période un an auparavant. Cette performance est attribuable principalement à l’amélioration des activités au Maroc, explique Maroc Telecom dans un communiqué sur ses résultats consolidés au 30 septembre, précisant que la base comparable illustre les effets de consolidation de « Tigo Tchad » comme si elle était effectivement produite le 1er juillet 2018, le maintien d’un taux de change constant Dirham/Ouguiya/Franc CFA et la neutralisation de l’impact de l’application de la norme IFRS16 sur le résultat opérationnel avant amortissements (EBITDA), le résultat opérationnel ajusté (EBITA), le résultat net ajusté part du groupe, les flux nets de trésorerie opérationnels (CFFO) ajustés et la dette nette. Al Ahdath Almaghribia :

• L’INDH organise, du 21 octobre au 4 novembre 2019, une campagne nationale sur le développement de la petite enfance. Cette opération intervient en traduction des Hautes Orientations contenues dans le message adressé par SM le Roi Mohammed VI aux participants des premières Assises nationales du Développement humain, le 19 septembre 2019. Cette campagne vise à sensibiliser les citoyens quant à l’importance de cette étape initiale de la vie pour le développement du capital humain.

• Le Maroc, à travers son opérateur postal Barid Al-Maghrib, a été certifié en Suisse, par les normes de sécurité postale S58 et S59 de l’Union Postale Universelle (UPU), devenant ainsi le premier pays de la région MENA et de l’Afrique à recevoir cette certification. « Cette consécration vient confirmer l’engagement du Groupe dans la voie de l’excellence et démontre sa capacité à sécuriser les envois postaux, leur mode de transport, ainsi que l’ensemble de la chaîne logistique », a déclaré M. Amin Benjelloun Touimi, Directeur général du Groupe Barid Al-Maghrib, cité par un communiqué du groupe. Ce certificat a été délivré suite à une mission d’audit effectuée en août dernier, consistant à passer en revue l’ensemble des processus opérationnels utilisés au niveau des plateformes de traitement des envois postaux de Barid Al-Maghrib.

Bayan Al Yaoum :

• Après la mise en service des sites d’information à vocation régionale de l’Oriental, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Marrakech-Safi, Fès-Meknès et Laâyoune-Sakia El Hamra, l’Agence marocaine de presse (MAP) a lancé quatre nouveaux portails d’information dédiés aux pôles régionaux de Rabat-Salé-Kénitra (maprabat.ma), Casablanca-Settat (mapcasablanca.ma), Sous-Massa (mapagadir.ma) et Béni Mellal-Khénifra (mapbenimellal.ma). Axés sur les informations régionales à caractère politique, social, économique, sportif, environnemental et culturel, ces nouveaux portails digitaux s’inscrivent au cœur de la stratégie de la MAP visant à accompagner le chantier structurant de la régionalisation avancée adoptée par le Royaume. Ces quatre sites font partie d’un ensemble de 12 sites d’information régionaux, un pour chaque région que compte le Royaume. Ces nouveaux sites web donneront accès à un contenu diversifié et exhaustif en langues arabe et française: dépêches, capsules vidéos, photographies et infographies, en plus du prolongement du contenu des sites sur les divers réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram…).

• Des éléments de la Douane de la Direction régionale de l’Oriental ont réussi, en fin de semaine dernière à Nador, à mettre en échec deux tentatives d’importation frauduleuse de marchandises de contrebande dont la valeur globale s’élève à plus de 1.800.000 DH, indique mardi, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII). Samedi, une première opération, résultat du contrôle d’un véhicule léger au niveau du poste frontalier de Farkhana, a ainsi permis la saisie, à l’encontre d’un ressortissant marocain, de 50 tablettes à l’état usagé, 99 smartphones à l’état neuf et 28 à l’état usagé, 16 afficheurs usagés, 62 afficheurs pour téléphone dont 50 à l’état usagé, 108 chargeurs pour smartphones à l’état usagé, 95 écouteurs à l’état neuf et 27 smartphones brisés, précise l’ADII dans un communiqué. Une deuxième opération, menée dimanche soir, a abouti à la saisie de plus de 360 smartphones à l’état neuf et 14 ordinateurs portables usagés saisis au port de Nador, poursuit la même source, ajoutant que lesdits articles ont été découverts soigneusement dissimulés dans les caisses latérales d’un camion de transport international routier (TIR) et ce, grâce au dispositif de contrôle mis en place au niveau des quais, au moment du débarquement.

Al Alam : • Le Projet de loi de finances (PLF) 2020 prévoit une panoplie de dispositions à même de renforcer la confiance établie entre l’Etat et les citoyens, à travers l’impulsion d’une nouvelle dynamique à l’investissement et le soutien de l’entreprise, a affirmé le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun. Le PLF 2020 se propose de créer une véritable relance économique en priorisant la mise en œuvre des recommandations des 3èmes Assises nationales sur la fiscalité, la création du Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat, la poursuite de l’apurement du crédit de la TVA, ou encore la réduction des délais de paiement, a déclaré M. Benchaâboun lors d’une conférence de presse sur le PLF 2020.

• Le procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, a souligné l’impératif de s’atteler à l’examen des mesures nécessaires pour rendre effectives les dispositions juridiques relatives au droit d’accès à l’information, conformément aux règles fixées par le législateur. Intervenant en ouverture d’un colloque organisé par la Cour d’appel de Rabat et le bureau régional de l’Amicale hassania des magistrats à Rabat, en partenariat avec la Présidence du Ministère public, sur le thème « Le droit d’accès à l’information et la protection des données personnelles entre la loi 31-13 et la loi 09-08 », M. Abdennabaoui a appelé à permettre au citoyen d’accéder à l’information dans le cadre des règles établies par le législateur, que ce soit pour les informations demandées par le citoyen ou celles que les institutions doivent rendre publiques par la force de la loi, selon le principe de dévoilement du maximum d’informations.

Rissalat Al Oumma : • Le Plan directeur pour le développement des infrastructures portuaires dédiées à l’industrie navale à l’horizon 2030 est à même de créer de la valeur ajoutée, à l’instar du plan d’accélération industrielle, a souligné Noureddine El Omari, expert du secteur portuaire et du transport maritime. Il a appelé à réunir les conditions nécessaires pour attirer les investissements étrangers, surtout après le lancement de l’appel d’offres et la mise en œuvre des partenariats public-privé. La stratégie portuaire nécessite l’accompagnement des différents secteurs, a indiqué El Omari, ajoutant que le département de la formation professionnelle est appelé à former des profils répondant aux exigences des entreprises nationales et internationales. Le Maroc jouit de toutes les conditions de compétitivité à même d’attirer les acteurs de l’industrie navale et concurrencer les ports espagnols.

• L’activité économique nationale affiche une conjoncture globalement favorable, quoique mitigée. Selon la note de conjoncture du Ministère de l’Economie et des Finances du mois d’octobre, hormis le secteur agricole et quelques branches du secteur industriel, notamment l’électronique et le textile, dont la contribution négative à la croissance demeure limitée, le reste des activités ont maintenu leur trend haussier. Autre attribut de ce dynamisme, la demande intérieure affiche un comportement positif, en phase avec la consolidation de la consommation des ménages et le maintien de l’effort d’investissement. Al Massae :

• Le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun a souligné que les mesures contenues dans le PLF 2020, visant la régularisation volontaire au titre des avoirs et liquidités détenus à l’étranger par des Marocains, constituent leur dernière chance. Benchaâboun a fait remarquer que le Maroc avait signé un accord multilatéral entre autorités compétentes pour l’échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers entre les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), notant que cet accord entrera en vigueur dès l’année 2021, ce qui donnera une dernière opportunité aux Marocains pour déclarer leurs avoirs et liquidités détenus à l’étranger et régulariser leur situation pour être conformes à la réglementation des changes et des engagements fiscaux. Le gouvernement veillera à faciliter les procédures relatives aux changes et à l’ouverture de comptes bancaires en devises, a dit Benchaâboun, qui présentait le PLF 2020 à la Chambre des représentants. Al Ittihad Al Ichtiraki:

• Le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a annoncé la création du compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat » doté de 6 milliards de dirhams (MMDH) sur une durée de 3 ans et ce, dans le cadre d’un partenariat entre l’Etat, Bank Al-Maghrib et le Groupement professionnel des banques du Maroc. Benchaâboun, qui présentait le PLF-2020 lors d’une séance plénière commune des deux Chambres du Parlement, a indiqué que ce fonds, créé en application aux Hautes Orientations de SM le Roi Mohammed VI contenues dans Son Discours à l’ouverture de l’actuelle session du Parlement, sera principalement destiné à soutenir les jeunes diplômés en leur facilitant l’accès aux prêts bancaires pour financer leurs projets, à appuyer les petites et moyennes entreprises opérant dans le domaine de l’export, notamment vers l’Afrique, et à permettre une meilleure intégration professionnelle et économique des travailleurs du secteur informel.

• Le Maroc dispose du plus grand réseau d’établissements d’enseignement espagnols à l’étranger, a indiqué le secrétaire d’État espagnol à l’Education et à la formation professionnelle, Alejandro Tiana Ferrer. S’exprimant lors de la cérémonie du lancement officiel des cours de l’année académique 2019-2020 à l’Institut Del Pilar, Ferrer a fait savoir que l’Espagne possède au Maroc le réseau le plus important de centres éducatifs et d’établissements à l’étranger, dont certains ont une longue histoire. Lors de cette cérémonie, à laquelle ont pris part le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Youssef Belqasmi et plusieurs autres responsables, M. Tiana Ferrer a mis en avant les relations étroites d’amitié et de coopération qui lient le Maroc et l’Espagne, notamment dans le domaine de l’éducation. Il s’est également arrêté sur les efforts du ministère espagnol de l’Éducation et de la formation professionnelle dans la poursuite de la modernisation du système éducatif des établissements situés à l’étranger, essentiellement par la sélection des enseignants les plus qualifiés, qui reflètent les valeurs de la culture espagnole et sont capables de briser les stéréotypes afin de créer des ponts de dialogue et de coexistence.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.