Surprise. Le Premier ministre libéral sortant, Justin Trudeau, a été réélu pour un second mandat de quatre ans à la tête de l’exécutif canadien, à l’issue d’élections fédérales particulièrement serrées, selon des résultats préliminaires annoncés par l’organisme Élections Canada.

Usé par quatre ans de pouvoir et affaibli par plusieurs scandales, Justin Trudeau a tout de même réussi son pari, lundi 21 octobre. Le dirigeant libéral a obtenu ce deuxième mandat à l’issue des élections législatives, mais sans décrocher la majorité absolue qui avait salué son élection fracassante en 2015, note l’AFP.

Le camp des Libéraux a en effet remporté 156 sièges à la Chambre des communes sur un total de 338 sièges, alors que le parti Conservateur dirigé par Andrew Scheer a décroché 122 sièges. Le Bloc québécois compte 32 sièges et le Nouveau parti démocratique (NPD) 24 sièges.

En l’absence d’une majorité absolue fixée à 170 sièges, le Parti libéral sera amené à solliciter l’appui d’une ou plusieurs petites formations pour disposer de la majorité au Parlement.

Après quatre ans au pouvoir, les libéraux semblent faire face aux retombées négatives de leur décision de prendre en main l’extension de l’oléoduc controversé Trans Mountain vers la côte ouest canadienne, un projet applaudi par les compagnies pétrolières mais fortement critiqué par les milieux écologistes.

La formation de M. Trudeau aura aussi fait les frais de l’affaire dite SNC-Lavalin, du nom de la firme québécoise impliquée dans un vaste scandale de corruption à l’étranger.

Ce sont quelque 27,4 millions d’électeurs qui étaient appelés aux urnes lundi pour départager les principales forces politiques, alors qu’environ 4,7 millions Canadiens avaient voté par anticipation, en progression de 29 % par rapport au scrutin de 2015.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.