L’exposition artistique « Ziara » (Visite), met en vedette des artistes locaux et internationaux partageant des racines communes, le commissaire de l’événement Amit Hai Cohen a pour objectif de tirer profit du « réseau social mondial » de la marocanité pour montrer le visage moderne du Maroc, rapporte le quotidien israélien Haaretz sur son site web.

« Je suis allé à la recherche de l’histoire dans le village de Tizgui, qui n’existe sur aucune carte du monde. Mon arrière-grand-père, Shalom Amar, est arrivé dans ce pays au début du 20e siècle. Sa maison était la seule du village faite de béton, posée sur la vieille fondation berbère brune -un signe de ce qui va venir: le nouveau sur le vieux … parfois elle y est posée comme une tâche, créant une nouvelle esthétique. Une rivière qui coule à quelques pas de la porte d’entrée, dans un cadre naturel grandiose. Et à côté de la maison, à environ 10 mètres, une mosquée. Dieu est grand ».

Ceci est le début du texte qui accompagne l’exposition « Ziara: la sagesse marocaine ordinaire à Jérusalem ». Les mots sont de Amit Hai Cohen, qui commence par sa visite au village à partir duquel sa grand-mère et son grand-père sont partis en Terre Sainte. Ziara signifie visite en arabe. Au Maroc, Juifs et Musulmans utilisent également ce mot pour désigner des lieux saints tels que les tombes des justes et les lieux de culte.

« Après tout, tout est parti de la terre nue ou d’un désert aride. A Netivot, où j’ai grandi, l’horizon ne montrait rien d’autre que le ciel », écrit Cohen. « Mais ce vide, dans lequel les romantiques voient un enchantement, est un ennui sans fin pour ceux qui y vivent. C’est le terrain sur lequel vous créez des fantasmes, c’est la raison pour laquelle vous aspirez à fuir vers la ville ».

C’est ainsi que Cohen tisse un lien entre Tizgui, au Maroc, et Netivot, une ville du sud d’Israël, où il est né et a grandi. C’est la ville où son grand-père et sa grand-mère se sont retrouvés, motivés par la foi et le sérieux de la religion. Parce que l’idée et la pratique connues sous le nom de ziara sont si présentes dans la culture marocaine, de nombreuses personnes au Maroc sont toujours convaincues que les Juifs ne sont partis que pour accomplir cette « mitsva » et qu’ils retourneront bientôt.

Partir au Maroc pour chercher la sacralité

Cette croyance, même si elle n’est pas explicitement évoquée, est la raison pour laquelle, dans la plupart des cas, personne ne touche aux biens abandonnés des Juifs et aux institutions communautaires restantes. « Une fois que les Juifs marocains rêveraient de, ils y sont venus en masse. Maintenant, quand c’est devenu une ville comme toutes les autres, ils vont en masse au Maroc pour y chercher la sacralité », explique Cohen à propos de la ville où « Ziara » sera présentée.

L’exposition, qui a ouvert ses portes le 12 octobre, se poursuivra jusqu’au 28 novembre au bâtiment du YMCA, cela fait partie de la quatrième Biennale de Jérusalem.

« Jérusalem, le site de l’exposition, est un site ziara pour toutes les religions. Nous invitons essentiellement les artistes à venir pour une ziara. Mais une ziara peut aussi être pour votre mère, pour votre maison, pour le quartier marocain qui a été détruit après 1967 », dit Cohen, se référant au quartier Mughrabi qui se trouvait à l’emplacement actuel du Western Wall Plaza.

« Et les gens peuvent aussi venir à l’exposition pour une ziara, bien que je ne pense pas vraiment que l’art est sacré. Pas du tout. Peut-être même le contraire », dit Cohen, comme si pour nier la sainteté de l’occasion. Cohen, un artiste, musicien et cinéaste, a imaginé l’idée d’une exposition d’art marocain moderne, ou comme il le décrit: « la sagesse marocaine ».

Pour la première fois dans le pays, des artistes juifs et musulmans d’Israël, du Maroc et du monde entier présenteront leurs œuvres les unes à côté des autres, liées par leur identité marocaine commune et ses reflets dans leur art, leur esthétique et leur vision du monde.

Cohen, le commissaire de l’exposition, a réuni une grande variété d’artistes de divers domaines et les a mêlés dans un même espace, ce qui n’est possible que pour quelqu’un qui refuse les définitions fixes et le conservatisme hiérarchique – dans tous les aspects de sa vie. Des artistes de la peinture, du cinéma, de la sculpture, du design de mode, sans oublier les YouTubers et les stars internationales du cinéma marocain, présenteront tous leurs travaux.

Cohen se donne le nom de « un échec systémique tel que défini par ce pays ». Il n’a jamais fait partie du monde universitaire israélien et son parcours dans la vie est totalement étranger au monde de l’art local, dit-il.

« Parce que je ne viens pas du monde de l’art – c’est en fait totalement étranger à moi – je viens sans sentiments. C’était très important pour moi d’apporter des choses que j’aime bien sans vraiment comprendre ce qu’il en est « ,dit-il.

« Je m’ennuie rapidement dans les grands musées. D’autre part, je peux passer des heures à regarder des clips YouTube de garçons Gnawa ou l’histoire d’Abir El Abed », affirme-t-il, se référant à la musique des gnawis, qui avaient été emmenés au Maroc en tant qu’esclaves, et à une chanteuse de Tanger.

Comment cela se reflète-t-il vraiment dans l’exposition?

« Ma tendance naturelle était de provoquer le chaos, d’étendre les champs autant que possible. J’ai imaginé une exposition ressemblant à des rabbins d’Essaouira, massacreurs de rituels, sculpteurs et poètes, et également connus pour leur humour unique ».

« En ce qui me concerne, dans la sphère marocaine, ce sont tous des artistes et ils font tout. C’est pourquoi je me suis également tourné vers des personnes qui n’ont jamais exposé, comme l’historien David Guedj et Lazar Makhlouf al-Mahdi, un jeune Marocain qui a décidé d’apprendre l’hébreu. Il viendra également donner une leçon de Torah en marocain ».

Un bon endroit pour Instagram

Outre ceux qui n’ont jamais participé à une exposition, il existe un autre média très controversé dans le monde de l’art, Instagram, qui offre une renommée mondiale et des millions de suiveurs aux artistes munis d’un smartphone. Par exemple, l’artiste (Ismail Zaidi), connu pour son compte Instagram primé, montrera ses photographies à couper le souffle.

Cohen appelle l’artiste et Fatima Zohra Serri « fondements de Instagram ». « Le mur Instagram est un dispositif de conservation que j’aime bien, et j’ai essayé d’en transférer des photos à l’exposition. Le transfert des photos en taille réelle, et non carrée, est une décision de l’artiste. Mais avec les structures en bois que nous avons construites, nous avons conservé la structure en grille, un rappel de la structure Instagram », explique-t-il.

« Le monde de l’art d’aujourd’hui est en train d’être créé sur Instagram. Je sens une partie de cela. Il n’y a pas de structures de pouvoir là-bas. Ainsi, outre les artistes tels que Mohamed Elbaz, qui a ouvert la biennale à Rabat ce mois-ci, je voulais exposer des artistes qui travaillent aussi dans la sphère Instagram et leur donner une place égale. « 

Parmi les artistes chevronnés, citons Izza Genini, une cinéaste marocaine admirée, dont les films sont projetés sur des feuilles blanches et dont le contenu est lié au travail d’Amina Azreg, créatrice de mode et historienne, qui présentera également ses œuvres. Ceux-ci explorent à leur tour les vêtements uniques identifiés avec les Juifs marocains – une esthétique découlant des restrictions imposées par la loi Dhimmi à leur égard jusqu’au 19ème siècle.

Il y aura des œuvres d’artistes israéliens comme Shlomi Elkabetz dans une belle vidéo tournée à Essaouira, au Maroc, où la famille Elkabetz a des racines. Vous pouvez y voir un garçon de la région qui lit en arabe et en français « Ronit, je vous aime, je vous veux », en référence à Ronit Elkabetz, actrice, réalisatrice et scénariste israélienne primée décédée en 2016.

Vers une collaboration internationale

Il y aura également des collaborations internationales telles que Artsi Mous – une collaboration entre le designer israélo-marocain Artsi Ifrach, installé à Marrakech depuis des années, et le photographe marocain Mous Lamrabat. Il y aura également des documents d’archives sur le Maroc sous le parrainage d’une archive palestinienne et des documents d’archives rassemblés par Guedj, l’historien, de la bibliothèque nationale de Jérusalem. Parmi les artistes exposants, le motif du ziara est repris dans leurs œuvres.

« Mohamed Mourabiti, que je considère comme l’un des plus grands artistes marocains, dessine des pierres tombales dans ses œuvres et leur rend visite, y compris celles appartenant à des Juifs », affirme Cohen. « Il a même construit une pierre tombale à l’entrée de son domaine, dans un village proche de Marrakech, pour son ami le philosophe juif Edmond Amran El Maleh. Les œuvres de Mourabiti ont un lien direct avec les œuvres d’artistes juifs qui seront présentées à l’exposition, comme Aniam Dery, un artiste de Jérusalem qui construira une véritable tombe au centre de l’espace d’exposition.

« Si Mourabiti et Dery se servent de la tombe elle-même, le cinéaste Moran Ifergan nous donne un aperçu documentaire de l’autre côté, les vivants, les fidèles qui visitent les tombes. Par exemple, le travail de Mohamed Arejdal, qui porte avec lui une valise représentant la région dans laquelle nous vivons – la Palestine ou le Grand Israël, selon les personnes à qui vous demandez – est essentiellement une version difficile de la ziara.

« Sa valise ne peut pas venir à l’exposition car elle est présentée ailleurs, mais nous nous sommes rendu compte que la vidéo dans laquelle on le voit voyager avec elle est assez puissante. Si sa valise arrivait à Jérusalem, ce serait le chaos, un trou noir, un endroit qui s’effondrerait. C’est une bonne chose que cela finisse ainsi. « 

Il y a d’autres caractéristiques intéressantes de la ziara.

« Oui, il y a des bateaux de Jack Jano qui sont suspendus dans l’espace de l’exposition et volent vers le rêve de ‘nous sommes arrivés’ [en Terre sainte] mais qui rappellent aussi un peu les navires d’immigrants. C’est aussi son immigration, c’est une sorte d’artiste immigré, mais au sens marocain. En d’autres termes, il aime Israël, mais, par exemple, il maudit tout le temps le monde de l’art. Récemment, il a brûlé beaucoup de ses œuvres, les a filmées, les a publiées sur Facebook et a écrit : laissez l’art israélien brûler. Quand j’ai vu cela, je me suis dit qu’il devait être présent dans l’exposition”.

Défi. C’est un concept qui me vient à l’esprit tout au long de la conversation avec Cohen. Par exemple, il y a l’idée derrière l’exposition, cette « modernité marocaine » qui nous relie aux juifs et aux musulmans – de Jérusalem, Casablanca et Paris.

Dans le contexte local, c’est une idée presque révolutionnaire, celle qui offre autonomie libérée, souveraineté dans une situation de non souveraineté – émancipation interne dans un espace qui nie les droits et efface et exclut l’identité, l’histoire, la langue, l’esthétique et tous les atouts dans un autre endroit, prendre un sens différent. D’autre part, à la lumière de tout ce qui précède, il suffit apparemment d’être marocain pour être considéré comme un acte de défi.

Réduire l’histoire ashkénaze

« L’Israëlité a réduit le monde des images pour les Marocains dans ce pays. Leur environnement visuel est devenu un projet immobilier et une pâte à tarte. Cela nous a fondamentalement transformés en artistes de niche, incapables de rêver, et dont la vie […] va de la maison à l’épicerie », affirme Cohen.

« La marocanité est en réalité un système de codes, un réseau social mondial. C’est le moyen pour un enfant de Kiryat Gat d’atteindre le monde extérieur. C’est aussi votre capacité à vous comporter dans un environnement musulman en tant que Juif et à rester intègre ».

« De la même manière que l’Israëlité a réduit la Marocanité, l’exposition veut ramener l’Israelité et, en son sein, l’histoire ashkénaze à ses dimensions. La préoccupation du problème ashkénaze nous a fait oublier que nous avions des voies de contournement basées sur des sources historiques de plus de 70 ans ».

« Nous sommes talentueux, cohésifs et beaux. Les Marocains ont beaucoup à apprendre à ceux qui vivent ici. En Israël et dans le monde entier, nous avons une longue histoire de lutte et un sens de la justice. Une partie de l’idée consiste à apporter la sagesse à l’endroit ».

Cette réduction à un projet d’habitation et à une pâte à tarte va de pair avec la préoccupation du Maroc comme une chose tout à fait du passé – comme si, à partir du moment où les Juifs sont partis, le pays a cessé d’exister dans le récit juif. Certainement dans le récit israélien. Contrairement à ce point de vue conservateur, qui préserve et sert certains récits nationaux, l’exposition exige que nous continuions à maintenir ce lien plutôt que de le rompre. Si tout cela n’est pas un acte de défi, il contient certainement des éléments subversifs.

« L’année dernière, en tant que musicien, j’ai commencé à ressentir un dégoût général face aux formes conservatrices de ‘tradition’ et de préoccupation pour la culture marocaine, comme s’il s’agissait de nécrophilie », explique Cohen. « J’avais une forte envie de concrétiser mon monde d’images. Il est un peu problématique de traiter avec le Maroc ou l’exil dans le miroir du passé, comme si ces 60 dernières années étaient inexistantes ».

« Les Juifs marocains étaient peut-être bons dans le domaine des arts et de l’artisanat, mais aujourd’hui, ils ont un iPhone et sont engagés dans l’art conceptuel et le hip-hop. La connexion avec Rami Ozeri (fondateur et directeur) de la Biennale de Jérusalem s’est naturellement établie. Je n’ai pas vu cela se produire dans le contexte de cercles séculaires soi-disant libéraux. Le judaïsme est un lien fort avec la société marocaine ».

Est-il difficile de réaliser une telle exposition lorsque la plupart des participants viennent d’un pays qui, au moins ouvertement, n’a pas de relations diplomatiques avec Israël? Dans quelle mesure cela sape-t-il le contexte basé entièrement sur le brouillage des frontières physiques et mentales?

« Tout d’abord, faire venir des artistes marocains est un processus bureaucratique insensé en matière de visas. Un autre problème était de faire venir des œuvres d’art du Maroc à Jérusalem. Le gouvernement marocain a récemment rendu la loi sur l’exportation d’art beaucoup plus stricte et nous avons dû soit produire certaines des œuvres ici – ce qui nous limitait également à certains supports – soit les charger dans des camions appartenant à une société marocaine qui ont joint la France après un voyage de quatre jours parce que la surveillance terrestre est moins stricte. « 

Certains artistes ont apporté leurs œuvres avec eux dans une valise, dont une avec une paquet de peaux de mouton.

Dans une situation qui accumule les difficultés et installe des murs et des barrières qui délimitent ce qui est possible et permis, Cohen insiste sur la ziara, sur la connexion marocaine, sur l’identité qu’il explore sous tous les angles possibles depuis des années, et cela lui permet d’éliminer les limites artificielles.

Notre marocanité est une possibilité pour un univers parallèle – un univers, incidemment, qui existe réellement. Et la ziara est une autre arène où elle se déroule. « Dans un univers parallèle, les Marocains musulmans reformulent leur désir pour les Juifs dans la recherche, la culture et la langue », dit Cohen.

« Et dans le monde d’Instagram, où les politiciens et les conservateurs qui sanctifient la tradition n’ont plus aucun pouvoir, il est soudainement possible de voir le lien entre la guitare électrique de Haim Butbul et le hip-hop d’Issam, entre les photos des toits de Marrakech à travers les yeux d’Ismail Zaidi et la modestie de nos grand-mères, qui ont suspendu leur linge sans fin sur les balcons chauds de Netivot. Dans ce vaste monde, les Marocains du monde entier créent un langage visuel profond qui devient une simple pièce de sagesse ». (Source : Haaretz.com)

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.