Une question de principe, semble-t-il. La journaliste Hajar Raissouni, qui a bénéficié récemment d’une grâce royale alors qu’elle a été condamnée à un an de prison ferme pour « relation sexuelle hors mariage » et « avortement illégal », a exprimé son désaccord avec le point de vue exprimé par son oncle Cheikh Ahmed Raissouni au sujet des libertés individuelles au Maroc.

Un ultra-conservateur, Cheikh Raissouni est président de l’Union mondiale des oulémas musulmans et ancien leader du MUR, matrice idéologique du Parti Justice et Développement (PJD).

Dans un post sur Facebook, la journaliste du quotidien Akhbar Alyaoum a également exprimé sa solidarité avec toutes les femmes victimes de violences symboliques « aussi bien de la part d’Ahmed Raissouni que de quelqu’un d’autre ».

Elle s’est dite étonnée que « certaines personnalités indépendantes tombent dans le piège en mentionnant son nom au côté du Dr. Ahmed Raissouni lorsqu’elle a critiqué les positions qu’il a exprimées sur la question des libertés individuelles », ajoutant que tout le monde sait qu’elle ne partage pas ses points de vue.

استغربت وقوع بعض الشخصيات المستقلة في مقلب ذكر اسمي إلى جانب اسم الدكتور أحمد الريسوني خلال انتقادها المواقف التي عبر…

Publiée par ‎هاجر الريسوني‎ sur Dimanche 20 octobre 2019

« Je comprends que la presse de la diffamation, sous l’impulsion de certaines parties qui ont poussé à mon arrestation, joue ce rôle intentionnellement et avec préméditation, mais il est regrettable qu’elle soit imitée par des militants et des blogueurs indépendants, même si je sais que certains d’entre eux l’ont fait de bonne foi, la voie vers les pièges étant tapisée de bonnes intentions », a-t-elle ajouté.

Elle a également rappelé que « Dr Ahmed Raissouni est une figure fondamentaliste et ses positions sur la question des libertés ne sortiront pas du cadre théorique et idéologique qui est le sien que je sois en prison ou à l’extérieur, et lorsqu’il est interrogé sur cette question, il répétera les mêmes mots, les mêmes positions et soyez rassurés il ne deviendra pas libéral pour mes yeux ».

Hajar Raissouni estime que « des personnalités indépendantes sont tombées dans le piège de la presse de la diffamation, en liant son nom à celui de son oncle, Ahmed Raissouni, dès son arrestation », affirmant :

« certains de mes amis modernistes ont trouvé dans ma détention arbitraire une occasion pour régler des comptes avec Ahmed Raissouni, en écrivant qu’ils n’étaient pas d’accord avec Ahmed Raissouni, mais qu’ils étaient solidaires de Hajar Raissouni. Cette logique est loin de la pensée moderniste fondée sur l’indépendance de l’individu, de sa personnalité et de sa pensée ».

Un débat de société qui continuera à faire couler beaucoup d’encre et qui embarrasse sérieusement les leaders islamistes du PJD et autres…

Islamisme – « Des perverties », voilà comment décrit Cheikh Raissouni, les militantes marocaines pour les libertés individuelles et l’avortement

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.