Optimisme de politicien. Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, a appelé tous les RNIstes à commencer à encourager les citoyens à s’inscrire sur les listes électorales en vue des élections de 2021, soutenant, par ailleurs, que la politique était « une éthique, un engagement et un moyen pour répondre aux aspirations des citoyens et résoudre les problèmes ».

Akhannouch, qui s’adressait aux sympathisants et membres du parti lors d’une rencontre, samedi à Tanger, a souligné que « les membres du parti devraient donner aux gens l’espoir et oeuvrer à résoudre leurs problèmes », relevant que le discours royal sur la facilitation de l’investissement et des prêts pour les jeunes constituent la meilleure solution pour promouvoir l’esprit d’entreprise.

L’orateur, dont les propos ont été relayés par Hespress, a ajouté que le moment était venu pour les jeunes de lancer leurs petites entreprises, avec des idées innovantes et audacieuses, affirmant: « Nous, en tant que ministres, comprenons bien le projet du roi, nous allons travailler avec sérieux, et le gouvernement présentera la loi de finances la semaine prochaine qui comprendra des avantages à l’entrepreneur pour impulser une plus grande dynamique et couper la route aux idées nihilistes ».

« Notre parti n’épargnera aucun effort et nous travaillerons dur et organiserons d’autres rencontres. Et, à partir de novembre, nous lancerons un nouveau programme dont le slogan est 100 villes, 100 jours, pour faire parvenir nos programmes aux citoyens et les encourager à s’engager efficacement », a souligné le chef du parti de la colombe.

+ Nous avons constaté un grand fossé…+

De son côté, Rachid Talbi Alami, membre du bureau politique du RNI, a rappelé que tout le monde s’accorde pour dire que les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’emploi représentent la plus grande préoccupation, soulignant que le parti a placé ses secteurs parmi les priorités de son programme « Massar ».

Talbi Alami a expliqué que le RNI avait précédemment choisi de travailler dans les secteurs productifs dans lesquels il a accompli d’importantes réalisations, se disant « avoir été convaincus que les responsables des questions sociales travaillaient parallèlement avec ceux des secteurs de la production de richesses ».

Mais, a-t-il relevé, « nous avons constaté un grand fossé entre les progrès accomplis dans les secteurs productifs et industriels et ceux des secteurs sociaux qui sont restés le maillon faible. Nous devons donc nous efforcer d’assumer aussi la responsabilité de ces secteurs. C’est une préoccupation dans notre programme Massar ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.