Muli-couleurs et multi-traditions millénaires

Dr Mohamed Chtatou

L’Inde est un pays qui occupe la plus grande partie de l’Asie du Sud. C’est une république constitutionnelle composée de 29 états, chacun ayant un degré de contrôle substantiel sur ses propres affaires ; 6 territoires moins pleinement responsabilisés ; et le territoire spécial de la capitale nationale de Delhi, qui comprend New Delhi, la capitale de l’Inde. Avec environ un sixième de la population mondiale, l’Inde est le deuxième pays le plus peuplé du monde après la Chine.

Un brin d’histoire

Des preuves archéologiques ont montré qu’une culture hautement sophistiquée et urbanisée – la civilisation de l’Indus – dominait le nord-ouest du sous-continent de 2600 à 2000 ans avant notre ère. À partir de cette période, l’Inde a fonctionné comme une arène politique et culturelle pratiquement autonome, qui a donné naissance à une tradition distincte, associée principalement à l’hindouisme, dont les racines sont en grande partie attribuables à la civilisation de l’Indus. D’autres religions, notamment le bouddhisme et le jaïnisme, ont vu le jour en Inde – bien que leur présence y soit assez réduite – et tout au long des siècles, les habitants du sous-continent ont développé une vie intellectuelle riche dans des domaines tels que les mathématiques, l’astronomie, l’architecture, la littérature, la musique, les beaux-arts et l’environnement.

Tout au long de son histoire, l’Inde a été perturbée, par intermittence, par des incursions venant d’au-delà de son mur de montagnes au nord. La venue de l’islam, apporté du nord-ouest par des expéditions arabes, turques, persanes et d’autres au début du VIIIe siècle, est particulièrement importante. Finalement, certains de ces conquérants sont restés ; au XIIIe siècle, une grande partie du sous-continent était sous règne musulman et le nombre de musulmans augmenta régulièrement. Ce n’est qu’après l’arrivée du navigateur portugais Vasco de Gama en 1498 et l’instauration ultérieure de la suprématie maritime européenne dans la région que l’Inde a été exposée aux influences extérieures majeures arrivant par voie maritime, processus qui a abouti au déclin de l’élite musulmane au pouvoir et l’absorption du sous-continent au sein de l’empire britannique.

L’administration directe par les Britanniques, qui débuta en 1858, opéra une unification politique et économique du sous-continent. Lorsque la domination britannique a pris fin en 1947, le sous-continent a été divisé en deux pays distincts : l’Inde, à majorité hindoue, et le Pakistan, à majorité musulmane. La partie orientale du Pakistan s’est ensuite détachée pour former le Bangladesh. De nombreuses institutions britanniques sont restées en place (comme le système de gouvernement parlementaire) ; L’anglais est resté une lingua franca largement utilisée et l’Inde est toujours dans le Commonwealth. L’hindi est devenu la langue officielle (et un certain nombre d’autres langues locales ont obtenu le statut officiel), tandis qu’une intelligentsia de langue anglaise prospère toujours dans le pays parmi les élites intellectuelles, économiques et politiques.

Pays de grande diversité

L’Inde reste l’un des pays du monde les plus diversifié sur le plan ethnique. Outre ses nombreuses religions et sectes, l’Inde abrite d’innombrables castes et tribus, ainsi que plus d’une douzaine de groupes linguistiques majeurs et des centaines de groupes linguistiques mineurs appartenant à plusieurs familles linguistiques sans lien de parenté. Les minorités religieuses, y compris les musulmans, les chrétiens, les sikhs, les bouddhistes et les jaïns, représentent toujours une proportion importante de la population.

Des tentatives sérieuses ont été entreprises pour instiller un esprit de nation dans une population aussi variée, mais les tensions entre groupes voisins sont restées et ont parfois entraîné des flambées de violence. Cependant, la législation sociale a beaucoup contribué à alléger les handicaps dont souffraient auparavant les castes, les populations tribales, les femmes et d’autres couches de la société.

À l’indépendance, l’Inde a été gouverné par plusieurs dirigeants d’envergure mondiale, notamment Mohandas (Mahatma) Gandhi et Jawaharlal Nehru, qui ont réussi à galvaniser les masses et à donner du prestige à l’Inde à l’étranger. Le pays a joué et joue toujours un rôle croissant dans les affaires mondiales.

Pays de grande diversité

La prospérité économique croissante et le dynamisme culturel de l’Inde contemporaine – malgré les défis nationaux persistants et les inégalités économiques – se reflètent dans ses infrastructures bien développées et sa base industrielle très diversifiée, ainsi que dans son pool de personnel scientifique et technique (l’un des plus importants au monde), dans le rythme de son expansion agricole et dans ses exportations culturelles riches et dynamiques de musique, littérature et cinéma.

Bien que la population du pays reste en grande partie rurale, l’Inde compte trois des villes les plus peuplées et les plus cosmopolites du monde : Mumbai (Bombay), Kolkata (Calcutta) et Delhi. Trois autres villes indiennes – Bengaluru (Bangalore), Chennai (Madras) et Hyderabad – figurent parmi les centres de haute technologie les plus dynamiques du monde, et la plupart des grandes entreprises mondiales de la technologie de la communication et de l’information et de conception de logiciels sont maintenant installées de façon permanente en Inde.

Puissance économique de demain

L’Inde est si vaste et si diversifié que les comparaisons nationales des richesses masquent des différences géographiques considérables. Goa, l’état le plus riche du pays, a un niveau de vie similaire à celui d’un pays européen pauvre comme la Bulgarie. En revanche, son état le plus pauvre, le Bihar, se situe au niveau du Mali en Afrique subsaharienne en PIB par habitant.

Au cours des cinq prochaines années, l’Inde sera sur le point de devenir la troisième économie mondiale. Les prévisions de la HSBC pour 2030 placent la Chine au premier rang, les États-Unis en deuxième et à l’Inde en troisième. Il ne sera pas tout à fait troisième en 2024, mais l’Allemagne se classera quatrième et le Japon troisièmes vers 2028. C’est un changement de pouvoir d’une telle ampleur que les occidentaux ont de la peine à l’envisager.

L’Inde est la quatrième plus grande économie du monde actuellement. En 2017, elle a généré des biens et des services d’une valeur de 9,4 trillion (mille milliards) de dollars. Toutefois, elle a encore du chemin à faire pour se classer parmi les trois premiers marchés mondiaux : la Chine, avec une production de 23,1 trillion (mille milliards) de dollars, l’Union européenne avec 19,9 trillion (mille milliards) de dollars et les États-Unis avec 17,4 trillion (mille milliards) de dollars.

L’Inde a connu une croissance rapide malgré la grande récession, elle a augmenté de 6,7% en 2017, de 7,1% en 2016 et de 8% en 2015. De 2008 à 2014, elle a augmenté entre 5% et 11%. Ce taux de croissance phénoménal a réduit la pauvreté de 10% au cours de la dernière décennie.

Le 23 mai 2019, le Premier ministre Nahrendra Modi a été réélu. Il a été élu pour la première fois le 16 mai 2014, mettant ainsi fin à 60 ans de leadership au sein du parti dirigé par Mahatma Gandhi. Modi, un homme d’affaires prospère, a promis de réduire la bureaucratie et la réglementation, de mettre en place des projets d’infrastructure et de simplifier le code des impôts.

Ces opposants disent qu’il n’a pas rempli ses promesses de campagne. Bien que les taux de croissance aient été supérieurs à 6% entre 2014 et 2017, le chômage reste toujours à 8,5%. Les banques appartenant au gouvernement avaient des créances douteuses qui réduisaient leur capacité de prêt. La roupie a diminué jusqu’en 2016, permettant une inflation de 3,6%.

Quel type d’économie est l’Inde ?

L’Inde a une économie mixte. La moitié des travailleurs indiens dépendent de l’agriculture, signature d’une économie traditionnelle. Un tiers de ses travailleurs sont employés par le secteur des services, qui représente les deux tiers de la production indienne. La productivité de ce segment est rendue possible par le passage de l’Inde à une économie de marché. Depuis les années 1990, l’Inde a déréglementé plusieurs industries. Il a privatisé de nombreuses entreprises d’état et ouvert les portes à l’investissement direct étranger.

L’Inde est un pays attrayant pour la sous-traitance et une source d’importation peu coûteuse. Son économie présente des avantages importants. Le coût de la vie est inférieur à celui des États-Unis. Son produit intérieur brut par habitant est de 7 200 dollars, soit la moitié de celui de la Chine ou du Brésil. C’est un avantage, car les travailleurs indiens n’ont pas besoin d’autant de revenus vu que tout coûte moins cher chez eux qu’ailleurs. L’Inde a, aussi, beaucoup de travailleurs bien éduqués et hautement formés en technologie moderne.

L’anglais est l’une des langues officielles de l’Inde, beaucoup d’Indiens le parlent. Ceci, combiné au niveau d’éducation élevé, attire la technologie et les centres d’appels américains. Par exemple, un employé d’un centre d’appel indien ne coûte que 12 $ l’heure. C’est presque la moitié de la contrepartie américaine de 20 $ l’heure. Selon la Technology Manufacturing Corporation, plus de 250 000 emplois dans les centres d’appel ont été externalisés en Inde et aux Philippines entre 2001 et 2003.

Les 1,3 milliard d’habitants de l’Inde proviennent de divers milieux économiques et culturels. Cette diversité peut être une force comme cela peut être un défi. Le statut socioéconomique est largement déterminé par la géographie. Les trois régions principales de l’Inde ont chacune des divisions de classes et d’enseignement distinctes. Chaque année, 11 millions de personnes quittent les zones rurales pour venir vivre dans les villes. La plupart d’entre eux sont jeunes et instruits. Ils recherchent une qualité de vie supérieure.

Industrie en plein boom

L’industrie rentable du cinéma indien s’appelle « Bollywood ». C’est un portemanteau de Bombay, maintenant appelé Mumbai, et Hollywood. Bollywood fait deux fois plus de films que Hollywood. L’acteur indien le plus populaire est  Shah Rukh Khan. En 2016, Bollywood a contribué pour 4,5 milliards de dollars au PIB indien. Il génère moins de revenus que les 51 milliards de dollars d’Hollywood uniquement parce que le prix des billets de salles de projection est beaucoup plus bas. Du côté positif, les films de Bollywood coûtent moins cher à faire : 1,5 million de dollars en moyenne contre 47,7 millions de dollars à Hollywood.

Relations étrangères de l’Inde

Les États-Unis sont l’un des principaux alliés militaires de l’Inde et la Chine l’un de ses principaux partenaires économiques. En 2006, les États-Unis ont accepté de défier le Traité de non-prolifération nucléaire en permettant une coopération nucléaire civile complète avec l’Inde et ce malgré les violations du traité par celui-ci qui a entrepris des essais nucléaires et n’a pas soumis son programme aux garanties de l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA).

L’Inde veut être traitée comme les cinq puissances nucléaires officielles : les États-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, la France et la Chine. Les États-Unis veulent que l’Inde plafonne sa production de matières fissiles, composées d’uranium et de plutonium hautement enrichis. Mais l’Inde a refusé, elle prévoit d’augmenter ses ogives nucléaires de 50 à 350 d’ici à 2020.

Modi a favorisé des liens plus étroits entre la Chine et l’Inde, deux des économies les plus importantes et les plus dynamiques du monde. En raison de leur partenariat économique étroit, les pays sont souvent appelés Chindia. La Chine et l’Inde ont des économies complémentaires. L’Inde a des matières premières tandis que la Chine a la facilité de fabrication. L’Inde a des technologies de pointe, tandis que la Chine a les entreprises et les consommateurs qui les utilisent.

Ils ont également des différends commerciaux de longue date découlant de leurs frontières communes et de l’amitié de la Chine avec le Pakistan, ennemi juré de l’Inde. Entre ces deux grands pays, Il y a peu de routes aériennes et de nombreux retards pour l’obtention du visa d’entrée. Ces différends ne seront pas certainement résolus par un seul accord commercial amical, il en faut beaucoup. Les deux pays réalisent les avantages potentiels d’un partenariat extensif et un accord commercial est un bon premier pas vers une vraie Chindia en quelque sorte.

Forces armées indiennes

Avec un tiers de la population mondiale, Chindia  pourrait être un puissant moteur économique dans l’économie mondiale en manque d’énergie et de puissance. Cela pourrait également constituer une menace potentielle pour l’équilibre des forces dans cette région. Les États-Unis ont tout intérêt à maintenir leur alliance avec l’Inde et cela compensera indéniablement la puissance croissante de la Chine dans la région et son appétit pour une hégémonie planétaire qui s’exprime par le biais de son initiative : Belt and Road Initiative (BRI).

Inde, grande puissance militaire

L’armée indienne est la troisième plus grande armée du monde, elle compte au total 1,4 million d’hommes armées et 11,55 million de réservistes, ainsi que 20 million de soldats dans les forces paramilitaires. Selon le Forum économique Mondial, le budget de la défense de l’Inde s’élevait à 67 milliards de dollars en 2017.

En termes de bataille sur le terrain ; Les soldats indiens sont considérés être parmi les meilleurs soldats du monde et ce ne serait pas une hyperbole de dire que : « Si une armée a un officier anglais, des armes américaines et des soldats indiens, personne ne peut la vaincre ».

L’Inde est le 6e pays au monde doté de la capacité de triade nucléaire. Cela signifie qu’il peut lancer une attaque nucléaire par voie terrestre, maritime et aérienne. Ainsi, il ressort clairement de ce qui précède que l’Inde est une superpuissance émergente dans le domaine de la défense et le pays peut protéger sa souveraineté, son intégrité territoriale et sa patrie sans le soutien d’aucun autre pays.

Triade nucléaire indienne

Le budget de la défense de l’Inde fait partie du top cinq mondial, battant le Royaume-Uni pour la première fois, d’après un nouveau rapport publié par un groupe de réflexion basé à Londres, indiquant un changement fondamental dans l’équilibre militaire entre les deux pays. L’Inde a dépassé le Royaume-Uni en cinquième position des dépenses en matière de défense dans le monde en 2017, avec 52,5 milliards de dollars, contre 51,1 milliards de dollars en 2016, selon le rapport « Military Balance 2018 » de l’Institut international d’Etudes stratégiques (IISS). En revanche, le budget de la défense du Royaume-Uni est passé de 52,5 milliards de dollars en 2016 à 50,7 milliards de dollars l’an dernier. « Cela représente un changement fondamental dans l’équilibre militaire entre l’Inde et le Royaume-Uni, l’Inde allouant davantage de capacités pour développer ses ressources régionales que le Royaume-Uni dans un contexte mondial« , a déclaré Rahul Roy-Chaudhury, chercheur principal pour l’IISS en Asie du Sud pour l’Asie du Sud.

Le rapport note que si l’Inde continue de moderniser ses capacités militaires, la Chine « reste le deuxième plus important budget de la défense après les Etats-Unis« , avec un budget trois fois plus important de 150,5 milliards de dollars. Les dépenses réelles de la Chine en matière de défense ont augmenté de près de 25% en 2016-2017, tandis que celles de l’Inde n’ont augmenté que de 2,4%. Selon l’analyse, l’armée chinoise compte plus de 600 000 personnes en plus que l’Inde. Il compte, aussi, près de 1 200 avions tactiques, contre 785 en Inde ; et 55 croiseurs, destroyers et frégates de plus que l’Inde.

Le rapport prend note de la politique « Make in India » du gouvernement indien, qui vise à renforcer la base industrielle de la défense par le biais de mesures telles que « la réforme du plafond des investissements directs étrangers (IDE) ». « La capacité globale de l’armée (indienne) est limitée par une logistique inadéquate et des pénuries de munitions et de pièces de rechange. La coopération en matière de défense avec les États-Unis continue à se développer, avec un niveau croissant d’exercice et de vente d’équipement américain. Les programmes de développement et d’achat dans tous les services visent à remplacer du matériel vieillissant, mais de nombreux projets ont connu des retards importants et des dépassements de coûts, en particulier des systèmes locaux », révèle le rapport.

Est-ce l’Inde une puissance spatiale ?

Le Rig Veda mentionne que la lueur de la lune est réfléchie par le soleil. D’autres textes mentionnent l’importance de la lune dans la vie quotidienne des humains. Amarakosha, le plus ancien thésaurus sanscrit existant, énumère 20 noms pour la lune. Il y a au moins 85 variations de celle-ci qui sont utilisées comme noms par les hommes et les femmes. Pourtant, jusqu’au lundi 22 juillet 2019, la Lune demeurait un rêve lointain pour une civilisation qui connaissait depuis longtemps les planètes et les satellites mais ne disposait pas de la technologie de pointe nécessaire pour réduire la distance entre les mortels terrestres et les étoiles célestes.

Le lancement réussi de Chandrayaan 2 de la Indian Space Research Organization (ISRO), une mission ambitieuse qui a abouti à l’alunissage d’un rover à bord du pôle sud de la lune en septembre 2019, bien que mouvementé, réaffirme l’émergence de l’Inde en tant qu’acteur majeur dans la course à la domination espace qui a vu la Chine constituer une force distincte et investir lourdement dans sa volonté de devenir le nouveau leader dans ce domaine, déplaçant l’Amérique. Pendant ce temps, les États-Unis prévoient, toutefois, d’envoyer une troisième mission humaine sur la lune d’ici cinq ans.

Un demi-siècle après que Neil Armstrong a déclaré : « Un petit pas pour (un) homme, un pas de géant pour l’humanité », alors qu’il posait le pied sur la surface lunaire, chaque pays aspire à Faire le moonwalk. L’Inde est présente et peut légitimement prétendre appartenir au club super exclusif de l’espace. Après la mission réussie de l’Inde sur Mars avec Mangalayan en 2014 et le test de missile antisatellite en mars 2019, et l’alunissage du rover en septembre 2019, personne ne pourrait nier que l’Inde est définitivement une puissance spatiale.

L’Inde, par l’intermédiaire de l’ISRO, a démontré sa capacité à franchir les frontières de l’espace avec la technologie des missiles balistiques et la technologie antisatellite (ASAT). L’Inde est maintenant une plateforme mondialement reconnue pour le lancement de satellites.

Il n’y a rien de romantique ou d’aventureux à propos de l’exploration de l’espace ; c’est un intérêt stratégique intrépide qui justifie les missions spatiales. Les Américains ont remporté la course de l’espace pendant la guerre froide et la propagande qui a suivi a dissimulé des motifs clairvoyants qui ne sont devenus apparents qu’au cours des dernières décennies. Ce n’était pas la lune tant méditative que recherchaient les États-Unis, pas plus que la Russie qui devait déterminer si les chiens pouvaient survivre à un voyage dans l’espace. Dans le même esprit, ce n’est pas pour prouver le droit au Rig Veda que l’Inde est, au sens figuré, à la recherche d’une tranche de lune. Mais, bien sûr, pour tous ses pays, c’est purement et simplement l’intérêt stratégique militaire, en premier lieu.

Lancement de satellite du site spatial Srharikota

Depuis Aryabhatta, nommé après le grand astronome indien qui a cartographié les vastes cieux parsemés de corps célestes, le premier satellite lancé par l’ISRO le 19 avril 1975 par Kapustin Yar de l’URSS, l’Inde a parcouru un long chemin. En tant que puissance spatiale montante, elle vise maintenant la lune et au-delà.

Les relations de l’Inde avec le reste du monde

Dans les années 50, l’Inde appuyait fermement la décolonisation en Afrique et en Asie et jouait un rôle de premier plan dans le Mouvement des Pays Non- Alignés.  Après des relations initialement cordiales avec la Chine voisine, l’Inde est entrée en guerre avec celle-ci en 1962 pour raison de frontières dans l’Himalaya. L’Inde a eu, aussi, des relations tendues avec le Pakistan voisin ; les deux nations sont entrées en guerre à quatre reprises : en 1947, 1965, 1971 et 1999. Trois de ces guerres ont eu lieu sur le territoire contesté du Cachemire, tandis que la quatrième, la guerre de 1971, a été suivie par le soutien de l’Inde à l’indépendance du Bangladesh.  À la fin des années 1980, l’armée indienne est intervenue à deux reprises à l’étranger à l’invitation de pays amis limitrophes : une opération de maintien de la paix au Sri Lanka entre 1987 et 1990 ; et une intervention armée pour empêcher une tentative de coup d’état aux Maldives en 1988. Après la guerre de 1965 contre le Pakistan, l’Inde a commencé à entretenir des liens militaires et économiques étroits avec l’Union soviétique. À la fin des années 1960, l’Union soviétique était son plus important fournisseur d’armes.

Outre ses relations privilégiées avec la Russie, l’Inde entretient de nombreuses relations de défense avec Israël et la France. Ces dernières années, ce pays a joué un rôle clé au sein de l’Association sud-asiatique de Coopération régionale et a fourni 100 000 militaires et policiers à servir dans 35 opérations de maintien de la paix des Nations Unies sur quatre continents. Il participe au Sommet de l’Asie de l’Est, au G8 + 5 et à d’autres forums multilatéraux.  L’Inde a des liens économiques étroits avec l’Amérique du Sud, l’Asie et l’Afrique ; il poursuit une politique « Look East » visant à renforcer les partenariats avec les pays de l’ANASE (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), le Japon et la Corée du Sud, qui s’articule autour de nombreux sujets, notamment ceux liés aux investissements économiques et à la sécurité régionale.

L’essai nucléaire de la Chine en 1964, ainsi que ses menaces répétées d’intervenir pour soutenir le Pakistan lors de la guerre de 1965, ont convaincu l’Inde de développer des armes nucléaires.  L’Inde a effectué son premier essai d’armes nucléaires en 1974 et d’autres essais souterrains en 1998. Malgré les critiques et les sanctions militaires, l’Inde n’a signé ni le Traité d’Interdiction complète des Essais nucléaires, ni le Traité de Non-Prolifération nucléaire, les estimant discriminatoires.  L’Inde maintient une politique nucléaire  » de non premier usage » et développe une capacité de triade nucléaire dans le cadre de sa doctrine de « dissuasion minimale crédible« . Il développe un bouclier antimissile balistique et un avion de combat de cinquième génération. D’autres projets militaires autochtones concernent la conception et la mise en œuvre de porte-avions de classe Vikrant et de sous-marins nucléaires de classe Arihant.

Depuis la fin de la guerre froide, l’Inde a intensifié sa coopération économique, stratégique et militaire avec les États-Unis et l’Union européenne.  En 2008, un accord sur le nucléaire civil a été signé entre l’Inde et les États-Unis. Bien que l’Inde possédait à l’époque des armes nucléaires et ne fût pas partie au Traité de Non-Prolifération nucléaire, l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA) et le Groupe des fournisseurs nucléaires y ont renoncé à la politique de restrictions antérieures imposées à la technologie et au commerce nucléaires de l’Inde. En conséquence, l’Inde est devenue le sixième état doté d’armes nucléaires. L’Inde a ensuite signé des accords de coopération impliquant le nucléaire civil avec la Russie, la France, le Royaume-Uni et le Canada.

L’Inde, un monde unique dans le monde

L’Inde a des origines religieuses et culturelles diverses et se permet donc de célébrer dans la joie et l’allégresse de nombreux festivals culturels, ethniques et religieux, agréables à vivre.

Du début à la fin de chaque mois il y a un festival particulier en Inde. Ici, les gens n’ont pas besoin d’un environnement spécial pour danser, les différentes célébrations dans les rues de Durga Puja, Ganesh Chathurthi, Janamashtmi et Holi ou les indiens expriment leur joie et montrent leurs grands talents de danseurs et de musiciens.

L’Inde est l’une des cultures les plus riches et les plus anciennes. Yatra dans l’hindouisme et les autres religions indiennes signifie généralement un pèlerinage vers des lieux saints. Ainsi, des millions de fidèles célèbrent Yatra et rendent hommage aux temples des divinités locales chaque année. Le Yatra leur offre un sentiment d’appartenance, de foi religieuse, de pureté de cœur et d’acte de réalisation de soi dans la vie. Deux des Yatra les plus sacrés en Inde sont « Char Dham Yatra » pour les hindous et « Hajj Yatra » pour les musulmans.

L’habit indien, Indian Clothing, est réputé dans le monde entier pour ses textiles tissés à la main, ses vêtements ethniques, ses tissus richement brodés et ses tentures authentiques à motifs exclusifs. D’où une description parfaite de la richesse du patrimoine culturel. En conséquence, le style vestimentaire indien est considéré comme unique et exclusif. De nombreuses variations, notamment régionales et religieuses, marquent les styles de vêtements indiens. En outre, une multitude de couleurs et de textures dans les vêtements peut être observée.  Les vêtements traditionnels indiens pour les femmes sont les saris ou le salwar kameez ou encore le Ghaghra Cholis (Lehengas). Pour les hommes, les vêtements traditionnels sont le Dhoti, le Lungi ou le Kurta.

L’Inde est également connue pour être un « pays de célébration animée ». On peut voir la culture de l’Inde lors de diverses fêtes et foires célébrées avec enthousiasme et joie dans chaque ville. La plupart de ces fêtes organisées sont des célébrations religieuses ou de changement de saison. Kumbh Mela est la plus grande fête pacifique au monde, messe de pèlerinage de la foi hindoue dans lequel les hindous se rassemblent pour se baigner dans une rivière sacrée. La célébration de Pushkar est l’une des plus grandes foires au chameau et au bétail du monde. En outre, des concours tels que le «matka phod», la «plus longue moustache» et le «concours nuptial» sont les principaux attraits de cette célébration/salon qui attire des milliers de touristes.

Fameuses célébrations Yatra en Inde

La capitale mondiale du cinéma n’est pas Hollywood mais Bollywood. Bollywood est le surnom de l’industrie cinématographique indienne située à Bombay (aujourd’hui Mumbai). L’industrie cinématographique a donné au monde certains des meilleurs acteurs et cinéastes. Des personnes comme Shah Rukh Khan, Amitabh Bachchan, Aamir Khan, Aishwarya Rai Bachchan, Madhuri Dixit et Hrithik Roshan ont commencé leur carrière dans cette industrie.

Depuis 1947, Asha Bhosle a enregistré jusqu’à 11 000 chansons en solo, en duo et avec chœur, et plus encore dans plus de 20 langues indiennes. Il est donc officiellement reconnu par le Livre des Records du Monde de Guinness comme l’artiste le plus enregistré de l’histoire de la musique en 2011.

En plus de l’industrie cinématographique en hindi, le pays compte également des industries cinématographiques produisant des films dans diverses langues telles que le tamoul, le télougou, le bengali, le marathi et le bhojpuri, etc.

Yoga, c’est le voyage de soi, à travers soi-même. Le yoga fait partie intégrante de l’éthique indienne depuis plus de 5000 ans. Maharishi Patanjali est le « père du yoga » qui a compilé 195 Yoga Sutras qui sont devenus le fondement de la philosophie du yoga. Le yoga a connu diverses transitions au cours des cinquante dernières années, mais il reste un sport/méditation universellement reconnu et respecté. D’ailleurs, il est célébrée chaque année le 21 juin partout dans le monde.

Il existe en Inde 35 sites du patrimoine mondial (27 sites culturels et 7 sites naturels et un site mixte) reconnus par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en juillet 2016. Ces sites du patrimoine mondial en Inde sont considérés comme ayant une immense importance culturelle et naturelle dans le monde.

L’Inde a une culture très riche de danse et de musique comprenant des styles de musique traditionnels, classiques, folk et tribaux. Dans la culture indienne, la danse classique a beaucoup d’importance. Parce que c’est un moyen fabuleux d’exprimer les sentiments innés du cœur et de l’âme. Les danses classiques de l’Inde comprennent le Bharatanatyam, la forme de danse classique la plus ancienne du pays et l’une des plus populaires, il y a également Natya Shastra. En tout, il existe huit formes de danses classiques indiennes célèbres : Bharatanatyam, Kathak, Kathakali, Kuchipudi, Manipuri, Odissi, Sattriya, Mohiniyattam, Gaudiya Nritya.

La cuisine indienne est si populaire que de nombreuses émissions de télévision hollywoodiennes et occidentales y font référence, la montrant comme faisant partie de leur culture populaire. Les recettes sont transmises de génération en génération, mais aussi améliorées et adaptées en fonction des goûts personnels et des ingrédients disponibles. Par conséquent, si on pratique une seule recette pendant des centaines d’années, on obtient les résultats escomptés. On mange avec les yeux et le nez avant de manger avec la bouche, car la cuisine indienne est à la fois parfumée et colorée. La nourriture indienne s’est lentement mais sûrement introduite dans les cœurs et les estomacs de villes aux États-Unis. Rien que dans la ville de New York, plus de 300 restaurants servent une cuisine de tout le sous-continent.

Les bijoux indiens sont aussi vieux que la civilisation indienne elle-même. Dans l’antiquité, les bijoux n’étaient pas seulement une parure, mais chaque pierre était dotée d’une qualité mystique et servait de protection contre les forces du mal. Les graines de Rudraksha et Tulsi et les perles de bois de santal sont encore portées lors du culte hindou. Les bijoux sont considérés comme de bon augure pour les femmes en Inde, même les plus pauvres d’entre elles auront des bijoux avec elles.

La conception de bijoux est tellement polyvalente en Inde qu’elle varie d’un État à l’autre. Cependant, certains bijoux de base sont communs à toutes les femmes en Inde. Les bijoux de mariée tels que Maangtika, les boucles d’oreilles, les anneaux de nez, les colliers, les Mangalsutra, les bracelets, etc. constituent les bijoux de base qui ornent les femmes indiennes. L’or est le plus largement utilisé pour les ornements de mariée. Autrefois, l’or symbolisait la richesse d’une famille.

Mot de fin

Délimité par les Himalayas enneigés au nord, l’Inde s’étend vers le sud et, sous le Tropique du Cancer, se rétrécit dans l’océan Indien entre le golfe du Bengale à l’est et la mer d’Oman à l’ouest. Sa civilisation est l’une des plus anciennes et des plus grandes du monde et est antérieure à celle de l’Europe. Ce pays a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1947 à la suite de protestations et de résistance pacifique dirigée par le Mahatma Gandhi. L’indépendance a divisé l’Inde britannique en Inde et en Pakistan, ce qui a entraîné des animosités persistantes compliquées par la possession d’armes nucléaires par les deux pays.

L’Inde a réalisé des progrès socio-économiques importants depuis son indépendance. Les réformes économiques entreprises en 1991 ont entraîné une croissance économique rapide et une industrie de haute technologie en plein essor. Nombreux sont ceux qui ont exprimé l’espoir que le nationaliste hindou Narendra Modi, élu Premier ministre en 2014 et réélu en 2019, pourrait commencer à s’attaquer aux problèmes persistants du pays : pauvreté généralisée, inégalités aberrantes, système de castes enraciné, corruption endémique, besoins impérieux en énergie et en infrastructures et violence sexuelle insupportable.

L’hindi et l’anglais sont largement parlés et plus de 20 autres langues officielles sont utilisées. Le pays est le haut-lieu de plusieurs religions, dont l’hindouisme, l’islam, le christianisme, le jaïnisme, le bouddhisme, le sikhisme, le zorastrianisme et le judaïsme, et est le fief de divers styles d’art, d’architecture, de littérature, de musique et de danse, ainsi que plusieurs modes de vie de l’urbain au rural en passant par le tribal.

L’Inde, en un mot, est un creuset de diversité culturelle et tout un monde magnifique et sublime en soi-même à voir et revoir plusieurs fois et à consommer sans modération aucune pour l’éblouissement extraordinaire des sens et la paix interne de l’âme.

Suivre Dr Mohamed CHTATOU sur Twitter :@Ayurinu

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.