Mezouar est parti dans des circonstances inattendues et la CGEM s’est retrouvée sans visibilité sur ses négociations éventuelles avec l’exécutif au sujet du projet de la loi de finances 2020 et son impact sur les entreprises marocaines.

Selon lebrief.ma, « le patronat paraît bien affaibli » pour les négociations avec El Othmani et son nouveau Cabinet.

Pour rappel, l’Université d’été de la CGEM qui a été « un grand succès » et « une petite éclaircie » dans le mandat bien agité de Salaheddine Mezouar, précise la même source.

Ancien ministre des Affaires étrangères, Mezouar était un homme du sérail et prouvait défendre farouchement les intérêts du patronat mieux que quiconque, disent ses proches.

Toutefois, Le Brief relève qu’avec l’élection de Mezouar en mai 2018, la CGEM aura davantage fait parler d’elle « par les problèmes internes » que par son action sur le terrain.

Maintenant un page est tournée quoique le départ précipité de Mezouar continue à faire couler de l’encore.

A noter qu’un conseil d’administration de la CGEM devrait bientôt se réunir pour examiner la situation et trouver rapidement un nouveau timonier, affirme-t-on.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.