Impair. Le président de la Confédération générale des entreprises (CGEM) du Maroc, Salaheddine Mezouar, recardé par le gouvernement ce dimanche après son commentaire sur la situation politique en Algérie, a démissionné de ses fonctions, selon le site demi-officiel Le360.ma .

Dans une brève publiée par la MAP vers 16h00, le gouvernement a dénoncé »la démarche » de Mezouar en la décrivant de : « irresponsable, maladroite et irréfléchie ».

Toutefois le contenu de cette déclaration n’a pas été rendu public jusqu’à maintenant.

Voici le communiqué de l’agence MAP en intégral:

Le gouvernement de Sa Majesté le Roi dénonce la démarche irresponsable, maladroite et irréfléchie de M. Salaheddine Mezouar, président de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), qui a cru devoir commenter la situation interne en Algérie lors d’une conférence internationale tenue à Marrakech, indique le ministère des Affaires Étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’étranger.

Cette déclaration a soulevé des questionnements au niveau de la classe politique et de l’opinion publique quant à son timing et ses véritables motivations, précise le ministère dans un communiqué.

La CGEM, poursuit la même source, « ne peut se substituer au gouvernement de SM le Roi dans la prise de positions sur les questions internationales et notamment le développement dans ce pays voisin », ajoutant que la position du Royaume du Maroc à ce sujet est « claire et constante ».

« Le Royaume du Maroc a, en effet, décidé de s’en tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux développements en Algérie. Le Maroc s’abstient de tout commentaire à ce sujet. Il n’a ni à se mêler des développements internes que connaît ce pays voisin, ni à les commenter de quelque manière que ce soit », conclut le communiqué.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.