Une déclaration qui a déclenché toute une controverse. Le chef du gouvernement et secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Saad Eddine El Othmani, a qualifié de « politique » le nouvel exécutif, soutenant que sa mise en place constitue un message politique, en ce sens que tous les partis ont proposé de nouveaux noms parmi leurs rangs à l’exception des technocrates qui apporteront « un plus » à ce gouvernement.

Intervenant à l’ouverture d’une rencontre avec les secrétaires des sections locales du PJD, samedi à Bouznika, El Othmani a rendu hommage aux ministres PJDistes qui ont quitté le gouvernement après avoir « accompli des choses bénéfiques pour la patrie et les citoyens « .’

Il a, en outre, évoqué la désignation « inattendue » à un poste ministériel du fougueux secrétaire national de la jeunesse PJDiste, Mohamed Amekraz, affirmant: « le PJD apporte toujours des surprises. Nous sommes fiers que Amekraz devient ministre soutenu par SM le roi. Nous voulons ainsi envoyer le message que les jeunes ont un avenir dans l’action politique ».

Le chef du gouvernement s’est également félicité de la réduction de l’effectif des membres du gouvernement, affirmant qu’il s’agit d’une « réduction sans précédent dans l’histoire du Maroc. Il est vrai que certains gouvernements marocains ont connu un nombre réduit de leurs membres, mais la population du Maroc ne dépassait pas les 6 millions d’habitants et dans des contextes différents ».

+ Tout marocain pourrait devenir chef du gouvernement…+

Par ailleurs, El Othmani a souligné que c’était lui qui a proposé la désignation des nouveaux ministres de l’enseignement supérieur et de la santé.

« S’il y a des secteurs qui doivent être renforcé par des technocrates, ce n’est pas une honte, mais nous devons oeuvrer à donner des signes positifs et à donner l’espoir aux jeunes à travers le travail sérieux », a-t-il affirmé.

Et d’ajouter: « Nous devons donner des signes positifs et faire preuve de grandeur, parce que nous sommes le parti du sérieux, non pas comme les autres qui réunissent les gens grâce à l’argent, les banquets et les subterfuges. Vous, vous êtes venus de tout le Maroc dans le but de réformer et de construire votre pays. Il faut préserver le sérieux car toutes les réformes exigent des résistances, nous devons persévérer et ne pas reculer ».

« Certaines parties tentent de répandre un discours pessimiste et d’entraver l’esprit réformiste, nous ne pourrons accomplir la réforme qu’avec un soutien populaire », a-t-il souligné, appelant à rester attaché à « la démocratie interne, au règlement du parti et aux institutions ».

« Nous ne sommes pas un parti d’individus, nous sommes un parti démocratique et institutionnel et la préservation de l’unité du parti est l’une des bases de l’action organisationnelle », a-t-il encore dit.

Il a également estimé que « l’action politique doit être fondée sur l’honnêteté et l’intérêt de la patrie. Nous sommes le premier parti dans le champ politique et nous devons mener cette bataille et restaurer la confiance en les partis ».

El Othmani a enfin révélé que c’est Boulif, un des dirigeants du PJD, qui a proposé la suppression des secrétaires d’Etat.

Il est, par ailleurs, revenu sur son enfance dans un milieu modeste pour montrer que « tout Marocain pourrait devenir chef du gouvernement s’il travaille dur », affirmant: « J’ai étudié dans une école coranique d’un village amazigh isolé, je me suis installé à Taroudant et je suis aujourd’hui Premier ministre ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.