Le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres fait état de la situation volatile dans la zone tampon de Guerguerate et déplore la multiplication des actes déstabilisateurs des milices du Polisario. Actes qui constituent des menaces réelles et dangereuse au processus politique mené sous l’égide exclusif des Nations Unies, visant une solution politique à ce différend régional, voire même à la sécurité et la stabilité dans la région sahélo-saharienne, lit-on dans le nouveau « draft report » de M. Guterres qui sera bientôt rendu public.

M. Guterres appelle à ce que le trafic civil et commercial régulier dans cette zone tampon ne soit pas entravé, selon des sources à l’ONU qui suivent de près le dossier du Sahara.

Dans le draft de son rapport adressé au Conseil de Sécurité, affirment les mêmes sources à Article19.ma, le Secrétaire général de l’ONU fait état de 54 actes de blocages commis par le polisario sur les six derniers mois qui constituent des actes déstabilisateurs et portant atteinte à la liberté de circulation des personnes et des marchandises entre le Maroc et la Mauritanie, précisent les mêmes sources.

+ Risque réel de menaces terroristes évalué par le SG de l’ONU dans la région+

Par ailleurs, dans ce rapport, M. Guterres met en exergue le risque réel d’attaques terroristes dans la région et fait part de sa grande préoccupation sur ces risques d’attaques terroristes en raison de la prévalence d’acteurs malveillants dans la région avoisinante.

M. Guterres dit prendre au sérieux la déclaration faite par le chef de l’Etat Islamique (DAECH) en avril dernier dans laquelle il appelle «les militants opérant en Afrique de l’ouest» à perpétrer des actes terroristes contre les «croisés français et leurs alliés», rappellent les mêmes sources.

Le rapport du SG souligne que la région sahélo-saharienne fait l’objet à de nombreux trafics en tous genres (drogues, armes à feu, contrebande) et souligne la connivence de plusieurs groupes terroristes avec des mouvements séparatistes dans cet espace, portant atteinte à la paix et à la sécurité internationales.

+ L’ONU épingle le Polisario sur le cas d’Ahmed Khalil +

Le Secrétaire Général des Nations Unies fait état de nombreuses manifestations qui se poursuivent dans les Camps de Tindouf où d’alarmantes violations des droits humains continuent d’être perpétrées par le polisario.

Ces manifestations sont l’apanage d’une situation humanitaire alarmante et tragique à plusieurs niveaux et qui continue de s’aggraver de plus en plus, laissant les séquestrés livrés à eux-mêmes et à la mainmise totale du polisario.

M. Guterres se fait l’écho des manifestations qui ont émaillé les camps de Tindouf, notamment devant le Bureau du HCR des proches et sympathisants d’Ahmed Khalil, ancien conseiller du dénommé Mohammed Abdelaziz, porté disparu en Algérie depuis une décennie, relever les mêmes sources.

Le Secrétaire Général des Nations Unies tire la sonnette d’alarme sur ce cas de disparition à l’actif du « polisario », qui ne représente malheureusement qu’un cas tragique et inhumain parmi bien d’autres cas de disparitions forcées dans les Camps de Tindouf et illustre de manière éloquente le peu de cas que fait le polisario du respect des droits de l’homme.

Les travaux de la Conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Union Africaine (UA) au processus politique des Nations Unies sur le différend régional au sujet du Sahara marocain, ont été ouverts, lundi (25/03/19) à Marrakech, avec la participation de 37 pays africains issus des cinq sous-régions du Continent.

+ M. Guterres souligne l’importance de la Conférence de Marrakech +

Le SG de l’ONU souligne l’importance de la Conférence de Marrakech sur l’appui de l’Union Africaine au processus politique des Nations Unies sur le Différend Régional au Sahara

Dans son dernier rapport sur la Question du Sahara marocain, le Secrétaire Général des Nations Unies souligne l’importance de la tenue à Marrakech, le 25 mars 2019, de la Conférence sur l’appui de l’Union Africaine au processus politique des Nations Unies sur le Différend Régional au Sahara.

A cet égard, le Secrétaire Général de l’ONU indique que cette Conférence a connu la participation de plusieurs Etats membres de l’Union Africaine et a été sanctionnée par l’adoption d’une Déclaration qui réaffirme l’exclusivité des Nations Unies dans la recherche d’une solution politique durable, réaliste, pragmatique et mutuellement acceptable à la question du Sahara marocain, notent les mêmes sources.

Pour rappel, cette déclaration a été signé par la majorité des Etats membres de l’Union Africaine.

+ Appel au maintien du momentum et à la continuité du processus politique des tables-rondes de Genève +

Le Secrétaire général de l’ONU a souligné dans son rapport au Conseil de sécurité l’importance de la Deuxième table-ronde de Genève, tenue les 21 et 22 mars 2019. Il a notamment insisté sur la nécessité de maintenir le momentum et la continuité du processus politique.

Appelant à un engagement du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du Polisario dans le processus politique de l’ONU, le Secrétaire général s’est montré confiant quant la possibilité de trouver une issue définitive à la Question du Sahara marocain.

Evoquant la démission de l’Envoyé personnel, M. Horst Köhler, pour des raisons de santé, M. Guterres a indiqué qu’avant sa démission, l’ancien Envoyé personnel préparait activement une troisième table-ronde selon le même format que les deux précédentes avec la participation des parties : le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario.

Le tour de table étant bien défini, le Secrétaire général est conscient que le maintien du format, adopté pour le processus des tables rondes, et la continuité du processus politique sont à même de favoriser un dialogue de fond sur la solution politique, ajoutent les mêmes sources.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.