Par Dr Mohamed Chtatou

Il existe aujourd’hui un sentiment très répandu, pour ne pas dire très populaire, qui argumente, avec force, que le capitalisme est dans un état critique, plus que jamais, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Avec le recul, le Crash de 2008 n’était que le dernier épisode d’une longue série de troubles politiques et économiques qui a débuté avec la fin de la prospérité d’après-guerre au milieu des années 1970.

Crises successives graves

Les crises successives se sont révélées de plus en plus graves et se sont propagées plus largement et rapidement grâce à une économie mondiale de plus en plus interconnectée. L’inflation mondiale dans les années 1970 a été suivie par une dette publique croissante des années 1980 et l’assainissement budgétaire des années 1990 s’est accompagné d’une forte augmentation de l’endettement du secteur privé.

Depuis quatre décennies, le déséquilibre est plus ou moins la condition normale de la société « avancée » du monde industriel, aux niveaux national et mondial. En fait, avec le temps, les crises du capitalisme dans les pays de l’OCDE d’après-guerre sont devenues si envahissantes qu’elles ont été perçues, de plus en plus, comme étant plus qu’économiques dans la nature, entraînant une redécouverte de l’ancienne notion de la société capitaliste – du capitalisme en tant qu’ordre social et mode de vie, dépendant de manière vitale du progrès ininterrompu de l’accumulation du capital privé.

Les symptômes de crise sont nombreux, mais il y a trois tendances à long terme dans les trajectoires des pays riches, hautement industrialisés. Le premier est une baisse persistante du taux de croissance économique, aggravée récemment par les événements de 2008. Le second, associé au premier, est une augmentation tout aussi persistante de l’endettement global des principaux états capitalistes, où les gouvernements, les ménages privés et les institutions non financières ainsi que les sociétés financières ont, pendant quarante ans, continué à accumuler des ressources financières. Troisièmement, les inégalités économiques, à la fois en revenus et en richesses, ont augmenté depuis plusieurs décennies, parallèlement à l’endettement croissant et au ralentissement de la croissance.

Peut-on maintenir ce qui semble être un cercle vicieux de tendances néfastes pour toujours ? Y at-il des contre-forces qui pourraient le casser – et qu’est-ce qui va arriver si elles ne se matérialisent pas, comme elles le font depuis près de quatre décennies ? Les historiens nous apprennent que les crises ne sont pas nouvelles sous le capitalisme et peuvent être nécessaires à sa santé à long terme. Mais, en réalité, ils parlent de mouvements cycliques ou de chocs aléatoires, après quoi les économies capitalistes peuvent entrer dans un nouvel équilibre, au moins temporairement.

Dégradation progressive

Ce qu’on voit aujourd’hui, cependant, apparaît rétrospectivement être un processus continu de dégradation progressive, prolongée mais apparemment d’autant plus inexorable. La reprise occasionnelle de Reinigungskrise (crise de purification, en Allemand) est une chose ; interrompre une concaténation de tendances entrelacées et à long terme, en est toute une autre. En supposant qu’une croissance toujours plus faible, des inégalités toujours plus grandes et la dette toujours croissante ne sont pas indéfiniment durables, et peuvent ensemble aboutir à une crise de nature systémique – celle dont on a une grande difficulté à en imaginer la nature – peut-on, ainsi, voir les signes d’un renversement imminent ?

New York Stock Exchange

Il semble, malheureusement, y avoir peu de raisons d’être optimiste. Pour certains temps, le capitalisme OCDE a été maintenu par des injections libérales de monnaie, dans le cadre d’une politique d’expansion monétaire dont les architectes, savent pertinemment mieux, que quiconque, qu’elle ne peut pas continuer éternellement. En fait, plusieurs tentatives ont été faites en 2013 pour se défaire de cette habitude.

À la mi-juin dernier, la banque pour les règlements internationaux (bis) à Bâle – la mère de tous les banques – a déclaré que le « quantitative easing » (assouplissement quantitatif) devait cesser immédiatement. Dans son Rapport annuel, la Banque a souligné que les banques centrales avaient , en réaction à la crise et à la lente reprise, élargi leurs bilans, ce qui sont maintenant collectivement à peu près trois fois leur niveau d’avant la crise – et en hausse. Si cela avait été nécessaire pour « prévenir l’effondrement financier », l’objectif devait être de « ramener les économies encore moroses sur des bases solides et une croissance durable ».

Les sociologues de l’histoire savent bien prédire le passé, mais le futur en est une autre affaire. Il est particulièrement difficile de prédire l’avenir des macro-institutions telles que l’État-nation ou le capitalisme. Cela devient plus facile si on croit que l’institution en question est un « système » avec sa propre logique interne de développement, ses propres cycles, et ses propres contradictions. Ensuite, on pourrait identifier la logique de développement et projeter un avenir probable. Beaucoup pensent que cela est possible dans le cas du capitalisme. Les économistes néo-classiques croient que le capitalisme implique cycles économiques réguliers de crise avec une tendance inhérente à aller vers l’équilibre.

Donc, après les difficultés actuelles du capitalisme, il y aura une reprise, puis crise et reprise, etc., probablement sur une trajectoire globale ascendante de développement. Même Keynes n’a pas nié qu’à long terme, l’équilibre serait rétabli, bien qu’avec un peu d’aide de l’état. Les marxistes considèrent également le capitalisme comme ayant un « intérieur logique » du développement, mais ils y voient des contradictions systémiques et cela finira par le faire tomber. Ceci est le plus évident aujourd’hui dans la théorie des systèmes mondiaux, dont le chef de file est Emmanuel Wallerstein. Pour beaucoup de marxistes la principale incertitude, c’est quel système succédera au capitalisme (car ils ont perdu confiance en un avenir socialiste) ? Au vu des récents événements, les scénarios de catastrophe pour le capitalisme gagnent en popularité.

Une Amérique capitaliste et hégémonique en crise

Il est possible que l’Amérique subisse le déclin économique le plus important de son histoire durant les prochaines années. Le déclin, toutefois, n’est pas encore visible. La part américaine dans le PIB mondial total est resté pratiquement statique de 1970 à 2005, les États-Unis ayant réussi a exploité les avantages d’avoir le dollar comme monnaie de réserve du monde. Depuis lors, une diminution relative est survenue, due en grande partie à une croissance plus forte de l’Inde et de la Chine, mais le dollar reste tout-puissant et l’Amérique peut toujours emprunter des liquidités illimitées à un taux d’intérêt inférieur à 2% et la plupart des années ce pays surpasse, encore et toujours, l’Europe et le Japon en termes de productivité économique et de croissance.

Barry Eichengreen a deviné que le dollar resterait comme la monnaie de réserve mondiale jusqu’à quelque date après 2020 (Eichengreen, 2009). Les États-Unis détiennent également 48% des dépenses militaires mondiales, leur plus haut pourcentage de tous les temps ; et le pays conserve sa domination sur les brevets, les prix Nobel, les universités d’élite et la culture populaire. L’Amérique reste hégémonique, pour le meilleur ou pour le pire.

Ouvrage de référence

Cela ne durera pas très longtemps, bien sûr, et les prémonitions de déclin ne font que commencer à hanter les Américains. Son armée gigantesque a connu ce que sont, en réalité, des défaites successives (Irak et Afghanistan) durant la dernière décennie. Ses relations de pouvoirs politique et idéologique ont atteint un niveau proche de la crise. L’inégalité croissante qui divise a été délibérément encouragée par Les politiciens. La fusion de la haute direction et des grands investisseurs corporatifs (en particulier les patrons des assurances et des fonds de pension), de sorte qu’ils se payent des salaires et des primes exorbitants (sur lesquels ils n’ont qu’à payer des taux d’imposition dérisoires de 15% au lieu de 35%) élargit aussi considérablement les inégalités. La combinaison d’impôts régressifs, de pillage d’entreprises et d’une croissance économique anémique a conduit à la récession économique et à l’aliénation idéologique.

Mais l’aliénation américaine ne conduit pas actuellement à une solution politique, car elle est générée par deux notions opposées sur ce qu’il convient de faire. Une, dirigée par le parti républicain, qui blâme le gouvernement pour les maux économiques du pays et propose de réduire sa taille, ses pouvoirs de réglementation et ses impôts afin de restaurer une prospérité tirée par le marché. Sa préférence pour les mesures d’austérité comme moyen de sortir de la récession le rapproche trop de la stratégie «de liquidation ». L’autre solution, proposée par les démocrates libéraux, blâme les grandes entreprises et les banques, symboliquement étiquetées « Wall Street Power », et propose plus de réglementation gouvernementale, plus de taxes et une voie de croissance keynésienne parrainée par l’État en augmentant les dépenses publiques. La lutte entre ces idéologies rivales produit un environnement de blocage, aggravant davantage la crise du capitalisme mondial.

Shanghai, symbole du capitalisme chinois grandissant

Pour conclure

Il y aura probablement un retour, sur le plan mondial, aux multiples pôles de pouvoir des époques précédentes, cette fois-ci mieux organisés globalement. Aussi, il faut croire, toutefois, que les forces émanant de l’intérieur de l’économie ne mèneront probablement pas, après tout, à une crise mondiale du capitalisme. Il est plus probable que la croissance économique mondiale ralentira une fois une répartition plus égale du pouvoir dans le monde est atteinte – un mouvement menant, peut-être, après tout, vers une économie capitaliste stable, prospère, mais à faible croissance. Ce serait une perspective plutôt heureuse pour le monde, sauf que cela pourrait impliquer une minorité « exclue » comprise entre 10% et 20% de la population.

Cependant, tout cela pourrait être déséquilibré par : des crises mondiales, une guerre nucléaire ou l’escalade du changement climatique, le premier de ces résultats d’une chaîne de causalité émanant de l’extérieur du capitalisme, la seconde d’une chaîne causale plus grande que le capitalisme. L’un ou l’autre de ceux-ci pourrait fournir la fin pas, seulement, du capitalisme mais aussi de la civilisation humaine et les insectes hériteraient de la Terre. Mais finalement, dans toutes ces affaires, rien ne dure éternellement et les décisions politiques font toute la différence du monde. L’humanité est en principe libre de choisir entre des scénarios futurs de prospérité responsable ou de fuite en avant avec des conséquences désastreuses pour l’être humain.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.