Un complexe thermal moderniste situé sur un site antique près de Fès qui pourrait retrouver sa splendeur d’origine.

Quand Aziza Chaouni était petite, elle passait ses vacances chez ses grands-mères à Sidi Harazem, un complexe thermal construit à côté d’une ancienne source riche en magnésium, à environ onze kilomètres à l’Est de Fès, au Maroc.

Une des grands-mères adorait le nouveau complexe, conçu par Jean-François Zevaco et achevé en 1960, peu après l’indépendance du Maroc.

« Elle est née et a grandi à Fès, dans la vieille ville, et elle était très intéressée par la médecine alternative », a indiqué Mme Chaouni, professeure à la Faculté d’architecture, de paysage et de design John H. Daniels de l’Université de Toronto et directrice des Aziza Chaouni Projects.

« Elle a été émerveillée par les nouvelles installations. Nous avions logé dans des bungalows conçus sur le modèle de la médina- comme enfant, c’était comme un labyrinthe ».

L’autre grand-mère était nostalgique du pré-moderne Sidi Harazem. Les sources, situées dans une chaîne de montagnes arides, attiraient les visiteurs depuis l’époque des Romains, et le sultan Abou el-Hassan a construit un sanctuaire au XIVe siècle pour Sidi Harazem, un théologien Soufi, sur un plateau voisin.

« Ils se levaient à 5 heures du matin et marchaient de Fès, puis campaient simplement. Les habitants locaux offriraient de l’espace chez eux », a rappelé Mme Chaouni.

« Pour les personnes qui vivaient à Fès, c’était leur poumon vert ».

Construits en béton avec des colonnes à facettes, de profonds surplombs et une piscine extérieure circulaire abritée par un disque de béton qui semble flotter, les bâtiments de M. Zevaco, qui comprennent des bains, des dizaines de bungalows, des marchés couverts et un hôtel, associent des matériaux du style brutaliste et des éléments régionaux, y compris des bandes de carreaux de mosaïque bleue et de cuivre.

Le gouvernement marocain, nouvellement établi, voulait attirer les touristes occidentaux dans le pays, tout en préservant les sites nationaux populaires.

Le désigne conçu par M. Zevaco était destinée à plaire aux deux types de visiteurs. Les bungalows et les espaces publics rappellent les bâtiments traditionnels, et l’hôtel surélevé et la structure d’ombrage en porte-à-faux représentent l’architecture internationale la plus avancée.

Le Maroc voulait apparaître comme un jeune pays progressiste », a déclaré Mme Chaouni.

M. Zevaco a réinterprété le modernisme européen de manière locale en organisant le projet autour d’une cour intérieure composée de plantes vertes et de bassins réfléchissants qui refroidissaient l’air. Des canaux d’eau étroits parcouraient le complexe, entraînant les visiteurs le long des voies de circulation… (suite dans l’article en anglais)

*** Par Alexandra Lange

N/B : traduction synthétisée de cette feature est d’Article19

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.