Alerte. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a attiré l’attention dans un bulletin, le premier du genre dans l’histoire de cette institution, sur la situation hydrique alarmante au Maroc et les défis auxquels doit faire face la population dans les années à venir.

Selon le CESE, les réserves en eau, notamment celle des nappes phréatiques, sont en voie d’épuisement alors que la demande en eau est aujourd’hui supérieure à la quantité disponible en ressources annuelles renouvelables d’eau douce, selon ce document dévoilé jeudi.

Cette alerte concerne l’ensemble de la société, certes il s’agit de sensibiliser l’ensemble de la population à l’assèchement des ressources hydriques mais les premiers concernés qui doivent agir en conséquence sont ceux qui élaborent et mettent en œuvre les politiques publiques, affirme-t-on.

Water spray on an agriculture field

Est-ce que ceux qui planifient pour un « Maroc vert » comprennent ce que signifie l’épuisement proche des réserves hydriques? En tiennent-ils compte lorsqu’ils distribuent les subventions et les machines modernes et encouragent les activités agricoles qui n’ont pas prouvé, depuis l’indépendance, leur contribution à la croissance ou à la création de la richesse, de demande le CESE, cité par Alyaoum24.

Est-ce que ceux qui sont chargés des plans d’aménagement des villes connaissent ce que voudrait dire la rareté des eaux? Est-il raisonnable qu’ils continuent à arroser les parcs des quartiers huppés avec l’eau potable, ajoute-t-il.

A bon entendeur, salut!

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.