Confession. Il a fallu beaucoup de temps pour que l’humoriste Franco-Marocain Gad Elmaleh se rende à l’évidence et faire son mea culpa publiquement. «Oui, je me suis inspiré de gars, oui, j’ai chopé ça«, a-t-il avoué lors d’un témoignage devant des journalistes du journal Le Parisien. Toutefois, il dénonce ce qu’il considère « la démesure » des accusations portées contre lui.

Pour rappel, au début 2019, la chaîne YouTube CopyComic a mis en ligne deux vidéos montrant des gags que Gad Elmaleh aurait empruntés à certains de ses collègues pour dénoncer le vol de blagues par l’humoriste, selon Radio Canada.

La vedette née au Maroc, qui a vécu au Québec avant de s’établir en France, avait alors été rapidement bannie du Bordel Comédie Club, un cabaret d’humour à Montréal, souligne la même source.

À l’époque, il s’était défendu en affirmant que les numéros d’humour reposent souvent sur des observations tirées de la vie quotidienne et que, par conséquent, ils ne sont pas le fruit de la créativité d’autres humoristes. Selon lui, ces observations n’appartiennent à personne.

+ Beaucoup de choses mensongères et une partie de vrai +

Plusieurs mois après la controverse, l’humoriste a enfin livré un long témoignage devant les caméras du Parisien. Moins catégorique qu’avant, il admet qu’il y a « une partie de vrai » dans les accusations de plagiat qui ont été portées contre lui, tout en les jugeant « démesurées » par rapport à ce que le matériel plagié représente dans son travail.

« C’était excessif, démesuré par rapport à ce qui est vrai […] C’était hargneux, avec beaucoup de choses mensongères, et une partie de vrai. […] Personne n’a envie d’être affiché dans toute la presse comme quelqu’un qui a volé, surtout pas un humoriste », affirme-t-il.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.