L’audience réservée au chef du gouvernement par le roi Mohammed VI, samedi dernier, s’apparente à une alerte adressée à Saad Eddine El Othmani concernant le retard pris dans la mise en oeuvre du remaniement ministériel, d’autant que les instructions du souverain contenues dans le discours du trône visent à enrichir par de nouvelles élites les postes de responsabilités tant au sein du gouvernement que de l’administration.

Selon Hespress, plus de 55 jours sont passés après le discours du trône au cours desquels le chef de l’exécutif et secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) n’a tenu qu’une seule réunion avec les dirigeants des partis politiques de la majorité et n’a pas entamé encore la discussion des détails du remaniement et des noms des ministrables potentiels de ses alliés alors qu’approche la date de l’ouverture de la session parlementaire.

Il semble ainsi que le retard pris par El Othmani dans le remaniement ministériel a poussé le roi à s’informer auprès du chef du gouvernement de l’état d’avancement dans la mise en oeuvre des orientations royales telles que contenues dans le discours du trône de 2019.

Ces instructions royales au chef du gouvernement portaient sur la soumission au Roi de propositions de renouvellement et d’enrichissement des postes de responsabilité, tant au sein du gouvernement que de l’administration.

+ L’USFP a clairement exprimé sa position concernant le remaniement ministériel +

Interrogé par Hespress sur les significations de l’audience royale et son lien avec le retard du remaniement ministériel, le premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachguar, a indiqué que le chef du gouvernement était le seul habilité à répondre à cette question.

« Toute tentative de tenir pour responsable tout parti de la majorité du retard pris dans le remaniement du gouvernement n’a aucun sens », a affirmé Lachgar ajoutant que « des dirigeants de la majorité ont annoncé à l’opinion publique la fin de la première série de consultations et chaque parti de la majorité a informé El Othmani de sa vision concernant le prochain gouvernement », a-t-il expliqué pour signifier que l’initiative est entre les mains du chef du gouvernement et non pas de la majorité.

Il a indiqué que « l’USFP a clairement exprimé sa position concernant le remaniement ministériel », estimant que le gouvernement actuel est « numériquement et politiquement lourd avec 6 partis » et doit doit être réduit.

« Bien que le chef du gouvernement n’ait pas encore demandé l’avis de l’USFP sur les détails de la nouvelle structure, nous avons proposé que le nombre de ministres du prochain gouvernement ne dépasse pas les 22, et non pas 40, sur la base d’une vision que nous avions présentée au moment de la mise en place du gouvernement actuel », a-t-il soutenu.

Il a ajouté qu’à ce jour, El Othmani n’a donné aucune réponse aux propositions de l’USFP et les conclusions de la première série des consultations. « Nous attendons la réponse d’El Othmani pour qu’il nous donne son opinion et ses propositions ».

Lachgar a, par ailleurs, souligné que « l’USFP est le seul parti à avoir lancé un appel interne pour établir une banque de cadres », avant d’assurer que le parti de la rose était prêt à contribuer au renouvellement des élites aussi bien au niveau des postes administratifs que gouvernementaux, estimant que l’audience royale accordée à El Othmani est susceptible d’accélérer la mise en oeuvre du remaniement ministériel.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.