La presse est en crise, une crise multiformes. Le directeur de l’hebdomadaire « Al Ayam », Noureddine Miftah, a annoncé sa démission du bureau exécutif de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) en signe de protestation contre « le clientélisme » et « la médiocratie ».

« J’ai malheureusement décidé hier (vendredi) de démissionner du bureau de la FMEJ à cause d’un profond désaccord sur l’orientation de la direction de la fédération, devenue contraire aux principes professionnels et éthiques auxquels j’adhère », a écrit Miftah dans un poste sur Facebook.

Le journaliste a ajouté que la crise économique du secteur de la presse ne justifie pas de « courber l’échine » et de réduire son combat au simple fait de « rechercher plus de ressources financières publiques », de quelque manière que ce soit et « à tout prix », c’est une menace sérieuse à la mission et à la responsabilité sociales de toute presse digne de ce nom.

Miftah a relevé que lutter contre « la corruption » dans le domaine journalistique, affronter « la médiocratie » et « les déviations » professionnelles « constitue une chance pour sortir de cette situation moribonde que connaît notre presse, mais cette chance me semble devenir faible si le mal commence à gagner le corps du médecin supposé apporter le remède ».

En ce sens, il a rappelé la fermeture du magazine américain « Express » et le licenciement de son personnel, la semaine dernière, en annonçant en gros caractères et en gras sur sa couverture: « Profitez bien de vos smartphones méprisables ».

L’ancien président de la FMEJ a indiqué qu’il craint que ce soit le contraire qui se produira « chez-nous, que la société nous dise si nous continuons à hésiter, à nous débattre et sombrer dans les ‘exone’ imprimés, profitez bien de vos journaux méprisables ».

Reste à noter que l’ex patron de la FMEJ « n’est pas l’ange Gabriel…il a aussi fermé les yeux, pour ne pas dire profité, du « climat ambiant » (largesses) sous le mandat du ministre PJDiste de la Communication Mustapha Khalfi », affirment ses anciens collègues. « Et maintenant il crache dans la soup? », s’etonnent-ils.

Curieux!

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.