Fini le laxisme. Un troisième suspect a été arrêté mercredi à Marrakech dans l’affaire de diffamation et fake news dite « Hamza monbb », il s’agit d’un certain M. D., correspondant d’un « site d’information » marocain.

Le mis en cause avait déjà été condamné pour « participation » dans une affaire de corruption, en février 2016, à 10 mois de prison ferme et au paiement d’une amende de 5.000 dirhams à la suite de son accusation par une jeune investisseuse, fille de l’artiste populaire marocain de confession juive Pinhas Assyag Ben Jacob, qui l’avait alors accusé d’avoir reçu des pots-de-vin pour l’obtention d’une licence de vente de boissons alcoolisées dans le restaurant de sa famille dans le quartier de Gueliz à Marrakech, selon le site arabophone Alyaoum24.

Pour rappel, « Hamza monbb » est le nom d’un compte anonyme sur les réseaux sociaux Snapchat, Instagram et Facebook, qui enflamme la toile depuis 2018 en colportant des rumeurs et ragoûts sur des célébrités.

+70 plaintes pour diffamation et atteinte à l’honneur +

Les services de police auraient reçu quelque 70 plaintes de personnes ayant fait l’objet de diffamation et d’atteinte à leur honneur à la suite notamment de la publication de photos ou de vidéos sur leur vie privée ou intime.

Parmi les plaignants figure le Conseil national des droits de l’homme qui a saisi la justice, en juillet dernier, après que son président et des membres de son bureau exécutif aient été victimes de la publication de postes diffamatoire leur portant atteinte, ce qui avait poussé le CNDH à menacer d’organiser un sit-in devant le siège de la Direction générale de la sécurité nationale à Rabat.

Quelques semaines plus tard, les services de police ont arrêté un étudiant originaire d’Agadir, qui a été placé en détention préventive à la prison Oudaya de Marrakech, en août dernier, pour plusieurs chefs d’accusations liées, entre autres, à des affaires de harcèlement, de menaces de publications de photos privées, de diffamations, injures, atteinte à l’honneur et chantage.

La Brigade nationale de la police judiciaire a également arrêté récemment un autre individu (A. B.) soupçonné d’être impliqué dans cette affaire. Il a été placé, lui aussi, en détention préventive à la prison de Marrakech. Il est accusé notamment d’usurpation d’identité, d’escroquerie, de débauche et d’incitation à la débauche, de proxénétisme, d’avortement illégal, de propagation de fausses allégations pour nuire à la vie privée d’autrui et diffamation. Son procès a été reporté au 30 du mois en cours afin de pouvoir convoquer l’ensemble des victimes mentionnées dans les procès-verbaux de la police judiciaire.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.