Dure épreuve pour l’artiste marocain en France. Les autorités judiciaires françaises ont décidé lundi d’accorder « la liberté provisoire » à l’humoriste marocain Abdelfettah Jaouadi poursuivi pour une histoire controversée de « viol » d’une jeune française.

Jaouadi a été interdit de quitter la ville de Grenoble après que son passeport ait été confisqué par la police, a rapporté le site arabophone Adare.ma.

Nadège Roushat, la « victime » dans cette affaire, est âgée de 28 ans et travaille à Grenoble comme vendeuse de produits cosmétiques.

L’affaire a éclaté lorsque la jeune française a prononcé un mot blasphématoire dans lequel elle a qualifié Jaouadi de « fils de pute » après une dispute entre eux et qu’ils se trouvent à l’intérieur d’un appartement appartenant à l’un de ses amis à Grenoble.

Jaouadi n’acceptait pas les violences verbales de la jeune française qu’il a rencontré il y’a un mois, dans une boîte de nuit, avant que cette connaissance ne se développe en amitié et en réunions presque quotidiennes.

Jaouadi, à son tour, a réagi verbalement à la violence de sa petite amie, qui a été suivie d’échanges vifs, de querelles, de heurts entre les mains et du bruit et des cris qui ont forcé les voisin à appeler la police.

Selon Adar.ma, l’humoriste devrait comparaître devant un tribunal de Grenoble le 18 octobre prochain.

Dans une vidéo mise en ligne par Adar, l’artiste marocain remercie ses fans à travers le monde et explique qu’il traverse « une rude épreuve… », en espérant qu’il sera bientôt blanchi par la justice.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.