Infatigable, il est sur tous les fronts. Me Abdellatif Ouahbi, un des dirigeants en vue du Parti authenticité et modernité (PAM), vient de jeter un pavé dans la mare en appelant à “l’assainissement du champ politique marocain”, relevant que la classe politique doit servir de modèle à la société.

Invité de l’émission « Kataf’hamni wa t’fidni » sur radio Aswat, Me Ouahbi a relevé la cacophonie et les dysfonctionnements qui caractérisent le champ et la situation politique au Maroc.

« Le seul parti politique actuellement engagé avec le Parti justice et développement (PJD) est celui du progrès et du socialisme (PPS), moralement et politiquement. Les autres partis ont de grands différends avec le PJD.

L’Union constitutionnelle (UC) n’a presque aucune existence, car elle est alliée au Rassemblement des indépendants (RNI) au point où elle a presque été entièrement absorbée par le RNI. Le Mouvement populaire (MP) est serein et ne se fait aucun souci en appliquant l’adage ‘que de choses on a accomplies en les délaissant’. Et l’USFP suit les choses de loin et ne voudrait pas s’impliquer dans les luttes et nous, nous regardons cet être qui a 70 têtes et 70 pieds et qui s’appelle le gouvernement. C’est depuis deux ans et demi maintenant que nous supportons cette situation…Même si vous voulez jouer le rôle de l’opposition vous ne saurez pas comment », a affirmé Me Ouahbi.

« Nous avons entendu des ministres répondre aux députés de la majorité en leur disant allez demander des comptes à vos ministres alors qu’au sein du parlement les députés sont des représentants de la nation et ne représentent pas leurs partis et le ministre n’a pas à leur dire ceci », a-t-il ajouté.

« Il faut corriger la situation et le champ politiques au Maroc. Cet amalgame et cette situation ne sont plus acceptables à partir de maintenant, c’est absolument inacceptable », a-t-il encore souligné.

Et de conclure: « Nous devons savoir que, nous, nous servons de modèle à la société marocaine et au peuple marocain. On dit pourquoi le tcharmil (agression à l’arme blanche) existe dans la rue alors qu’il existe dans la politique et dans le parlement. Les gens voient le tcharmil dans le parlement et ils le reproduisent dans la rue, sauf que, nous, nous le faisons avec des mots et eux avec des armes blanches. Nous devons revoir tout cela ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.