Une affaire qui a fait couler beaucoup d’encre. Il s’agit, du procès de Abdelali Hamieddine, le dirigeant du Parti justice et développement (PJD), poursuivi pour « complicité d’homicide volontaire » dans l’assassinat de l’étudiant gauchiste, Benaïssa Aït El Jid, touche presque à sa fin, la chambre criminelle près la cour d’appel de Fès ayant décidé, mardi dernier, de réserver l’audience de lundi prochain aux derniers mots des quatre mis en cause avant de rendre son verdict.

Aït El Jid a été tué en 1993, suite à des accrochages avec un groupe d’étudiants islamistes sur le campus universitaire de Fès, dont Hamieddine faisait partie.

L’audience de mardi dernier a été marquée, selon le site arabophone alyaoum24, par les plaidoyers politico-juridiques entre les avocats des quatre mis en cause du PJD et ceux de la famille de la victime.

Alors que la défense des mis en cause a demandé au procureur d’écarter la partie civile représentée par la famille d’Aït El Jid car la Cour de cassation avait déjà rejeté son recours en novembre 2017 lorsqu’elle a acquitté les quatre accusés, estimant ainsi que les seules parties concernées par ce procès sont les mis en cause et leurs avocats alors que la partie civile et sa défense n’ont pas le droit d’assister à l’audience.

Pour sa part, la défense de la famille d’Aït El Jid a accusé celui des mis en cause de chercher à l’expulser et à l’écarter de ce dossier, soutenant que la décision de rouvrir ce procès signifie que la partie civile est partie prenante du procès.

La Cour d’appel de Fès avait décidé, en décembre 2018, de rouvrir le dossier de l’étudiant de gauche assassiné en 1993 près du campus universitaire de Fès (Dhar Mehraz), sur la base de nouveaux éléments révélés par l’unique témoin de l’assassinat, Haddioui El Khammar.

Au moment des faits, Abdelali Hamieddine était un militant de ce qui allait devenir l’Organisation du renouveau estudiantin marocain (OREMA, pro-PJD).

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.