Malgré une rude concurrence dans le secteur, Emirates se porte bien. Lancée en 1985, la principale compagnie aérienne des Emirats Arabes Unis avait commencé à engranger des bénéfices dès sa 3ème année, selon une communication de sa direction générale.

Présente sur plus de 160 destination à travers le globe, Emirates demeure le 1er opérateur mondial de Boeing 777 et A380 – ces deux appareils comptant parmi les gros-porteurs les plus modernes et les plus économiques aujourd’hui en service.

En 2014, pour son 30ème exercice fiscal, elle réalise sa deuxième meilleure performance en termes de bénéfices, soit 1.2 milliards de dollars, avec une augmentation de 7 % de son chiffre d’affaires, lequel s’établit à  24,2 milliards de dollars. La compagnie a transporté durant cet exercice pas moins de 50 millions de passagers, servis par un effectif de plus de 65.000 employés.

«L’année  2014-15 aura été une période mouvementée pour le secteur aéronautique. La chute du prix du pétrole a toutefois permis un allègement des coûts au cours du second semestre… », selon Sheikh Ahmed bin Saad al-Maktoum, PDG d’Emirates.

 Emirates a augmenté de 4 milliards ses capacités ATKM (tonnes-kilomètres disponibles) durant la même période. Pour la première fois dans l’histoire de la compagnie, sa capacité totale de transport de passagers et de fret a franchi la barre des 50 milliards, atteignant 50,8 milliards ATKMau terme de l’exercice, confirmant ainsi sa position de première compagnie aérienne internationale dans le monde.

Cela ne fait pas que des amis, bien au contraire. « Nos concurrents nous défient chaque jour et certains font du lobbying auprès de leur gouvernement pour nous imposer des restrictions », explique Sheikh al-Maktoum. Et, de fait, aux Etats-Unis, les trois majors américaines (Delta, United et American ) demandent à Washington de freiner l’accès des compagnies du Golfe, et d’Emirates en particulier, sur le territoire américain.

Il faut dire que la compagnie déploie une politique d’investissement agressive, qui ne laisse que très peu de marge de manœuvre aux concurrents, mais telle est la loi du marché.

Il est à rappeler qu’Emirates a pris livraison de 24 nouveaux avions au cours de l’année, dont douze A380, dix Boeing 777-300ER et deux Boeing 777F, ce qui porte le total de sa flotte à 231 appareils, loin devant ses concurrents qui ne dépassent pas la barre des 200 avions.

Article19.ma/Google

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.