Dr Mohamed Chtatou

La planète terre ne nous appartient pas, c’est un habitat exceptionnel, le seul pour le moment dans tout l’univers, que nos parents et grands-parents nous ont légué pour y vivre et à passer, par la suite, aux générations futures dans un excellent état. Malheureusement, depuis des décennies nous nous sommes acharnés sur ce legs par une surexploitation abusive et presque criminelle pour assouvir nos instincts destructeurs de consommation, de gain, de richesse et de pouvoir. On brule, sans scrupules les forêts, notre propre poumon, on pollue nos cours d’eau et océans, on empoisonne l’air avec des gaz toxiques. Bref, on assassine méthodiquement notre mère, sans broncher. Aujourd’hui, notre mère terre souffre et comme tout corps malade qui s’exprime par la fièvre pour tirer la sonnette d’alarme, elle nous rappelle à l’ordre avant que ce soit trop tard par le dérèglement climatique. Allons-nous faire montre de responsabilité et stopper le carnage ? L’éducation et la sensibilisation sont nos seuls espoirs de survie : éduquer dans les écoles, la rue, les usines, chez les partis politiques, etc. pour une citoyenneté planétaire. Sensibiliser partout et tout le temps.

Qu’est-ce que le réchauffement climatique et comment affecte-t-il notre environnement ?

Les effets du réchauffement climatique ne sont plus une prédiction de ce qui va arriver. Ils sont réels et nous les vivons à l’échelle mondiale. La connaissance et l’action individuelle sont essentielles dans cette lutte pour sauver la terre.

Après des années et des années d’abus de notre environnement, nous commençons enfin à en payer le prix. Pendant des décennies, les effets néfastes des activités humaines sur l’environnement ont été ignorés et maintenant, Mère Nature a commencé à réagir. Bien que diverses organisations aient pris la parole au cours des dernières années, il est peut-être un peu trop tard. Cependant, comme on dit, mieux vaut tard que jamais et peut-être que leurs efforts font une légère différence et une amélioration.

Incendies criminels de forêts

L’extinction de l’espèce est l’un des plus gros problèmes. Les masses d’eau sont polluées par du plastique et empêchent les animaux de poursuivre leurs habitudes de vie. Le gaspillage des terres rend difficile l’existence de nombreux animaux, même s’ils s’adaptent aux nouvelles conditions, mais ces conditions ne sont pas propices à une vie saine et en bonne santé. Nous commençons à faire face à un avenir cauchemardesque, aussi dramatique que cela puisse paraître. Les entreprises qui tentent de prévenir les déchets ne sont pas nombreuses et les gens ne sont pas très motivés par le recyclage, mais c’est peut-être la seule chose qui puisse sauver notre planète à long terme. Les scientifiques continuent de confirmer l’augmentation de la température et, si nous ne sommes plus attentifs à leurs paroles, nous le regretterons peut-être plus tard.

Un bon argument à faire valoir est que le climat n’est pas constant, il change au fil du temps, les périodes froides et chaudes sont interchangeables. Mais le fait est que cela n’a jamais été aussi rapide. Même sans utiliser d’équipement spécialisé, il est possible de savoir – c’est devenu plus chaud. Et pas seulement cela, il a également refroidi en hiver car les mécanismes climatiques normaux ne fonctionnent plus comme ils le devraient. La responsabilité repose sur la pollution et les activités anthropomorphiques.

Importance de l’éducation et de la sensibilisation

L’éducation est un élément essentiel de la réponse mondiale au changement climatique. Elle aide les gens à comprendre l’impact du réchauffement climatique et à y faire face, accroît la « l’alphabétisation climatique » chez les jeunes, encourage les changements d’attitude et de comportement et les aide à s’adapter aux tendances liées au changement climatique. L’éducation et la sensibilisation permettent de prendre des décisions en connaissance de cause, jouent un rôle essentiel dans le renforcement des capacités d’adaptation des communautés et permettent aux femmes et aux hommes d’adopter des modes de vie durables.

Education à la citoyenneté planétaire 

Rêver le monde dans lequel nous désirons vivre et nous donner les moyens d’y parvenir, voilà ce que vise l’éducation à la citoyenneté planétaire. Choisir de devenir une école verte, c’est amorcer avec les jeunes et les adultes une réflexion sur le monde qui nous entoure et sur les valeurs qui l’animent. C’est chercher à le comprendre, à le définir ensemble tel qu’on le souhaite. Mais, c’est surtout former des citoyennes et des citoyens critiques et responsables en mesure de passer à l’action pour que ce monde soit à la hauteur de leurs aspirations.

Devant les importants défis humains que pose le monde actuel, l’éducation apparaît d’une urgente nécessité ! Pour quiconque porte un regard lucide sur l’héritage environnemental, social, économique et culturel que l’on s’apprête à léguer aux générations futures, des constats s’imposent. Ici et ailleurs, partageant une seule et même planète aux ressources et à l’espace limités, il nous faut apprendre à mieux vivre ensemble, en paix et en harmonie avec la nature. Vivre ensemble, c’est faire siennes les valeurs de solidarité et de démocratie. Vivre en paix, c’est défendre les valeurs pacifistes. Vivre en harmonie avec la nature est au cœur même des valeurs écologiques. Devenir une société verte, c’est promouvoir un monde plus écologique, plus pacifique, plus solidaire et plus démocratique.

Cesser le rejet de gaz nocifs dans l’atmosphère

Un monde écologique : L’écologie propose une certaine « vision du monde ». C’est penser globalement en agissant localement. En tant que science, elle s’appuie sur la connaissance des relations qui existent entre les espèces, les individus d’une même espèce et leur environnement. Appliquée à l’être humain, l’écologie suppose une critique des mécanismes qui gèrent l’activité humaine, une prise de conscience de l’impact de cette activité sur l’environnement et, en retour, des modifications qu’entraînent ces changements sur l’être humain. Aspirer à un monde écologique, c’est apprendre à reconnaître sa responsabilité à l’égard de son milieu physique et apprendre à vivre en symbiose avec la nature.

Un monde solidaire : Être solidaire, c’est tenir compte des liens qui nous unissent à nos semblables et à notre environnement social, écologique et culturel. C’est réaliser qu’il existe entre les êtres humains une dépendance réciproque et une responsabilité mutuelle qui font en sorte que ce qui arrive à l’un se répercute sur l’autre ou sur les autres. Cette solidarité s’exerce aussi entre les générations, les générations présentes ayant à la fois une dette envers celles qui les ont précédées et un héritage à transmettre à celles qui suivront. C’est aussi reconnaître l’existence d’un bien commun à partager équitablement entre tous les êtres qui peuplent la planète. C’est défendre les systèmes mis en place pour répartir la richesse commune et assurer la protection des plus démunis.

Un monde pacifique : Le pacifisme, c’est un engagement à atteindre ses objectifs par des moyens non violents ou non agressifs. Sur le plan individuel, c’est reconnaître à chaque être humain le droit de vivre en sécurité et de répondre à ses besoins fondamentaux. C’est s’opposer à toute action qui priverait autrui de ces droits inaliénables. Sur le plan collectif, c’est veiller au respect des droits de la personne, assurer l’accès universel à l’eau, à l’air, à la nourriture, aux soins médicaux et à la justice sociale. C’est s’opposer à la violence et à la guerre entre les groupes humains, que ce soit pour des motifs ethniques, religieux, idéologiques, liés au genre ou à l’appropriation des ressources. C’est tendre à l’instauration d’un régime de paix internationale permanente.

Un monde démocratique : La démocratie, c’est fournir aux gens un moyen de vivre ensemble de façon bénéfique à chacun. C’est un système où les individus peuvent changer de dirigeants de façon pacifique et où le gouvernement a le droit de gouverner parce que le peuple lui a conféré ce droit. Son bon fonctionnement repose sur le principe de l’égalité des droits, des chances et du traitement et sur le respect d’un certain nombre de libertés fondamentales comme la liberté de pensée, d’expression ou d’association. Lutter pour un monde démocratique, c’est s’opposer à l’arbitraire, à l’injustice, à la corruption, aux inégalités, à la compétition, au pouvoir de l’argent. L’apprentissage des droits et des responsabilités et la participation à la vie de la cité et au façonnement du bien commun sont essentiels à l’exercice de la citoyenneté.

Atténuer la fonte accélérée des glaciers

Education environnementale pour un développement durable

L’éducation environnementale en vue du développement durable est l’un des moyens privilégiés qui nous permettent d’espérer que nos enfants, nos petits-enfants et nos arrière-petits-enfants puissent hériter d’une planète en santé et s’y épanouir. Partout sur la Terre les défis environnementaux, sociaux et économiques à relever sont énormes. L’humanité n’y parviendra qu’à la condition que tout un chacun :

Prenne conscience de l’état du monde dans lequel nous vivons, tant dans sa beauté que dans ses injustices ;

Acquière des connaissances fondamentales sur l’environnement et les liens qui nous y unissent ;

Développe un sentiment d’appartenance à son milieu, de révérence envers la Terre et acquière un sens des valeurs, la volonté et la motivation requises pour améliorer le monde ;

Détienne les compétences nécessaires à l’évaluation, à l’observation, à l’analyse et à la transformation de sa propre réalité ;

Contribue activement sur les plans individuel et collectif à la résolution des problèmes environnementaux, sociaux et économiques.

Pour une école verte

Enfin, la meilleure école demeure celle de l’action et de la participation. Pour espérer léguer aux générations à venir un monde meilleur, les enseignants ne devront pas attendre d’avoir maîtrisé toutes les connaissances relatives au développement durable pour se mettre en œuvre. Ils devront agir selon leur bon sens en faisant confiance à leurs connaissances personnelles, même si celles-ci sont restreintes.

De tout temps, l’école a été, avec la famille, l’un des principaux lieux de transmission des valeurs de la société. Dans le contexte actuel, elle doit faire plus. Elle doit devenir un lieu de transformation sociale, un endroit où l’on rend l’avenir possible. Cela implique certes d’instruire, d’éduquer, de réfléchir, mais surtout d’agir. On apprend vraiment bien dans l’action.

Cinq grands principes permettent de structurer l’action au sein d’une école verte:

  • Réduire la consommation des ressources (économiser le bois, l’eau, le papier, etc.) ;
  • Recycler les produits (valoriser, composter, donner une nouvelle vie, etc.) ;
  • Restructurer nos systèmes économiques (penser développement communautaire, coopération, échanges équitables, etc.) ;
  • Redistribuer les ressources (partager, soutenir les plus démunis, investir dans le bien commun, etc.) ; et
  • Réutiliser les biens (nettoyer, réparer, entretenir, créer, etc.) .

En somme, une école verte, c’est un établissement où l’on pense globalement et où l’on agit localement pour favoriser un avenir viable. Il s’agit d’un endroit où l’on pose des gestes concrets et continus susceptibles de contribuer à la construction d’un monde plus écologique, plus pacifique, plus solidaire et plus démocratique. C’est un établissement qui valorise l’engagement des jeunes et des adultes en le faisant connaître et reconnaître socialement. C’est un établissement qui s’ouvre à la communauté et au monde et qui affiche, avec fierté, ses réalisations et ses actions, si petites soient-elles !

Stopper l’accélération de la sècheresse

Des solutions qui peuvent aider à inverser les effets du réchauffement climatique

Résoudre le problème du réchauffement de la planète n’est pas un travail à une personne, mais nécessite plutôt l’effort de chacun. Nous pouvons tous prendre des mesures pour lutter contre cette crise. Les exemples comprennent :

  • Réduire notre consommation d’énergie en prenant l’avion moins, en achetant des réfrigérateurs et des véhicules éco énergétiques qui polluent le moins possible ;
  • Mettre un terme à la déforestation ;
  • Minimiser les émissions de carbone en diffusant les connaissances sur la conservation et en travaillant ensemble à la création d’une terre plus propre ;
  • Adopter des pratiques plus sûres qui ne nuisent pas à l’environnement, comme le recyclage ; et
  • Utiliser des technologies telles que la géo-ingénierie.

Ce que l’école peut faire

Voici les actions en faveur du climat que votre école peut entreprendre :

  • S’informer ;
  • Créer un éco-groupe ;
  • Calculer l’empreinte carbone ;
  • Combattre l’excès de consommation ;
  • Réduire les déchets ; et
  • Faire du transport une priorité : opter pour le transport collectif ; etc.

Il est temps d’agir ! Notre climat est en train de changer et les écoles doivent s’informer et devenir un modèle d’action.

S’informer

Le changement climatique est un sujet compliqué. Votre école peut être informée par :

  • Organiser des présentations d’élèves/d’étudiants sur le sujet ; et
  • Organiser une conférence de jeunes sur le changement climatique ; etc.

Créer un éco-groupe

Il y a de la force dans les nombres. Trouvez un groupe d’élèves/d’étudiants et d’enseignants partageant les mêmes idées et commencez à parler.

Calculer l’empreinte carbone de votre école

En calculant l’empreinte de votre école, vous pouvez voir comment votre école peut apporter des améliorations, quel serait le meilleur rapport qualité-prix, et avoir une idée de vos émissions de base.

Consommation

Les jeunes ont une grande influence sur la consommation. C’est un domaine qui touche beaucoup d’élèves/d’étudiants. Les jeunes peuvent influencer la voiture que leurs parents achètent et dicter les désirs et les besoins de la famille.

Réduire les déchets

La réduction des déchets solides et le recyclage aident à lutter contre le changement climatique. Comment ? La fabrication, le transport et l’utilisation du produit – ainsi que la gestion des déchets qui en résultent – génèrent tous des émissions de gaz à effet de serre.

La prévention et le recyclage des déchets réduisent les gaz à effet de serre associés à ces activités en réduisant les émissions de méthane, en économisant de l’énergie et en augmentant la séquestration du carbone dans les forêts.

Habituellement, les écoles traitent en premier lieu avec le recyclage – plus de bacs, des panneaux de signalisation supplémentaires / de meilleure qualité et de l’éducation. Ensuite, les écoles pensent à :

  • Le compostage ;
  • Politiques d’achat ;
  • Les déjeuners sans déchets ;
  • Éliminer l’eau en bouteille ;
  • Se libérer de l’utilisation du papier ; et
  • Participer à la semaine de réduction des déchets.

Essayer de prévenir les inondations meurtrières

Conclusion

La situation actuelle sur le réchauffement climatique est tout sauf bonne. Les espèces fauniques sont en train de disparaître, les maladies respiratoires humaines sont en augmentation et les populations meurent de catastrophes naturelles telles que les inondations, les glissements de terrain et la sécheresse. L’augmentation de la température de la Terre entraîne des conditions climatiques extrêmes préjudiciables à la survie des animaux, des plantes et des humains. Les scientifiques ont contribué à prouver que les effets du réchauffement planétaire se produisent actuellement dans le monde entier. Ce qui reste, c’est à chaque individu de prendre position et de prendre des mesures pour sauver notre monde.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed CHTATOU sur Twitter : @Ayurinu

Nécessité urgente : protéger les ours polaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.