C’était prévisible. Le tribunal de première instance de Rabat, suite aux interventions des avocats de la défense, a rejeté lundi soir la demande de « libération provisoire » de la journaliste Hajar Raissouni, en état d’arrestation depuis 10 jours.

Le procès a été reporté au 16 septembre 2019 et les 5 accusés dans cette affaire de « mœurs » comparaîtront lundi prochain devant la Cour en état d’arrestation.

Accompagnée de son fiancé, Hajar Raissouni a été arrêtée le 31 août 2019 au quartier Agdal à Rabat pour « avortement illégal » entre autres…

La journaliste marocaine, âgée de 28 ans, risque jusqu’à deux ans de prison aux termes du Code pénal qui sanctionne les « relations sexuelles hors mariage » et « l’avortement » quand la vie de la mère n’est pas en danger.

Cette controversée affaire a suscité de vives réactions et relancé par ailleurs le débat impliquant des intellectuels de tous les horizons autour de la question de l’avortement et des libertés individuelles au au Maroc.

Pour rappel, Hajar Raissouni et 4 autres personnes y compris son fiancé et un gynécologue, sont placés en détention à la prison Laarjat, près de Salé, après leur arrestation fin août à la sortie d’un cabinet médical à Agdal.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.