Par Nabyl Lahlou

Quand Abdallah Azmani, ministre des Affaires culturelles (1995 – 1997), me demanda de lui faire un projet relatif à des changements au niveau du Théâtre Mohammed V, ma première remarque à été de lui dire de procéder au changement architectural de la devanture de ce grand théâtre car elle rappelle la façade des grands magasin européens, comme Monoprix.

Abdellah Azmani, tout gentil qu’il fut, ne put rien faire pour le changement de la façade du théâtre Mohammed V.

Et Quand Mohammed Achaari devint ministre de la Culture du premier gouvernement de la première alternance, en 1998, il m’invita avec un groupe d’hommes de théâtre à lui soumettre des propositions pour une nouvelle politique théâtrale.

Le lendemain, je lui apporte un projet d’une vingtaine de pages.

 » Tu es trop rapide, mon cher ami ». « C’est un projet que j’avais fait bénévolement pour ton prédécesseur, Abdellah Azmani, mon cher Achaari », lui répondis-je.

Depuis 1962, la façade du théâtre Mohammed V demeure figée et sans vie. Et depuis l’arrivée de l’impression numérique, elle est lourdement enlaidie par les bâches qui annoncent les spectacles et qui lui couvrent la vue car elle est tout de verre vêtue.

Et pourtant, elle aurait pu changer de look dans le cadre des grands travaux pour l’embellissement de la ville de Rabat. Malheureusement, les architectes de cette gigantesque opération, appelée : « Rabat Ville Lumière et Capitale de la Culture », n’ont jugé d’utile pour changer la physionomie de ce grand théâtre que de remplacer les vitres des portes et des fenêtres, et d’enlever les anciennes plaques de marbre, couleur marron-clair, qui couvraient les quatre cents mètres carrés des deux extrémités de la façade du théâtre, pour les remplacer par d’autres plaques de marbre couleur marron-clair, donnant aonsi la certitude que rien n’a changé pour ce grand théâtre, le seul grand théâtre du pays.

+ Ça boîte vraiment…+

Un grand Théâtre qui manque atrocement de moyens techniques (lampes, projecteur-poursuite, appareils de transmission entre la régie et les coulisses) ainsi que d’un personnel technique et artistique, qualifié et compétent, car les cinq techniciens du théâtre sont aussi employés comme des manœuvres, au lieu d’être valorisés.

Aussi les financiers de l’opération : Rabat Ville lumière, Capitale de la Culture, n’ont rien trouvé de bon que de déblayer le sol du parvis du théâtre pour le refaire pour les beaux pieds des spectateurs.

Ainsi, les travaux du revêtement du parvis du théâtre, qui ont commencé début juillet dernier, traînent toujours. empêchant la direction du théâtre d’annoncer l’ouverture de la saison théâtrale et culturelle du théâtre Mohammed V, alors que tous les Instituts culturels, français, espagnols, italiens et allemands, dans notre pays, ont tous annoncé leurs programmes culturels pour 2019/2020.

Ça boîte. Ça boîte vraiment au niveau de la Culture chez nous.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.