Pour le moment, une seule version de l’histoire, celle de Timothy Hucks. Ce dernier est un touriste afro-américain de passage au Maroc qui se plaint sur le Net du comportement « discriminatoire » – – à cause de la couleur de sa peau – – de la part d’un agent d’autorité lors d’une rafle anti-migration clandestine à Rabat.

L’histoire remonte « au 21 mars 2019 », a révélé le jeune afro-américain dans une série de tweets, date à laquelle il est sorti ce soir-là de chez-lui à Bab Chellah à Rabat pour faire des courses, avant d’être intercepté par un policier en civil lui demandant son identité, sa nationalité et son lieu de résidence, raconte-t-il, selon le site arabophone Alyaoum24.

Timothy Hucks précise qu’il a dit au policier qu’il était américain, lui a montré son permis de conduire et lui a expliqué qu’il a juste oublié son passeport à la maison. Mais, selon lui, l’agent a continué à lui poser les mêmes questions encore et encore avant de le conduire au commissariat.

« J’ai été jeté dans la voiture de police. Je n’avais pas mon téléphone sur moi. Je n’avais que 10 dollars…j’ai été amené  au poste de police de l’Agdal », a encore rappelé Hucks.

Il affirme avoir été embarqué avec 30 autres individus de tout âge, mais tous des africains, précisant qu’une fois ses empreintes digitales prises l’un des enquêteurs lui a demandé s’il n’était pas un « terroriste » du groupe Boko Haram au Nigéria.

Selon ses tweets, il sera par la suite transporté dans un bus avec les migrants subsahariens vers la ville de Beni Mellal, située à 300 kilomètres au sud de Rabat, dans le Moyen Atlas.

Une fois arrivée à Beni Mellal, lui et ses compagnons africains, raconte-t-il, ont été abandonnés dans la nature « sans explication«  avant qu’il ne puisse retourner le lendemain à Rabat grâce aux quelques dollars qu’il avait gardé sur lui.

A ce jour, aucune réaction de l’ambassade américaine ni des autorités concernées n’a été enregistrée. Vraie ou fausse histoire de Hucks qui prétend avoir été victime de « racisme », chose difficile à admettre quand on suit les efforts de l’État visant à régulariser la situation de plus de 50.000 sub-sahariens et à les intégrer au sein la société marocaine?

Curieux!

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.