Un véritable scandale. A l’approche de la session du Conseil de la ville de Casablanca et de celles des arrondissements de la capitale économique, la bataille du « Gasoil » est lancée entre de nombreux élus et les 16 présidents des arrondissements souhaitant faire passer le prochain budget.

La tension est ainsi montée d’un cran entre les élus et les présidents des arrondissements et au sien du conseil de la ville, où nombreux sont ceux qui souhaitent obtenir des compensations sur le carburant contre le vote sur les budgets, selon le site arabophone Hespress.com .

La même source a ajouté que certains élus ont intensifié les contacts afin de pousser les présidents et le bureau du conseil de la ville à ne pas annuler les privilèges dont ils bénéficient, notamment en ce qui concerne les carburants, le téléphone, Internet et autres.

Des élus exercent de fortes pressions sur les présidents des arrondissements pour bénéficier de ces privilèges, que certains considèrent comme une « rente politique » pour acheter leur loyauté.

Selon les données disponibles, tous les élus du conseil de la ville se déplacent au début de chaque mois au « garage » du conseil pour obtenir le gasoil, ce qui alourdit le budget de la ville, qui recourt à des emprunts et à des banques pour financer plusieurs de ses projets.

+ Des élus sans mission bénéficient des bons de carburant +

Etrangement, de nombreux élus de la capitale économique qui reçoivent l’indemnité « gasoil » n’ont aucune mission et certains d’entre eux n’ont même pas de voiture, ce qui soulève des questions quant aux dépenses de millions de dirhams sur le carburant.

Karim Klibi, président par intérim du groupe des conseillers du Parti authenticité et modernité (PAM) à Casablanca, a indiqué à Hespress qu’il ne bénéficie pas d’indemnités sur le gasoil et qu’il ne s’est jamais déplacé au garage du conseil de la ville.

Il a ajouté qu’il était le seul conseiller qui ne bénéficie pas de ces « privilèges » accordés aux élus par le Conseil de la ville et les conseils des arrondissements, soulignant qu’il est « contre l’octroie de carburant sans distinction, d’autant plus que des élus sans mission en bénéficient ».

Les élus des 16 arrondissements de Casablanca reçoivent chaque mois un montant dépassant dans certains cas les 800 dirhams, tandis que les parlementaires et les membres des bureaux reçoivent plus de 1 200 dirhams et environ 1 000 autres dirhams, tandis que les vice-présidents du conseil de la ville perçoivent 1 400 dirhams par mois.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.